Hôtel Urvoy de Saint-Bedan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hôtel Urvoy de Saint-Bedan
Image dans Infobox.
L'hôtel Urvoy de Saint-Bedan
Présentation
Destination initiale
Destination actuelle
Architecte
Construction
1840
Propriétaire
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nantes
voir sur la carte de Nantes
Red pog.svg

L'hôtel Urvoy de Saint-Bedan est un hôtel particulier bâti en 1840, situé à l'angle de la rue Tournefort et de la rue d'Argentré, dans le centre-ville de Nantes, en France. L'immeuble a été inscrit au titre des monuments historiques en 1954.

Il fait désormais partie du groupe de bâtiments formant l'« hôtel du département », siège du Conseil départemental de la Loire-Atlantique.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'hôtel est bâti en 1840 par l'architecte Joseph-Fleury Chenantais pour Jacques Urvoy de Saint-Bedan, propriétaire et homme politique nantais né à Nantes le et mort à Casson le . La famille est originaire de Saint-Brandan, près de Saint-Brieuc[1]. Jacques Olivier Urvoy de Saint-Bedan, devenu orphelin très jeune lors de la Révolution, hérite d'une fortune importante[2]. Il a été maire de Casson, conseiller général, député de la Loire-Inférieure[3] et conseiller municipal de Nantes[1].

La façade et la toiture de l'hôtel Urvoy de Saint-Bedan sont inscrites au titre des monuments historiques par arrêté du [4].

Au XXe et XXIe siècles, le conseil général rachète progressivement l'hôtel Urvoy de Saint-Bedan et l'hôtel Mellient qui lui est contigu (situé à l'angle de la rue Tournefort et du quai Ceineray) pour y installer leurs services. Dès 1974, différents projets sont proposés pour l'implantation de l'« hôtel du département », dont certains prévoyaient la destruction complète de ces hôtels particuliers, à l’exception des façades donnant sur le cours Saint André, inscrites à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Néanmoins, compte tenu de l’intérêt patrimonial des décors des pièces de ces hôtels, Paul Ferré, l’architecte du Département décide en 1982 de conserver en partie leurs structures intérieures[5].

Architecture[modifier | modifier le code]

Immeuble 2 rue d'Argentré Cours Saint-André (porte) - Nantes.jpg

Dans les années 1840, les nouvelles constructions nantaises s'éloignent du néo-classicisme. La façade de l'hôtel Urvoy de Saint-Bedan fait appel au style Renaissance. Ses ornements sont constitués de vases, griffons, guirlandes ou têtes de lions. La porte cochère est une illustration de la technique de décor en fonte entre 1830 et 1850. La porte en bois est décorée de panneaux de fontes formant des putti, rinceaux et candélabres[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bernard Le Nail, Dictionnaire biographique de Nantes et de Loire-Atlantique, Pornic, Le Temps éditeur, , 414 p. (ISBN 978-2-363-12000-7), p. 391.
  2. Marcel Launay (dir.) et Michel Lagrée, La Bretagne, Paris, Beauchesne éditeur, , 430 p. (ISBN 2-7010-1202-3 et 2-86822-034-7), p. 407.
  3. « Jacques, Olivier, Marie URVOY DE SAINT-BEDAN (1780 - 1858) », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le 5 mars 2012).
  4. « Immeuble », notice no PA00108739, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 24 juillet 2017.
  5. « L’Hôtel du Département de Loire-Atlantique », sur loire-atlantique.fr (consulté le 21 juillet 2017)
  6. Flohic 1999, p. 726

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Flohic (dir.), Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, t. 2, Charenton-le-Pont, Flohic éditions, coll. « Le patrimoine des communes de France », , 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :