Airbus Safran Launchers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Astrium Space Transportation)
Aller à : navigation, rechercher
Airbus Safran Launchers (ASL)
Création
Dates clés 2014 accord pour la création
2016 finalisation juridique
Forme juridique Coentreprise
Siège social Drapeau de France Issy-les-Moulineaux (France)
Direction Alain Charmeau[1]
Société mère Airbus et Safran (50-50)
Filiales Arianespace
Effectif 8 000 (à terme)[1]
Site web www.airbusafran-launchers.com

Airbus Safran Launchers (ASL) est une coentreprise créée en 2014 et détenue à parts égales par Airbus et Safran pour notamment développer les lanceurs Ariane 6.

Historique[modifier | modifier le code]

Les lanceurs chez Aérospatiale puis EADS[modifier | modifier le code]

La Société d'étude et de réalisation d'engins balistiques (SEREB) est créée en 1959 lors du début du programme spatial français. Les premiers engins y sont conçus avec les organismes publics et les industriels, jusqu’au premier vol de la fusée Dimant en 1965. Les premiers missiles balistiques M1 et S2 sont développés à la même époque et avec les mêmes technologies. En 1971, l’Aérospatiale reprend les activités de la SEREB, de Nord-Aviation et Sud- Aviation. À partir de 1973, les projets civils sont réalisés en collaboration européenne avec le programme Ariane .

Aerospatiale Lanceurs Stratégiques et Spatiaux est créé en 1999 avant de devenir Aerospatiale-Matra Lanceurs Stratégiques et Spatiaux puis, EADS Launch Vehicles lors de la création du groupe européen en 2000, puis EADS Space Transportation en 2003 (après la fusion avec Astrium Space Infrastructure anciennement ERNO) et Astrium Space Transportation en 2006 (Astrium devenant le nom de l’ensemble de la division spatiale du groupe : lanceurs, satellites et services). En plus des lanceurs, les programmes Véhicule automatique de transfert européen et Columbus y sont développés, ainsi que le Spaceplane et le missile balistique M51.

Astrium Space Transportation compte près de 4 000 employés. Ses centres d'études et d'assemblage sont répartis sur sept sites :

Puis lors de la création d’Airbus Defence and Space en 2014, la division Space Systems reprend les activités satellites, et brièvement, les lanceurs.

Les moteurs spatiaux chez SEP puis SNECMA[modifier | modifier le code]

Moteur Vulcain fabriqué par Safran.

Les propulseurs à liquides ont été développés au laboratoire de recherches balistiques et aérodynamiques à Vernon à partir de 1946. L’activité est reprise par la société européenne de propulsion (SEP) en 1971 lors du début du programme Ariane, elle même intégrée en 1997 dans société nationale d'étude et de construction de moteurs d'aviation (SNECMA).

L’activité moteurs à propergols solides devient Snecma Propulsion Solide, puis, après fusion avec SNPE Matériaux Énergétiques en 2012, Herakles.

Création de la co-entreprise[modifier | modifier le code]

À la fin de l'année 2014, les groupes industriels Airbus et Safran annoncent la création de la coentreprise Airbus Safran Launchers (ASL)[2]. Elle est officialisée le [3]. ASL rachète les parts du Centre national d'études spatiales (CNES) dans Arianespace dont elle contrôle 74% du capital[4],[5]. Le jeudi les deux groupes annoncent la finalisation juridique de leur coentreprise Airbus Safran Launchers (ASL), qu'elles détiennent à parité (50-50), dont l'objectif prioritaire est la future « génération de lanceurs Ariane 6 »[6]. En juillet 2016, la commission européenne accepte l'acquisition d'Arianespace, après que cette dernière ait passé un accord avec Avio, par la co-entreprise Airbus Safran Launchers[7].

Alain Charmeau est le président exécutif de Airbus Safran Launchers[1].

Produits[modifier | modifier le code]

Les produits d’Airbus Safran Launchers sont les lanceurs Ariane 5 et Ariane 6, ainsi que le missile balistique M51[8].

Filiales[modifier | modifier le code]

Les filiales et participations d’Airbus Safran Launchers sont[9] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Hassan Meddah, « Ariane 6 : Le premier patron d'Airbus Safran Launchers prend ses marques », sur www.usinenouvelle.com,‎
  2. Jean-François de Raymond, L'Esprit de la diplomatie : Du particulier à l'universel, Société d'édition Les Belles Lettres, , 376 p. (ISBN 978-2-251-90107-7, lire en ligne), p. 182.
  3. Ashlee Vance, Elon Musk : Tesla, Paypal, SpaceX : l'entrepreneur qui va changer le monde, Éditions Eyrolles, , 366 p. (lire en ligne), p. 348.
  4. Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, rapport, 2015, p. 18.
  5. Dominique Gallois, « Le gouvernement privatise Arianespace », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. Anne Bauer, « Décollage officiel pour Airbus Safran Launchers », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  7. « L'Europe donne son accord au rachat d'Arianespace par Airbus Safran Launchers » (consulté le 20 juillet 2016)
  8. « Nos produits et marchés », sur www.airbusafran-launchers.com (consulté le 3 août 2016)
  9. « Nos filiales et participations », sur www.airbusafran-launchers.com (consulté le 3 août 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]