Hellébore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hellébore
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
L'appellation « Hellébore » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après
Hellébore fétide (Helleborus foetidus).

Taxons concernés

Hellébore ou Ellébore est un terme vernaculaire désignant certaines plantes de la famille des Renonculacées, principalement du genre Helleborus.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mot hellébore provient du grec helleboros ; certaines espèces étaient employées autrefois en médecine pour leurs vertus purgatives ; dans l'Antiquité, on croyait les hellébores propres à guérir la folie[1] et la mélancolie[2]. L'hellébore porte le nom d’anticyricón, notamment chez Dioscoride[3]. Dans la Rome antique, l'expression « Mettre le cap sur Anticyre » signifiait donner des signes de folie ; on la retrouve chez Horace[4], Plaute[5] et dans les Adages d’Érasme. Jean de La Fontaine fait allusion à cette croyance dans sa fable Le Lièvre et la Tortue (vers no 7). Dans Les Caractères de Théophraste, on retrouve la popularité de l'effet purgatif de l'ellébore dans le portrait du Raseur[6],[7],[8].

Définitions[modifier | modifier le code]

« HELLÉBORE ou ELLÉBORE. Plante dont on distingue plusieurs especes, & qui ont été connues des anciens Grecs et Latins. Nous ne parlerons que deux especes qui sont en usage ; savoir l’hellébore blanc & le noir, & nous avertissons que ces deux plantes sont de genre très-différent. »[9]

« On cultive aussi un petit hellébore d’hiver, Helleborus hyemalis, Lin., 783 : sa hauteur est de trois à quatre pouces ; sa tige qui est simple & droite, porte à son sommet une feuille orbiculaire, horizontale, glabre, lisse, profondément découpée : sa fleur est jaune, sessile, & terminale. » [10]

Liste des espèces appelées « hellébore »[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Symbolique[modifier | modifier le code]

Calendrier républicain[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lucien de Samosate 2015, p. 536
  2. Starobinski 2012
  3. La ville d’Anticyre passait pour produire en abondance une espèce médicinale efficace contre la folie
  4. Satires, II, 3, 83
  5. Les Ménechmes, 247
  6. Caractère XX (6).
  7. Théophraste 2010, p. 61
  8. Théophraste 1996, p. 40
  9. Page 498 du tome 6 du Dictionnaire raisonné universel d'histoire naturelle de Jacques Christophe Valmont de Bomare, Dictionnaire raisonné universel d'histoire naturelle (4e édition), 1791, Frères Bruyset, Lyon.
  10. Page 500 du tome 6 du Dictionnaire raisonné universel d'histoire naturelle de Jacques Christophe Valmont de Bomare, Dictionnaire raisonné universel d'histoire naturelle (4e édition), 1791, Frères Bruyset, Lyon.
  11. Théophraste 2010, p. 403
  12. Théophraste 2010
  13. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 23.