Henri Admirat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Henri Admirat ou Admiral ou encore L’Admiral, né le 3 septembre 1744 à Auzolette ou à Auzelles, en Auvergne, guillotiné le 17 juin 1794 à Paris, place de la Nation, est un personnage de la Révolution française, exécuté pour avoir tenté d'assassiner le conventionnel Collot d'Herbois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Admirat servit comme domestique le contrôleur général des finances Bertin et d'autres membres de sa famille, parmi lesquels sa sœur Mme de Belle-Isle. Ses qualités, souplesse et intelligence, conduisirent Bertin à l'envoyer à Vienne où il servit comme domestique auprès du comte de Manzy, chambellan de l'Empereur et directeur de la loterie de Bruxelles, peut-être en tant qu'« honorable correspondant ». De retour à Paris, il bénéficia, précisément grâce au comte de Manzy, de recommandations importantes pour entrer à la Loterie royale, dans le quartier du Palais-Royal. Ayant perdu son épouse, qu'il traitait mal dit-on, il prit en 1791 un logement en location dans un bel immeuble neuf situé rue Favart, où logeait également le futur conventionnel Collot d'Herbois, membre du club des Cordeliers.

Ses opinions sont difficiles à connaître mais il n'avait pas la réputation d'un mauvais patriote au sein de sa section.

Le 22 mai 1794, il serait parti à la recherche de Robespierre pour, dit-on, l'assassiner avec des pistolets et de la poudre de mauvaise qualité qui lui avaient été vendu une semaine plus tôt par le commissaire de sa section, le citoyen Thomé, un ami et obligé de Collot d'Herbois. Amoureux d'une dame Marie-Suzanne de Lamartinière qui se vantait auprès de lui de connaître certains membres des comités — assurément Barère — il n'était pas dans son état normal, aux dires de témoins qui le rencontrèrent dans les cafés du quartier. Pris de boisson en fin de soirée, il attendit dans sa cage d'escalier, rue Favart, le retour de Collot d'Herbois, sur lequel il tira sans évidemment le blesser, puisque les pistolets firent long feu. L'affaire fut présentée par Barère à la Convention comme un horrible attentat au cours duquel un « policier » nommé Julien-Louis Geoffroy avait même été blessé et évacué[1]. L'académicien et auteur dramatique Antoine-Vincent Arnault, chargé plus tard de rédiger les « mémoires » de l'empereur Napoléon, qui savait de quoi Collot d'Herbois et Barère étaient capables, a fait connaître plus tard que le « brave Geoffroy » était un affidé qui, en fait, n'avait jamais été blessé[2]. Quoi qu'il en soit, ce fut un succès pour ceux qui avaient organisé ce « vrai faux attentat ».

Arrêté, placé au secret, Admirat fut peu après déféré avec Mme de Lamartinière, devenue un témoin encombrant, et beaucoup d'autres personnes dont Cécile Renault au Tribunal révolutionnaire qui jugeait selon une procédure où le prévenu ne pouvait, en deux minutes, ne répondre que par oui ou par non. Il n'a jamais fourni d'explications en public. Ses dépositions, rédigées dans le secret du Comité de sûreté générale, organe policier et répressif du gouvernement révolutionnaire, sont à utiliser avec une extrême prudence. Le 17 juin 1794, il fut guillotiné place de la Nation revêtu de la chemise rouge des assassins et empoisonneurs[3] ; son corps fut jeté, avec ceux des cinquante trois autres suppliciés, dans la fosse commune, aujourd'hui dans le cimetière de Picpus.

Les 53 complices[modifier | modifier le code]

Le tribunal révolutionnaire avait trouvé 53 complices concernant la tentative d'assassinat contre Collot d'Herbois :

Liste des 54 condamnés, exécutés le 17 juin 1794 telle qu’elle figure dans le livre Louis XVII, sa vie, son agonie, sa mort d’Alcide Hyacinthe Du Bois de Beauchesne, 1852, p. 220-222 :

  1. Henry Admiral, âgé de 50 ans, natif de Auzolet, département du Puy-de-Dôme, domicilié à Paris, rue Favart, n" 4, ci-devant domestique, ensuite attaché à la loterie ci-devant royale en qualité de garçon de bureau.
  2. François Cardinal, instituteur et maître de pension âgé de 40 ans, natif de Bussière, département de la Haute-Marne, domicilié à Paris, rue de Tracy, n° 7.
  3. Pierre-Balthasard Roussel, âgé de 26 ans, natif de Paris, y domicilié, rue Helvétius, n° 70.
  4. Marie-Suzanne Chevalier, âgée de 34 ans, native de Saint-Sauvant, département de la Vienne, domiciliée à Paris, rue Chabanais, n° 47, femme séparée depuis trois ans de Lamartinière.
  5. Claude Paindavoine, âgé de 53 ans, natif de Lépine, département de la Marne, domicilié à Paris, rue Neuve-des-Petits-Champs, n° 19, concierge de la maison des ci-devant loteries.
  6. Aimée-Cécile Renault, âgée de 20 ans, native de Paris, y domiciliée, rue de la Lanterne, fille de Antoine Renault.
  7. Antoine Renault, papetier et cartier, âgé de 62 ans, natif de Paris, y domicilié, rue de la Lanterne, section de la Cité.
  8. Antoine-Jacques Renault, papetier, âgé de 31 ans, natif de Paris, y domicilié, rue de la Lanterne, fils d'Antoine Renault.
  9. Edme-Jeanne Renault, ex-religieuse, âgée de 60 ans, native de Paris, y domiciliée, rue Babylone, n° 698.
  10. Jean-Baptiste Portebœuf, âgé de 43 ans, natif de Thoiré, département de la Seine-Inférieure, domicilié à Paris, rue Honoré, n° 510.
  11. André Saintanac, élève en chirurgie et employé à l'hôpital militaire de Cboisy-sur-Seine, âgé de 22 ans, natif de Bordeaux, département du Bec-d'Ambès, domicilié audit Choisy, et précédemment à Paris, rue Quincampoix, maison garnie, ci-devant dite de la Couronne.
  12. Anne-Madeleine-Lucile Parmentier, âgée de 52 ans, native de Clermont, département de l'Oise, domiciliée à Paris, rue Honoré, n° 510, mariée à Alexandre Lemoine Crécy.
  13. François Lafosse, chef de la surveillance de police de Paris, âgé de 44 ans, natif de Versailles, département de Seine-et-Oise, domicilié à Paris, rue du Faubourg-du-Temple, n° 32.
  14. Jean-Louis-Michel Devaux, employé, âgé de 29 ans, natif de Doulans, département de la Somme, domicilié à Paris, rue Barbe, section de Bonne-Nouvelle.
  15. Louis-Eustache-Joseph Potier (Deillle), âgé de 44 ans, natif de Lille, département du Nord, domicilié à Paris, rue Favart, imprimeur et membre du comité révolutionnaire de la section Lepelletier.
  16. Charles François de Virot de Sombreuil, ex-gouverneur des Invalides, âgé de 64 ans, natif de Insishain (sic), département du Haut-Rhin, domicilié à la maison nationale des Invalides.
  17. Stanislas Virot de Sombreuil, âgé de 26 ans, natif de Lechoisier, département de la Haute-Vienne, domicilié à Poissy, ex-capitaine de hussards et ex-capitaine de la garde nationale de Poissy.
  18. Jean-Guet Henoc Rohan Rochefort, ex-noble, domicilié à Rochefort, département de la Charente-Inférieure.
  19. Pierre Laval Montmorency, ex-noble, âgé de 25 ans, natif de Paris, y domicilié, rue du Bac.
  20. Etienne Jardin, âgé de 48 ans, natif de Versailles, département de Seine-et-0ise, domicilié à Paris, rue Cadet, directeur des transports militaires depuis la révolution, et avant piqueur du tyran.
  21. Charles-Marie-Antoine Sartine, ex-maître des requêtes, âgé de 34 ans, natif de Paris, y domicilié, rue Vivienne, fils de…
  22. Barthélemy Constant, gendarme, âgé de 42 ans, natif de Grasse, département du Var, domicilié à Paris, rue du Faubourg-Martin, n° 185.
  23. Joseph-Henry Burlandeux, ex-officier de paix, âgé de 39 ans, natif de Saullier, département du Var, domicilié à Paris, rue du Faubourg- Martin, n° 64.
  24. Louis-Marie-Francois Saint-Mauris de Montbarey, ex-prince et ancien militaire, âgé de 38 ans, natif de Paris, y domicilié faubourg Honoré, n° 49.
  25. Joseph-Guillaume Lescuyer, musicien, âgé de 46 ans, natif d'Antibes, département du Var, domicilié à Paris, rue Poissonnière, n° 16.
  26. Achille Viart, ci-devant militaire, âgé de 51 ans, natif de …, en Amérique, domicilié à Mariac, département de Bec-d'Ambès.
  27. Jean-Louis Biret Tissot, domestique de la femme Grandmaison, âgé de 35 ans, natif de Paris, y domicilié, rue de Mesnard.
  28. Théodore Jauge, banquier, âgé de 47 ans, natif de Bordeaux, département de Bec-d'Ambès, domicilié à Paris, rue du Mont-Blanc.
  29. Catherine-Suzanne Vincent, âgée de 45 ans, native de Paris, y domiciliée, rue de Mesnard, mariée à Gryois.
  30. Françoise-Augustine Duval d'Eprémesnil née Santuare, âgée de 40 ans, native de l'île Bourbon, en Afrique, domiciliée à Marefosse, département de la Seine-Inférieure, mariée à Desprémenil.
  31. Charles-Armand-Augustin Depont, ex-noble, âgé de 49 ans, natif de Paris, y domicilié, rue Notre-Dame-des-Champs.
  32. Joseph-Victor Cortey, épicier, âgé de 37 ans, natif de Symphorien, département de la Loire, domicilié à Paris, rue de la Loi.
  33. François Paumier, ci-devant marchand de bois, âgé de 39 ans, natif de Aunay, département de la Nièvre.
  34. Jean-François Deshayes, âgé de 68 ans, natif de Herserange, département de la Moselle, domicilié à Luçon, marchand et membre du comité de surveillance dudit lieu.
  35. Francois-Augustin Ozanne, ex-officier de paix, âgé de 40 ans, natif de Paris, y domicilié, rue de la Vieille-Monnaie.
  36. Charles-François-René Duhardaz Dauteville, ex-noble, âgé de 23 ans, natif du Mans, département de la Sarthe, domicilié à Paris, rue Basse- du-Rempart, n° 20.
  37. Louis Comte, négociant, âgé de 49 ans, natif de Varennes, département de Saône-et-Loire, domicilié à Paris, rue Thomas-du-Louvre, grande maison de France.
  38. Jean-Baptiste Michonis, limonadier et ex-administrateur de police, âgé de 59 ans, natif de Paris, y domicilié.
  39. Philippe-Charles-Élysée Baussancourt, sous-lieutenant de carabiniers, âgé de 27 ans, natif de Vitry-le-François.
  40. Louis Karadec, agent de change, âgé de 45 ans, natif de Lisieux, département du Calvados, domicilié à Paris, rue du Faubourg-du-Temple.
  41. Théodore Marsan, âgé de 27 ans, natif de Toulouse, département de la Haute-Garonne, domicilié à Paris, rue de Cléry, n° 95.
  42. Nicolas-Joseph Égrée, brasseur, âgé de 40 ans, natif de Cateau-Cambrésis, département du Nord, domicilié à Suresnes, département de Paris.
  43. Henri Menil-Simon, ci-devant capitaine de cavalerie, âgé de 53 ans, natif de Buley, département de la Nièvre, domicilié à Vigneux, département de Seine-et-Oise.
  44. Jeanne-Louise-Françoise de Sainte-Amaranthe, âgée de 42 ans, native de Saintes, département de la Charente, domiciliée à Cercy, département de Seine-et-Oise.
  45. Charlotte-Rose-Émilie de Sainte-Amaranthe, âgée de 19 ans, native de Paris, domiciliée à Cercy, département de la Nièvre, mariée à Sartine.
  46. Louis Sainte-Amarante, âgé de 17 ans, natif de Paris, domicilié à Cercy.
  47. Gabriel-Jean-Baptiste Briel, ex-prêtre, âgé de 56 ans, natif de Montier-sur-Faulx, département du Mont-Blanc, domicilié à Arcueil, et auparavant a Paris, rue Helvétius.
  48. Marie de Grandmaison, ci-devant Buret, ci-devant actrice des Italiens, âgée de 27 ans, native de Blois, département de Loir-et-Cher, domiciliée à Paris, rue Mesnard, n° 7.
  49. Marie-Nicole Bouchard, âgée de 18 ans, native de Paris, y domiciliée, rue Mesnard, n° 7.
  50. Jean-Baptiste Marino, peintre en porcelaine, administrateur de police, âgé de 37 ans, natif de Sceaux, district du bourg de l'Egalité, domicilié à Paris, rue Helvétius.
  51. Nicolas-André-Marie Froidure, ex-administrateur de police, âgé de 29 ans, natif de Tours, département d'Indre-et-Loire, domicilié à Paris, rue Honoré, n° 91.
  52. Antoine-Prosper Soules, ex-administrateur de police et officier municipal, âgé de 31 ans, natif de Avisse, département de la Marne, domicilié à Paris, rue Taranne, n° 38.
  53. François Dangé, ex-administrateur de police, âgé de 47 ans, natif de Chesey, département de Cher-et-Loir, domicilié à Paris, rue de la Roquette, n° 36.
  54. Marie-Maximilien-Hercule Rossay, se disant comte de Fleury, âgé de 23 ans, domicilié à Paris.

Vu l'extrait du jugement du Tribunal révolutionnaire et du procès-verbal d'exécution, en date du 29 prairial.
Signé : Lécrivain, greffier.
Paris, le 9 messidor an II de la République.
Claude-Antoine Deltroit, officier public.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Né à Rennes en 1743, rédacteur de l'Année littéraire, attaché au Journal de Monsieur, Geoffroy travailla à l'Ami du roi au début de la Révolution
  2. Antoine-Vincent Arnault, Les loisirs d'un banni, Paris, II.
  3. article 4, titre Ier, 1re partie, Code pénal de 1791

Bibliographie[modifier | modifier le code]