Guy Delfosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guy Delfosse
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
GendarmeVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions
Archives conservées par
Lyon 2e - Rue Bichat, plaque Guy Delfosse sur le mur de la caserne de gendarmerie.jpg
Plaque commémorative, caserne Guy-Delfosse à Lyon.

Guy Delfosse est un général de gendarmerie français, né à Douai le et abattu à Lyon par Action directe le lors du braquage d'une agence bancaire où il se trouvait.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1925, Guy Delfosse est le fils d’un sous-officier d’artillerie. Il est admis en 1937 comme enfant de troupe à l’École militaire préparatoire (EMP) d’Épinal. En 1940 il poursuit son cursus scolaire à l’EMP d’Autun, repliée à Valence, tout comme le Prytanée militaire qu’il rejoint pendant l’année scolaire 1943-1944. De novembre 1944 à mai 1945, il est élève-officier à l’École militaire interarmes (EMIA) de Cherchell en Algérie, promotion « Rhin français ».

Officier d’infanterie parachutiste, il sert pendant 8 ans dans les troupes aéroportées au sein du 1er régiment de chasseurs parachutistes (RCP) au Tonkin (1947-49), en Algérie et en Tunisie. Il est capitaine au Bataillon français de l'ONU en Corée (1953), transféré ensuite au Vietnam, où il est fait chevalier de la Légion d'honneur pour titres exceptionnels de guerre ; il y commande ensuite une compagnie au 1er RPC en 1954.

Rapatrié en 1955, il est admis à l’École des officiers de la Gendarmerie nationale (EOGN) à Melun. À sa sortie, il commande l’escadron de gendarmerie mobile d’Hirson (Aisne) qu’il conduit au Maroc et en Algérie. Il prend ensuite le commandement de la compagnie de gendarmerie départementale de Douai (Nord). Puis il est affecté en 1962 à la Direction de la Gendarmerie nationale à Paris. De 1966 à 1968, il séjourne à Madagascar. Il commande ensuite successivement le groupement de gendarmerie départementale de la Vendée et le groupement de gendarmerie mobile d’Arras (62). Comme colonel, il est chef de corps du centre d’instruction des gendarmes auxiliaires (appelés faisant leur service militaire) d’Auxerre. Il commande ensuite la Légion de gendarmerie de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur (PACA). Promu général de brigade, il prend le commandement de la 3e région de gendarmerie à Rennes (Ille-et-Vilaine) en 1980.

Promu général de division en 1983, il est affecté comme commandant de la 5e région de gendarmerie à Lyon (Rhône). C’est là que le 27 mars 1984, il se rend, en uniforme, de la caserne de la rue Sainte-Hélène à l’agence BNP, située à l’angle de la rue Victor-Hugo et de la rue Jarente. Deux braqueurs de la branche lyonnaise d’Action Directe, Max Frérot et André Olivier, font irruption dans l’agence. Le général Delfosse tente de raisonner les malfaiteurs. Il est froidement abattu de 5 balles par l’un d’eux. Il avait 58 ans.

Une citation à l'ordre de la Nation lui est décernée le 29 mars suivant : « a donné ainsi un magnifique exemple d’abnégation en accomplissant jusqu’au sacrifice suprême son devoir de citoyen et de militaire de la Gendarmerie ». La médaille de la Gendarmerie nationale lui est attribuée à titre posthume. Il est également élevé à la dignité de Grand officier de la Légion d'honneur.

Hommages[modifier | modifier le code]

Ont été également nommés d'après lui :

  • Un square à Rennes (Ille-et-Vilaine) et un autre à Lyon, dans le quartier de la Confluence ;
  • Une caserne de gendarmerie (la GGD 69) et un amphithéâtre à l’EOGN et un autre à la Direction générale de la Gendarmerie nationale à Issy-les-Moulineaux.

Liens externes[modifier | modifier le code]