Hans Bol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bol.
Hans Bol
Hans Bol by Hendrick Goltzius cropped.jpg

Hans Bol, portrait gravé par Hendrick Goltzius.

Naissance
Décès
Activités
Peintre, graveurVoir et modifier les données sur Wikidata

Hans Bol, né à Malines en 1534 et mort à Amsterdam en 1593, est un artiste flamand de la Renaissance, à la fois peintre de paysages, dessinateur, graveur, enlumineur et cartonnier de tapisseries.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Malines le , il est le fils de Simon Bol (Boels), peintre sur verre et beau-père de Frans Boels[1].

Peintre, dessinateur, graveur et illustrateur, il reçoit sa formation dans le milieu des paysagistes travaillant à la détrempe, très nombreux à Malines, et apprend l'art du dessin chez son oncle Jacob Bol. Il part ensuite à Heidelberg en 1551 et 1552.

De retour à Malines, il devient maître à la guilde locale de Saint-Luc en 1560. Au cours de cette période, de nombreux dessins sont publiés par l'éditeur Jérôme Cock, alors très réputé, et preuve d'un grand succès[2].

Ses gouaches sont si souvent copiées que cela l'oblige à se limiter aux miniatures, lesquelles sont plus difficiles à imiter. La clientèle internationale lui donne un bon revenu. Il fait également des dessins, des gravures et des enluminures. C'est un artiste polyvalent qui crée aussi bien des scènes mythologiques, allégoriques ou bibliques mais qui est surtout connu pour son art du paysage et des scènes de genre paysannes[3].

Devant l'invasion espagnole, il fuit en 1572 Malines pour Anvers. Ayant perdu tous ses biens, il se limite aux miniatures. La renommée revient rapidement et il devient membre de la guilde anversoise en 1574[4].

De nouveaux conflits l'obligent à quitter la Flandre pour les Pays-Bas du nord en 1584 et transiter par Dordrecht, Delft et finir à Amsterdam, où il en devient le citoyen libre en novembre 1591[5].

Il meurt à Amsterdam le [1].

Parmi ses élèves, se trouvent son gendre Frans Boels, Joris Hoefnagel, Van Rommert Beve, et Jacob Savery (I)[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Paysage avec la chute d'Icare, Musée d'Anvers
Paysage avec une vue d'Anvers

Hans Bol est principalement connu pour son importante œuvre graphique de gouaches et d'estampes. Son premier dessin connu représente un paysage avec des arbres et un moulin à eau (signé et daté 1557, musée Boijmans Van Beuningen) et montre l'influence de Pieter Brueghel l'Ancien. Dans ce dessin, Bol s'éloigne de la tradition flamande et des paysages de montagnes imaginaires et de rochers escarpés en faveur d'une approche plus réaliste qui repose sur l'observation scrupuleuse de la nature. Le dessin souligne également la possible connaissance de Bol du travail du Maître des Petits Paysages, un artiste anonyme non identifié de cette époque, dont les dessins pour deux séries de gravures montrent des scènes rurales innovantes et situées autour d'Anvers en 1559 et en 1661. Le Maître des Petits Paysages représente des paysages réels plutôt qu'imaginaires, motif qui influencera les futurs artistes du paysage flamand, y compris Bol[6].

Les dessins de Bol révèlent son rôle de tout premier plan dans le développement de l'art du paysage aux Pays-Bas. Ses paysages sont souvent peuplés par des figures humaines représentant des personnages bibliques ou ordinaires, et parfois les deux. Il mélange des détails réalistes avec des éléments imaginaires. Dans son approche de l'art du paysage, Bol est influencé par le travail de son contemporain Pieter Bruegel l'Ancien. Avec ce maître, il partage également sa préférence pour représenter les saisons et les mois de l'année. Bruegel avait fait revivre cette tradition médiévale avec sa série monumentale des mois, peinte en 1565. Dans les années suivantes, Hans Bol fait des dessins pour une série d'estampes des quatre saisons. Le projet lancé par Bruegel est de premier plan pour l'imprimeur Jérôme Cock. Lorsque Bruegel meurt en 1569, les modèles pour le printemps et l'été sont les seuls qui soient achevés. C'est Bol, approché par Jérôme Cock, qui exécute les dessins pour l'automne et l'hiver, preuve de la haute estime dans laquelle il est considéré en 1570. Grâce à cette commande, le jeune Bol était effectivement devenu le successeur de Bruegel. La série a été gravée par l'imprimeur Pieter van der Heyden[6]

Le mois de décembre

Les années suivantes, Bol conçoit d'autres séries des quatre saisons incluant les activités caractéristiques propres à chacune. Une série complète de modèles pour les douze mois (dont le frontispice est manquant) se trouve dans la collection du musée Boijmans Van Beuningen. Elle est gravée par Adriaen Collaert puis, publiée par l'éditeur Hans van Luyck en 1581 ; largement diffusée, elle exerce une grande influence sur les artistes contemporains[3]

Une autre série de dessins des douze mois de l'année, datés 1584-1585, a été récemment redécouverte (vendue aux enchères le 16 Juillet 2014 chez Christie's, et maintenant dans la collection de la fondation du Roi Baudouin à Bruxelles). Elle comprend le dessin préparatoire pour le frontispice de la publication imprimée un peu plus tard. Les treize dessins ont servi de préparation pour les treize impressions et l'ensemble est monté dans un album. Le livre contient également un autre ensemble de dessins préparatoires pour son livre d'emblèmes Emblemata Evangelica, une série d'estampes conçue par Hans Bol, gravée par Adriaen Collaert et publiée par Johannes Sadeler[7]. Contrairement à la série conservée au musée Boijmans van Beuningen, qui représente chacun des mois par des travaux humains associés, les dessins de la série de Bruxelles associent des images du Nouveau Testament à de nombreuses paraboles. Les scènes représentant les travaux humains sont déplacées à l'arrière-plan, mettant en avant les scènes religieuses. C'est un concept iconographique réellement novateur pour la période. Plusieurs parties d'une histoire sont parfois représentées simultanément dans une composition unique[8].

Vue de Delft, avec Abraham et les Trois Anges

En 1582, Hans Bol et son atelier compose l'enluminure du Livre d'heures de François de France, duc d'Alençon, proclamé duc de Brabant cette année-là[3].

Hans Bol a également produit un certain nombre de dessins topographiques avec des vues de différentes villes, comme en 1583 la détrempe et gouache Une vue sur le port d' Anvers. Vers la fin de sa vie, il produit plusieurs dessins de paysages boisés.

L'une de ses plus célèbres œuvres est le Paysage avec la chute d'Icare, exécuté sur papier suivant la technique de l'aquarelle. Le travail est inspiré des Métamorphoses d'Ovide, où est relaté le mythe d'Icare. La conception, malgré sa petite taille, est un excellent exemple du genre de la peinture de paysage, la gradation subtile des couleurs et le contraste entre les plans donnent une impression générale de mouvement[4].

De ses premiers travaux, il ne reste presque rien.

De nombreux dessins sont gravés entre autres par Philippe GalleJérôme CockMatthew MerianHieronymus Wierix.

Vue du port d'Anvers en 1583

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Fiche de Hans Bol », sur rkd.nl (consulté le 27 mars 2017).
  2. « Dictionnaire des Peintres belges: 422 BOL, Hans », sur balat.kikirpa.be (consulté le 27 mars 2017).
  3. a, b et c (nl) Albert Elen, « Hans Bol », Boijmans Collection Online,‎ 1534-1593 (lire en ligne).
  4. a et b (nl) « Hans Bol - Mechelen Mapt », sur mechelen.mapt.be (consulté le 28 mars 2017).
  5. (nl) DBNL, « Nieuw Nederlandsch biografisch woordenboek. Deel 8 · dbnl », sur DBNL (consulté le 27 mars 2017).
  6. a et b (nl) Hans Bol, « Landscape with trees and a watermill », Boijmans Collection Online,‎ (lire en ligne).
  7. « Delineavit », sur www.delineavit.nl (consulté le 28 mars 2017).
  8. (en) « Emblemata evangelica ad XII signa codestica », sur www.heritage-kbf.be (consulté le 28 mars 2017).
  9. « Hans Bol: The Prodigal Son », sur The Metropolitan Museum of Art, i.e. The Met Museum (consulté le 28 mars 2017).
  10. La Prédication de saint Jean Baptiste (lire en ligne).
  11. Hans Bol, « Prédication de Saint Jean-Baptiste », Images d’Art,‎ (lire en ligne).
  12. (en) Hans Bol, « Spring », www.arthermitage.org,‎ (lire en ligne).
  13. (en) « The Rest on the Flight into Egypt - Camillo Procaccini, Hans Bol », FAMSF Explore the Art,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Siècle de Bruegel. La peinture en Belgique au XVIe siècle, catalogue d'exposition, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, 1963, p. 54-56.
  • (nl) Stefaan Hautekeete, Joris Van Griekeen, Marck Van Bogaert, Emblematica Evangelica : Hans Bol, Koning Boudewijnstichtingt, Bruxelles, , 89 p. (ISBN 978-9-08237-722-4, lire en ligne), ill.
  • (de) H. Faber, Hans Bol und die Dürer-Renaissance, Delineavite et Sculpsit. t 17, (lire en ligne), p. 7-12, 6 ill.
  • (en) Stefaan Hautekeete, New amendments : drawings for prints by Hans Bol, Delineavite et Sculpsit. t 35, (lire en ligne), p. 1-19, ill.
  • Véronique Van de Kerckhof, Le peintre et l'arpenteur: images de Bruxelles et de l'ancien duché de Brabant, Renaissance Du Livre, , 326 p. (ISBN 9782804604042, lire en ligne)
  • Karl-Heinrich von Heinecken, Dictionnaire des artistes, dont nous avons des estampes : Vol. 3, Chez Jean-Gottlob-Immanuel Breitopf, (lire en ligne), p. 112-114 livre numérique gratuit.
  • Grand Larousse encyclopédique, vol. 2, Larousse, (lire en ligne), p. 211

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :