Rue Victor-Hugo (Lyon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue Victor-Hugo.

Rue Victor-Hugo
Image illustrative de l’article Rue Victor-Hugo (Lyon)
La rue Victor-Hugo
Situation
Coordonnées 45° 45′ 15″ nord, 4° 49′ 48″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Ville Lyon
Quartier(s) Ainay (2e arr.)
Tenant Place Bellecour
Aboutissant Place Carnot
Morphologie
Type Rue
Histoire
Création 1re moitié XIXe siècle
Anciens noms Rue de la Direction
Grande rue Royale
Rue de Bourbon (1816-1848)
Rue de la République (1848-1852)
Rue Bourbon (1852-1885)
Protection Partie nord :
site du centre historique
site du patrimoine mondial

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Rue Victor-Hugo

La rue Victor-Hugo, autrefois nommée rue de Bourbon, est une rue piétonne du 2e arrondissement de Lyon dans le quartier Presqu'île. Elle est réputée pour être l'une des meilleures artères commerciales de Lyon. D'orientation nord-sud, elle relie la place Bellecour et la place Carnot. La rue de la République, en constitue, au-delà de la place Bellecour, son prolongement naturel en traçant ainsi l'une des plus grands artères piétonnes d'Europe[1].

Odonymie[modifier | modifier le code]

La rue aurait dû s'appeler rue d'Euripide puis rue du Caire, mais ces noms furent finalement abandonnés[2]. Le premier nom, prévu avant même sa construction, fut rue de la Direction. Elle s'appela ensuite Grande rue Royale et fut renommée rue de Bourbon en septembre 1816 en hommage à l'échevin lyonnais Jacques Bourbon[3].

Elle fut rebaptisée rue de la République de 1848 à 1852 avant de reprendre son nom original. Son nom actuel lui a été attribué par la délibération du conseil municipal du 26 mai 1885[4], quatre jours seulement après la mort de Victor Hugo.

Histoire[modifier | modifier le code]

Planifiée en 1775 par Antoine Michel Perrache[5] et tracée pendant le Premier Empire, la rue devait permettre à l'empereur de voir le cheval de la place Bellecour (statue équestre de Louis XIV) depuis le palais dont la construction était prévue dans ce qui est aujourd'hui le quartier de la Confluence. Le percement de la rue a été terminé en 1842. Dès sa création, l'aristocratie lyonnaise l'a habitée.

La rue a été ouverte en cinq étapes :

  • en 1817 de la place des Victoires (actuelle place Carnot) jusqu'à la rue des Remparts d'Ainay,
  • en 1820 de la rue Sainte-Hélène jusqu'à la rue Sala,
  • en 1832 depuis la rue Jarente jusqu'à la rue Sainte-Hélène,
  • en 1839 au niveau du jardin de l'Hôtel[Quoi ?],
  • en 1841 depuis cet hôtel jusqu'à la place Bellecour.

Les nombres impairs 1 à 27 ont été construits entre 1834 et 1848, les numéros 29 à 67 entre 1820 à 1857, les numéros pairs de 2 à 16 en 1844, et numéros 18 à 68 entre 1826 et 1864[6]. Aux numéros 25 et 27 s'installa une institution fondée par Chalotte Dupin et nommée l'Œuvre des Charlottes, devenue par la suite les Sœurs de Saint-Joseph[7].

En 1974, la rue a été éventrée pour les besoins de la construction de la ligne A du métro. Le , après deux ans de travaux, malgré l'opposition des commerçants et le manque d'enthousiasme du maire, elle fut transformée en rue piétonnière et prit son apparence actuelle, ce qui en fit la deuxième rue piétonnière de Lyon (après la rue de la République, de l'autre côté de la place Bellecour, quelques mois plus tôt)[8].

Le , le général de gendarmerie Guy Delfosse y a été tué lors d’une attaque de banque perpétrée par le groupe armé Affiche rouge, issu d'Action directe[8].

Description[modifier | modifier le code]

On trouve principalement dans la rue Victor-Hugo des cafés, restaurants, commerces, services et hôtels. La rue comporte, en son centre, une place piétonne arborée, la place Ampère qui a donné, avec la rue elle-même, le nom à la station de métro qu'elle dessert, Ampère - Victor Hugo.

La rue est principalement bordée d'immeubles du XIXe siècle comportant de trois à six étages. Il y a également deux maisons anciennes aux angles avec la rue Sainte-Hélène et avec la rue Jarente. La plupart des portes ont de belles sculptures et des décorations : têtes de lions, serpents, etc[8].

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Ce site est desservi par les stations de métro Perrache, Ampère - Victor Hugo et Bellecour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Only Lyon - Tourisme et Congrès
  2. Robert Brun De La Valette, Lyon et ses rues, Paris, Le Fleuve, , p. 205
  3. Adolphe Vachet, À travers les rues de Lyon, Lyon, Laffitte reprints, (ISBN 2-7348-0062-4), p. 486–88
  4. Maurice Vanario, Rues de lyon à travers les siècles, Lyon, ELAH,
  5. Jean Pelletier, Lyon pas à pas — son histoire à travers ses rues — Presqu'île, rive gauche du Rhône, quais et ponts du Rhône, Roanne / Le Coteau, Horvath, (ISBN 2-7171-0453-4), p. 47
  6. Louis Meynard, Dictionnaire des lyonnaiseries — Les hommes. Le sol. Les rues. Histoires et légendes, vol. 4, Lyon, Jean Honoré, , p. 237–39
  7. Robert Brun De La Valette, Lyon et ses rues, Paris, Le Fleuve, , p. 231
  8. a b et c « Rue Victor-Hugo », Rues de Lyon (consulté le 13 décembre 2009)