Henri-Frédéric Amiel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henri-Frédéric Amiel
Image dans Infobox.
Henri-Frédéric Amiel en 1852.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
GenèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Archives conservées par
Bibliothèque de Genève (Arch. Amiel 1-76, Ms. fr. 3001-3130, Ms. fr. 7264-7287, Ms. fr. 9126/1, Ms. fr. 9126/5-7, Ms. fr. 9138/2)Voir et modifier les données sur Wikidata
signature de Henri-Frédéric Amiel
signature
Plaque "ici a vécu et est mort" Henri-Frédéric Amiel à Genève.JPG
Plaque apposée sur la maison où vécut Henri-Frédéric Amiel à Genève. C'est également le lieu où il est mort.

Henri-Frédéric Amiel, né le à Genève et mort le dans la même ville, est un écrivain et philosophe suisse, auteur d'un journal intime exceptionnel tant par son volume (17 000 pages) que par la valeur et l'universalité de son message.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le premier fils d'Henri Amiel et de Caroline Brandt. Deux tragédies familiales marquent son enfance : la mort de sa mère (d'une tuberculose), alors qu'il n'a que onze ans, et, moins de deux ans plus tard, le suicide de son père, qui se jette dans le Rhône. Henri-Frédéric, alors âgé de 13 ans, et ses deux sœurs cadettes, Fanny et Laure, sont recueillis par leur oncle Frédéric Amiel et leur tante Fanchette, déjà parents de onze enfants. Ce séjour dure sept ans. Après avoir commencé ses études dans sa ville natale, Henri-Frédéric voyage en Suisse, en Italie, en France et en Belgique. En Allemagne, il s'arrête d'abord pendant neuf mois à Heidelberg. Puis, de 1844 à 1848, à Berlin, il étudie la philosophie (avec Schelling), la psychologie (avec Friedrich Eduard Beneke), la philologie et la théologie. Il fut l'un des premiers étrangers à s'intéresser à la philosophie de Schopenhauer, qu'il présenta à ses étudiants en 1866 déjà, mais son éducation et son caractère l'empêchèrent d'y adhérer, en lui faisant préférer celle de Krause[1].

En 1849, il revient à Genève et devient professeur d’esthétique et de littérature française, à l'université de Genève, grâce à son étude Du mouvement littéraire dans la Suisse romande et de son avenir. De 1854 jusqu'à sa mort, il conserve sa chaire de philosophie.

Il introduit dans les langues française et anglaise, aux alentours de 1860, le terme d’inconscient, au sens de ce qui est non conscient[2].

Vers 1870, Berthe Vadier écrit un cahier de poésie qu'elle soumet à H.-F. Amiel. De là débute une relation "d'un maître et d'une élève"[3]. A la suite de cette rencontre, il va loger à la pension Chappuis, tenue par B. Vadier et sa mère, pour les dernières années de sa vie et il meurt chez elles[4].

Par testament, H.-F. Amiel confie à Fanny Mercier son Journal intime, sa correspondance, ses notes de cours, ses manuscrits. Berthe Vadier publie bon nombre d'informations en 1886 dans une première étude biographique sur Amiel[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Amiel publia plusieurs volumes de poèmes, d’études historiques ou philologiques et des essais philosophiques influencés par la philosophie idéaliste allemande. L’œuvre la plus populaire qu'il publia durant toute sa vie était la chanson patriotico-militariste Roulez, tambours ! (1857).

Journal intime[modifier | modifier le code]

La postérité vint à Amiel grâce à son monumental journal intime de 17 000 pages (16 847 exactement), qu’il tint de 1839 à 1881. C’est après sa mort qu’on le découvrit. Les courts extraits qui furent publiés dès 1882 (cinq cents pages seulement furent retenues), en deux volumes[5], grâce aux soins d'une institutrice amie du diariste, Fanny Mercier, et du critique Edmond Schérer, provoquèrent une grande sensation à cause de la clarté de la pensée de l'auteur, de la sincérité de son introspection, de l'exactitude des détails, de sa vision découragée de l'existence et de sa tendance à la critique de soi. Ils influencèrent les écrivains de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle non seulement en Suisse, mais aussi ailleurs en Europe (par exemple Léon Tolstoï).

L'intégralité du Journal d'Amiel a été publié en douze volumes aux éditions L'Âge d'Homme sous la direction de Bernard Gagnebin.

On y trouve notamment cette phrase devenue célèbre : « Chaque paysage est un état d'âme » (en allemand « jedes Landschaftsbild ist ein Seelenzustand »).

Depuis 1996, l'artiste français Gérard Collin-Thiébaut recopie le Journal intime d'Amiel. Il en est à son 69e cahier (20 février 1858).[Quand ?] Un de ces cahiers est présenté en permanence dans « L'Atelier d'Aujourd'hui » de Gérard Collin-Thiébaut, au musée d'art moderne et contemporain de Genève[6].

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

  • Berlin au printemps de l’année 1848 (1849)
  • Du mouvement littéraire dans la Suisse romane et de son avenir (1849)[7]
  • Grains de mil (1854), poésies et pensées
  • Il penseroso (1858), poésies-maximes
  • La Cloche (1860), poème de Schiller
  • La Part du rêve (1863), nouvelles poésies
  • L’Escalade de MDCII (1875), ballade historique
  • Charles le Téméraire (1876), romancero historique
  • Les Étrangères (1876), poésies traduites de diverses littératures
  • L’Enseignement supérieur à Genève depuis la fondation de l’Académie depuis le (1878)
  • Jean-Jacques Rousseau jugé par les Genevois d’aujourd’hui (1879)
  • Jour à jour (1880), poésies intimes
  • Fragments d’un journal intime (1883-1884, 1887, 1923, 1927)
  • Philine (1927), fragments inédits du Journal intime
  • Lettres de jeunesse (1904)
  • Essais, critiques (1931) (réédités en 2006)
  • Frédéric Amiel - Élisa Guédin, Correspondance (1869-1881), Les Moments littéraires, Hors série n° 3 (2020)

Archives[modifier | modifier le code]

Fonds : Papiers Henri-Frédéric Amiel (1700-1979) [14 mètres linéaires, papiers personnels, correspondances, œuvres, manuscrits scientifiques, journal intime, cours et travaux universitaires, papiers des familles Amiel et alliées (Stroehlin, Montilhon, Johannot, Foriel, Lagrange, Diedey, Brandt et Zimmermann), correspondances familiales, journal intime de sa mère Caroline Amiel, née Brandt (1801-1832).]. Cote : CH-000007-9 CH BGE Arch. Amiel 1-76, Ms. fr. 3001-3130, Ms. fr. 7264-7287, Ms. fr. 9126/1, Ms. fr. 9126/5-7, Ms. fr. 9138/2. Genève : Bibliothèque de Genève (présentation en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fabrizio Frigerio, « Les notes de cours d'Henri-Frédéric Amiel sur la philosophie de Schopenhauer », in : Zeit der Ernte, Festschrift für Arthur Hübscher, Stuttgart-Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog, 1982, p. 248-260.
  2. Élisabeth Roudinesco et Michel Plon, Dictionnaire de psychanalyse, Paris, Fayard, p. 731.
  3. a et b Berthe Vadier, Henri-Frédéric Amiel : étude biographique, Paris, Librairie Fischbacher, , 288 p. (lire en ligne), p. 3
  4. Henri-Frédéric Amiel, Journal intime : Edition intégrale publiée sous la direction de Bernard Gagnebin et Philippe M. Monnier, Lausanne, L’Âge d’homme, , 1246 p. (lire en ligne), p. 35-36
  5. Henri-Frédéric Amiel (préf. Edmond Schérer), Fragments d'un Journal intime : précédés d'une étude par Edmond Schérer, t. I-II, Paris, Genève, Neuchâtel, Sandoz et Thuilier, 1883-1884, 236 p. (lire en ligne)
  6. MAMCO.
  7. Du mouvement littéraire dans la Suisse romande et de son avenir (texte scanné) site amiel.org consulté le 25 octobre 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Écrivains célèbres, tome III, le XIXe et le XXe siècle, Éditions d’art Lucien Mazenod.
  • Bernard Bouvier, Henri-Frédéric Amiel. Fragments d'un journal intime, Paris, Stock, 1932.
  • Fabrizio Frigerio, « Les notes de cours d'Henri-Frédéric Amiel sur la philosophie de Schopenhauer », in : Zeit der Ernte, Festschrift für Arthur Hübscher, Stuttgart-Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog, 1982, p. 248-260.
  • Ursula Schöni, Henri-Frédéric Amiel. Réflexions sur les Français et les Allemands à l'occasion de la guerre franco-prussienne de 1870-71, , 123 p. (OCLC 561477)
  • Henri-Frédéric Amiel (1821-1881), Genève, coll. « La revue de belles-lettres », (OCLC 43124122)
  • Pierre Trahard, Henri-Frédéric Amiel, juge de l'esprit français, Paris, H. Champion, , 108 p. (OCLC 4529531)
  • Amiel et ses amies : Égérie : correspondance, 1853-1868, Lausanne, coll. « Au cœur du monde », , 358 p. (ISBN 978-2-8251-1740-8, OCLC 56328958, lire en ligne)
  • Amiel et sa plus jolie amie, Élisabeth Guédin : une lecture du journal intime d'Amiel, Métamorphoses, coll. « Ne m'oubliez pas », , 111 p. (OCLC 428229972)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]