Institut européen d'administration des affaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis INSEAD)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Institut européen d'administration des affaires
Insead - Blue Ocean Institute.jpg
INSEAD Strapline Logo.svg
Histoire et statut
Fondation
Type
École de management
Fondateur
Président
Andreas Jacobs
Localisation
Campus
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
994[2]
Divers
Devise
The Business School for the WorldVoir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
G16+, AMBA
Site web

L'Institut européen d'administration des affaires (INSEAD) est une école privée de management avec trois campus principaux à Fontainebleau, dans le sud-est de la région parisienne, à Singapour et à Abou Dabi.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création en France[modifier | modifier le code]

Georges Doriot présente en 1955 son idée de création d'une nouvelle école de management et d'administration des affaires à la Chambre de commerce de Paris, chambre dont les Présidents, Jean Marcou et Philippe Dennis, devinrent président de l'école. L'INSEAD est véritablement créée en 1957 par Georges Doriot, Claude Janssen et Olivier Giscard d'Estaing. Ils s'inspirent de leur passage à l'université américaine Harvard. L'école est entièrement financé par des fonds privés et s'établit dans des locaux du château de Fontainebleau[3][source insuffisante]. La cérémonie d'accueil de la première promotion pour la maîtrise en administration des affaires au château de Fontainebleau se tient le samedi . Près de 110 candidats avaient déposé leur demande, 62 furent admis et 57 assistèrent au premier cours. L'inauguration officielle a lieu le , toujours au château de Fontainebleau[4][source insuffisante].

Jusqu'en 1967, l'école n'accepte pas de candidatures féminines. Les dirigeants de l'école avancent que l'investissement n'est pas rentable, les postes de hauts dirigeants dans les sociétés françaises étant fermés aux femmes, et que le risque serait grand qu'elles abandonnent leur carrière pour fonder une famille et rester au foyer[5]. Toutefois, l'époque pré-mai 68 fait la part belle aux revendications féministes du MLF[6]. Dans le même temps, Hélène Ploix, une jeune étudiante formée à Sciences-Po, une des formations alors ouvertes aux femmes dans le domaine économique, postule pour entrer au sein du cabinet McKinsey, qui refuse sa candidature au double motif qu'elle est une femme et que sa formation dans le monde des affaires est insuffisante, lui promettant toutefois de revoir sa position lorsqu'elle aurait effectué un cursus d'un an à l'INSEAD. Comme celle-ci protestait que l'école refusait les femmes, le responsable du recrutement, étonné, appela l'école pour vérifier ce point, et s'entendit répondre que l'INSEAD envisageait d'accepter quelques candidates dans le futur[7]. Après quelques semaines d'attente et de multiples débats, le comité de direction accepta en février 1967 deux candidatures féminines, celles d'Hélène Ploix et de Marie-Solange Perret. Compte tenu de leurs excellents résultats et du fait qu'elles aient réussi à trouver des emplois de bon niveau, quatre autres candidates furent acceptées dans quatre sections différentes l'année suivante[6].

En 1971, l'INSEAD crée un cursus de formation continue en alternance pour cadres[8]. Plus tard, la mise en place d'une chaire universitaire d'entreprise est établie avec les professeurs de l'école.

En 1969, l'école déménage sur un nouveau campus, toujours à Fontainebleau. En 1984, le cycle supérieur de management (CSM) de l'INET ouvre sur le campus de Fontainebleau. En 1993, un programme doctoral voit le jour.

Extension à l'international[modifier | modifier le code]

Insead - Campus Singapore.

Uwe Kitzinger devient le nouveau doyen en 1976. C'est sous son impulsion que l'INSEAD s'intéresse au marché des pays asiatiques. Le professeur Henri-Claude de Bettignies propose d'instaurer un programme axé sur les entreprises asiatiques en 1974.

Ce n'est que plusieurs décennies plus tard qu'un campus de l'INSEAD est ouvert à Singapour : en . La première promotion démarre un peu avant, en , avec 53 élèves. En 2005, le campus est achevé.

Grâce à une levée de fonds, et au financement de la fondation Rothschild-Caesarea, un centre de recherche ouvre en Israël en 2006. Il est suivi l'année suivante par un autre centre à Abu Dhabi aux Émirats arabes unis, destiné à accueillir des activités de recherche et de formation. Le centre d'Abu Dhabi évolue en un campus à part entière en .

L'INSEAD conclut un partenariat en 2001 avec la Wharton School de l'université de Pennsylvanie[9]. L'INSEAD a également noué un partenariat avec l'université Tsinghua en Chine ainsi qu'avec Sorbonne Université en France.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Organisme indépendant depuis l'origine, l'INSEAD est doté d'un Conseil d'administration de 33 membres choisis par cooptation. Il y a eu à ce jour six présidents, depuis l'origine :

  1. Jean Marcou, président de la Chambre de commerce de Paris (1959-1969) ;
  2. John Loudon, président de la Royal Dutch (1969-1982) ;
  3. Claude Janssen, associé-gérant de Worms & Cie (1982-2004) ;
  4. Kees van Lede, ancien président d'AkzoNobel (2004-2008) ;
  5. Franz B. Humer, président de la société pharmaceutique suisse Roche (2008-2014) ;
  6. Andreas Jacobs, président exécutif de Jacobs Holding AG (depuis le ).

L'INSEAD inclut en outre des conseils nationaux.

La direction de l'INSEAD est assurée par un doyen nommé par le conseil d'administration en accord avec le corps professoral. Les doyens sont nommés pour cinq ans. Ils sont principalement issus du monde académique et du corps professoral de l'INSEAD. En 2006, pour la première fois, le doyen vient du monde de l'entreprise[10]. En 2013, la direction de l'INSEAD, jusqu'à présent basée en France, s'installe à Singapour[11].

Budget et financement[modifier | modifier le code]

En 2011, le chiffre d'affaires de l'INSEAD est de 150 millions d'euros, en baisse de 20 % par rapport à 2008[12]. Il est composé à 86 % de recettes issues de la formation continue, c'est-à-dire des frais d'inscription payés par les élèves[13]. En conséquence, le coût d'un MBA et le prix des programmes de perfectionnement sont élevés[Combien ?]. 20 % des étudiants reçoivent des bourses[réf. nécessaire], les autres élèves pouvant recourir à un prêt bancaire.

L'INSEAD possède depuis 1998 un fonds de dotation qui constitue une source financière complémentaire[14]. En 2016, le capital de ce fonds s'approche des 200 millions d'euros[15].

Les bâtiments de Fontainebleau et de Singapour ont été financés par emprunt, auprès de banques[16].

Effectifs[modifier | modifier le code]

Au total, l'INSEAD dispose d'environ 145 professeurs permanents venant de 31 pays, plus 85 professeurs visitants, auxquels s’ajoutent 500 personnes non-enseignantes sur l’ensemble des deux campus, soit un effectif global d’environ 700 personnes.[réf. nécessaire]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'INSEAD délivre les diplômes suivants :

  • maîtrise en administration des affaires ou MBA (pour Master Business of Administration) : formation diplômante d'une année, reconnu par l'État[réf. nécessaire], de niveau I, et correspondant à Bac+5.
  • Executive MBA : diplôme de niveau I, bac+5 et s'adressant aux cadres-dirigeants généralement plus âgés que les candidats au MBA[17].
  • Doctorat en administration des affaires
  • LLM de droit international des affaires en collaboration avec l'université Paris II - Panthéon Assas, dans les domaines du droit européen comparé, de l'économie du droit et de la recherche en négociation

L'INSEAD commercialise également des formations ou certifications pour cadres ou entrepreneurs.

Classements académiques[modifier | modifier le code]

En 2015, le programme MBA de l'INSEAD est classé no 1 mondial en tant que MBA procurant le meilleur retour sur investissement, par le journal Forbes[18]. L'année suivante, le Global MBA est classé no 1 mondial par le journal Financial Times[19]. L'INSEAD est classé à plusieurs reprises dans le top 5 au niveau mondial et dans le top 3 hors États-Unis par le journal anglais Financial Times[20], ainsi que par le magazine américain Business Week en partenariat avec Bloomberg LP[21].

Palmarès MBA
Nom Monde National
QS[22] (2020) 3 1
The Economist[23] (2019) 22 2
Financial Times[24] (2020) 4 1
DAUR rankings[25] (2020) 6 1

Recherche[modifier | modifier le code]

Les professeurs de l'INSEAD dirigent des recherches en science sociale, notamment sur les domaines des affaires, de l'administration et de l'économie.

Campus[modifier | modifier le code]

Site historique du Château de Fontainebleau[modifier | modifier le code]

Le château de Fontainebleau a été le site du premier campus, et l'école continue à y organiser des événements[26].

Nouveau campus de Fontainebleau[modifier | modifier le code]

Le campus de Fontainebleau est temporairement déplacé dans un prieuré du XIXe siècle, de l'autre côté du parc du château d'Avon. En 1967, un nouveau campus est ouvert en bordure de la forêt de Fontainebleau. Le campus s'étend actuellement sur 45 000 m2. En 2004, une extension est construite : un espace formation pour les cadres dirigeants.

Campus de Singapour[modifier | modifier le code]

Campus d'Abou Dabi[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Corps professoral[modifier | modifier le code]

HermiInsead - Blue Ocean Institute.

Anciens étudiants[modifier | modifier le code]

Le nombre d'anciens élèves est en 2016 de 50 000 (dont 15 000 MBA). Parmi les plus connus figurent :

Étudiant de fiction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Ilian Mihov nominé Dean de l'INSEAD », MBA Today.
  2. Guide des établissements et des formations supérieures, INSEAD Fontainebleau..
  3. « Page de présentation de l'histoire de l'INSEAD - The 1950s - creating the vision. ».
  4. (en) « INSEAD European Competitiveness Initiative ».
  5. Barsoux, 2000, p. 46; 92.
  6. a et b Barsoux, 2000
  7. Hélène Ploix, la première diplômée, , Les Échos, 3 septembre 1991.
  8. Barsoux, 2000, p. 98-100.
  9. (en) « The INSEAD - Wharton Alliance ».
  10. « Un homme d'affaires américain nommé à la tête de l'Insead », sur leparisien.fr, (consulté le 21 août 2019)
  11. « La direction de l’Insead quitte la France pour Singapour », sur etudiant.lefigaro.fr, (consulté le 21 août 2019)
  12. « Sale note pour l'INSEAD, la star des business schools », sur capital.fr, (consulté le 21 août 2019)
  13. « Grandes écoles: le business florissant de la formation sur mesure », sur lexpress.fr, (consulté le 21 août 2019)
  14. Conférence des présidents d'universités, « Le guide des bonnes pratiques en matière de fondations partenariales et universitatires », CPU,‎ , p. 50 (lire en ligne)
  15. « Dans la peau d’Ilian Mihov, Dean de l’INSEAD », sur mondedesgrandesecoles.fr, Grandes écoles et universités magazines, (consulté le 21 août 2019)
  16. « Sujet financement Insead sur le site des anciens élèves de Polytechnique. ».
  17. Maxime François, « MBA : enquêter avant de se lancer dans l’aventure », Le monde,‎ (lire en ligne)
  18. (en) Classement MBA Insead 2015, Forbes.
  19. (en) [1],classement MBA Insead 2015 - page du journal Financial Times.
  20. (en) Global MBA Rankings 2011, The Financial Times.
  21. (en) Classement hors États-Unis, Business Week.
  22. « QS MBA rankings 2020 »
  23. « Full time MBA ranking »
  24. « Global MBA ranking 2020 »
  25. « Classement des MBA 2020. »
  26. « journal La République - Insead et Château Fontainebleau officiellement unis ».
  27. Insead: From Intuition to Institution, J. Barsoux, Springer, 2000, (ISBN 9780333981849), p. 92, en ligne.
  28. Executive Profile : Hélène Ploix, Bloomberg.
  29. « Natalia Vodianova sur les bancs de l'école de l'INSEAD ! », Marie Claire,‎ (lire en ligne, consulté le 23 septembre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jean-Louis Barsoux, Insead : From Intuition To Institution, Palgrave MacMillan, , 249 p. (ISBN 0-312-23385-X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :