Henri-René Garaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henri-René Garaud
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de
Légitime défense (d)
Ordre des avocats de ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Henri-René Garaud (1926-1998) est un avocat et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri-René Garaud naît le [1]. Il reçoit la Légion d'honneur en [2].

Avocat[modifier | modifier le code]

Il a été notamment l'avocat de Christine Villemin (affaire Gregory), de Simone Weber, du policier Gilles Burgos, des agresseurs de Malik Oussekine et des familles des victimes de la fusillade de Hienghène (Nouvelle-Calédonie).

Militant[modifier | modifier le code]

En 1978, il cofonde l'association Légitime défense, qui promeut un droit élargi à la légitime défense[3],[4] le but étant "d'affirmer le droit à la légitime défense de soi-même et d'autrui et d'obtenir une protection efficace pour toutes les victimes de violences en exigeant une répression énergique des crimes et des délits "[5].

Il milite également au Centre national des indépendants et paysans[3].

Élu local[modifier | modifier le code]

Il a été maire, pendant plus de 20 ans[Quand ?][6], de Vaychis (Ariège) et y est inhumé.

Mort[modifier | modifier le code]

Il meurt le [7], à l'âge de 72 ans[3].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice BnF.
  2. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000199827
  3. a b et c Erich Inciyan, « Henri-René Garaud », sur lemonde.fr, .
  4. P. G., « Me Henri-René Garaud, avocat ou la défense de... l'autodéfense », sur lemonde.fr, 11 juillet*/ 1985.
  5. « UNE ASSOCIATION " LÉGITIME DÉFENSE " EST CRÉÉE À PARIS », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Maire de Vaychis (09110) - Nom, âge, date de naissance, profession du maire de Vaychis », sur Mon-maire (consulté le )
  7. « Henri-René Garaud disparaît. », Libératon,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]