Henri de Chacaton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henri de Chacaton
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
PérignyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Mouvement
Maîtres

Henri de Chacaton, né le à Chézy (Allier) et mort le à Périgny (Allier), est un peintre français, surtout connu pour ses œuvres d'inspiration orientaliste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Nicolas Henri de Chacaton naît dans une famille de la noblesse du Bourbonnais[1]. Il est le fils de Jean Baptiste de Chacaton et de Pauline de Fradel[2].

Il a été l'élève de Prosper Marilhat, de Louis Hersent et d'Ingres[3]. Il est influencé par Alexandre-Gabriel Decamps, qui met l'orientalisme à la mode au Salon de 1831[4]. Les nombreux voyages de Chacaton en Italie, en Espagne, en Grèce et au Proche-Orient l'ont inspiré et il se range parmi les peintres orientalistes, particulièrement en vogue au XIXe siècle. Il a ramené de ses voyages des carnets de voyage, peints à l'aquarelle[5].

Il expose de 1835 à 1857 au Salon des Indépendants.

Il épouse en 1860 à Cusset Marie Revengé de Bompré, sa cousine par les Fradel. Ils ont un fils, Maurice de Chacaton (1862-1937), qui achète en 1899 le château de Chermont à Creuzier-le-Neuf, qu'il fait restaurer par l'architecte René Moreau, avec des jardins dessinés par les Treyve, horticulteurs-paysagistes de Moulins.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Cavalerie d'Ibrahim Pacha (Moulins, musée Anne-de-Beaujeu).
  • La Vallée de Josaphat, 1840[6] (Moulins, musée Anne-de-Beaujeu).
  • Bazar turc au Caire.
  • Autoportrait (Salon de 1835).
  • Le prisonnier de Chillon (Salon de 1835).
  • Vue de la porta Nuova à Palerme, le jour de sainte Rosalie[7] (Salon de 1838).
  • Vue prise dans les gorges d'Amalfi (Salon de 1838).
  • Fabrique dans l'île de Procida (Salon de 1842).
  • Souvenir de la villa Borghese (Salon de 1844).
  • La rue Hourbarych au Caire (Salon de 1844).
  • Fontaine arabe (Salon de 1844).
  • Départ d'une caravane (Salon de 1846).
  • Les Platanes d'Hippocrate (Salon de 1846).
  • Ville de Syrie (Salon de 1846).
  • Intérieur de cour à Grenade (Salon de 1848).
  • Campement d'Arabes à Suez (Salon de 1848).
  • Famille turque en voyage (Salon de 1848).
  • Halte d'une caravane (Salon de 1848).
  • Mosquée à Jérusalem (Salon de 1849).
  • Bergers de la campagne de Rome revenant des champs (Salon de 1852).
  • Maison du muetzelin à Gaza (Salon de 1852).
  • Arabes à la citerne (Salon de 1855).
  • Les Latomies et le couvent des capucins à Syracuse (Salon de 1857).
  • Souvenir des bords du Tibre (Salon de 1857).
  • Cirque de taureaux de Valence (Salon de 1857).
  • Plusieurs aquarelles présentant des sites ou des monuments d'Athènes, au musée Benaki à Athènes.

Il a publié avec le graveur Charles Damour des eaux-fortes tirées de ses souvenirs de voyage :

  • Souvenirs de voyage, 6 planches.
  • Orient. Cinq paysages à l'eau-forte, Paris, 1850.
  • Espagne. Cinq paysages à l'eau-forte, Paris, 1851.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La famille Chacaton est connue en Bourbonnais depuis le XVIe siècle, à Moulins, à Montluçon et à Montmarault ; ils occupent des charges de judicature. L'arrière-grand-père du peintre, Claude Chacaton (1710-1792), acquiert une charge de trésorier de France au bureau des finances de la généralité de Riom, qui permet d'accéder à la noblesse. Avec lui, ou avec son fils Jean Nicolas (1739-1796), qui lui succède dans sa charge, apparaît la particule devant le patronyme.
  2. Renée de Chacaton, Les Chacaton (1478-1995) : récits et témoignages. Une famille bourbonnaise à travers l'histoire, Charroux, Éd des Cahiers bourbonnais, 1996, 250 p.
  3. Bénézit Dictionary of Artists.
  4. Il « s'inspire beaucoup du brillant et du baroque de Decamps, de ses tons ocres et dorés. » Gérald Schurr, 1820-1920, les petits maîtres de la peinture : valeur de demain, Éditions de l'Amateur, 1979, p. 31.
  5. La Montagne, 24 novembre 2014.
  6. Œuvre présentée au Salon de 1841. Yehoshua Ben Arieh, Painting the Holy Land in the Nineteenth Century, 1997, p. 154 (en ligne).
  7. Sainte Rosalie (1130-1160) est la patronne de Palerme.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique, littéraire, artistique, scientifique, etc., t. III, 1867, p. 830 (en ligne).
  • Renée de Chacaton, Henri de Chacaton : peintre-voyageur ou la vie d'artiste au XIXe, Paris, Éd. des Écrivains, 2000, 33 p.-[25] p. de pl. en noir et en coul.

Liens externes[modifier | modifier le code]