Hantarō Nagaoka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hantarō Nagaoka
Hantaro Nagaoka.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
Tokyo (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
長岡半太郎Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Académie des sciences d'URSS (d)
Académie des sciences de RussieVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Grand cordon de l'ordre du Soleil levant (d)
Ordre de la Culture ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Relief de Nagaoka au musée des Sciences de Tokyo

Hantarō Nagaoka (長岡 半太郎, Nagaoka Hantarō?, ) est un physicien japonais et un pionnier de la physique japonaise pendant l'ère Meiji.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nagaoka est né à Nagasaki, au Japon, et a fait ses études à l'université de Tokyo. Diplômé en 1887, il a travaillé sur le magnétisme avec Cargill Gilston Knott, un physicien britannique en visite au Japon. En 1893 il voyage en Europe et continue ses études dans les universités de Berlin, Munich, et Vienne. Il a participé également au premier Congrès International de Physique à Paris, où il a assisté aux communication de Marie Curie sur la radioactivité, un événement qui a suscité son intérêt en physique atomique. Nagaoka retourne au Japon en 1901 et devient professeur de physique à l'université de Tokyo jusqu'en 1925. À cette date, il devient scientifique au RIKEN (Institut de recherche scientifique japonais), puis devient le premier président de l'université d'Osaka (1931–1934).

Modèle saturnien de l'atome[modifier | modifier le code]

En 1900, les physiciens commençaient juste à envisager la structure de l'atome. Les découvertes récentes de Joseph John Thomson sur les électrons chargés négativement impliquait que l'atome, électriquement neutre, devait aussi contenir des charges positives. En 1903, Thomson propose que l’atome est une sphère contenant des charges positives avec les électrons dispersés entre elles, comme des prunes dans un pudding, d'où le nom de modèle du plum pudding.

Nagaoka a rejeté le modèle de Thomson arguant que des charges opposées sont impénétrables. Il propose un modèle alternatif dans lequel un noyau de charge positive est entouré des électrons en orbite, à la manière de Saturne et de ses anneaux.

En 1904, Nagaoka développe un modèle planétaire de l'atome[1]. Le modèle de Nagaoka était basée sur une analogie avec l'explication de la stabilité des anneaux de Saturne (les anneaux sont stables parce que la planète autour de laquelle ils orbitent est très massive). Ce modèle a permis deux prédictions :

  • un noyau très massif (par analogie à une planète très massive) ;
  • des électrons orbitant autour du noyau, maintenus par les forces électrostatiques (par analogie avec les anneaux orbitant autour de Saturne, maintenus par les forces gravitationnelles).

Les deux prédictions ont été confirmées avec succès par Ernest Rutherford, qui signale le modèle de Nagaoka dans son article de 1911. Cependant, d'autres détails du modèle sont incorrects. En particulier, les charges des anneaux auraient dû être instables à cause de l'effet répulsif, ce qui n'est pas le cas des anneaux de Saturne et Nagaoka abandonne son modèle en 1908.

Ernest Rutherford et Niels Bohr ont proposé un modèle plus viable en 1913.

Autres travaux[modifier | modifier le code]

Nagaoka a plus tard fait des recherches en spectroscopie et dans d'autres domaines. En 1909, il a publié un article sur l'inductance de solénoïdes[2]. En mars 1924, il a publié les études dans lesquelles il avait réussi à obtenir un milligramme d'or et du platine à partir de mercure[3]. En 1929, il est la première personne à décrire les communications par combustion de météore (en)[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Pour l'intégralité de son œuvre scientifique, Hantaro Nagaoka a reçu du gouvernement japonais l'Ordre de la Culture en 1937.

Le Nagaoka (crater) (en) a été baptisé en son honneur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Hantaro Nagaoka » (voir la liste des auteurs).
  1. Bill Bryson, A Short History of Nearly Everything, Broadway Books, (ISBN 0-7679-0817-1)
  2. (en) Hantaro Nagaoka, « The Inductance Coefficients of Solenoids », Journal of the College of Science, Tokyo, Imperial University, vol. 27, no 6,‎ , p. 18 (lire en ligne)
  3. Robert A. Nelson, Adept Alchemy, Rex Research, (lire en ligne), « Transmutations of Mercury to Gold ».
  4. (en) Hantaro Nagaoka, « Possibility of the radio transmission being disturbed by meteoric showers », Tokyo Imperial Academy, Proceedings, vol. 5, no 6,‎ , p. 233–236 extrait de ː Wilhelm Nupen, Bibliography on meteoric radio wave propagation, Washington, U.S. National Bureau of Standards, , 76 p. (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]