Gusman Serph

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gusman Serph
Fonctions
Député
Vienne
-
Maire
Savigné
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
SavignéVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Activité

Gusman-Marc Serph (, Civray - , Savigné), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un ancien préfet, il fut, à l'âge de 24 ans, chef de cabinet du préfet d'Imbert de Mazères, et fut attaché à la préfecture de la Corse de 1849 à 1851. Rentré dans la vie privée en 1852, après le coup d'État, il s'occupa principalement d'agriculture et mérita de nombreuses récompenses aux expositions régionales.

Président du comice agricole de la Vienne, conseiller général de la Vienne, et d'opinions orléanistes, il échoua comme candidat indépendant au Corps législatif dans la 3e circonscription de la Vienne, le 1er juin 1863. Élu, le 8 février 1871, représentant de la Vienne à l'Assemblée nationale, il prit place au centre droit et vota avec la majorité.

Réélu, le 20 février 1876, comme candidat du « Comité national conservateur », député de l'arrondissement de Civray, grâce à l'appui du parti bonapartiste auquel il promit l'appel au peuple en 1880, il prit de nouveau place à droite, et, au 16 mai, soutint le ministère de Broglie contre les 363. Réélu, le 14 octobre 1877, il fut, en décembre 1879, l'un des fondateurs du groupe constitutionnel auquel la mort du prince impérial donna pendant quelque temps une certaine importance; il était alors vice-président du conseil général de la Vienne.

Réélu de nouveau, le 21 août 1881, il fut invalidé et dut se représenter devant ses électeurs qui le renommèrent député, le 2 juillet 1882. Il continua de siéger à droite, et de combattre par ses votes la politique scolaire et coloniale des ministères républicains. Porté sur la liste conservatrice de la Vienne, le 4 octobre 1885, il fut réélu, et continua de voter avec la minorité de droite.

Serph fut réélu, le 22 septembre 1889, comme candidat conservateur-révisionniste, devint membre de diverses commissions et président de plusieurs bureaux à la Chambre, et se retira de la vie politique après son échec de 1898.

Il était président cantonal du comice, président d'honneur du syndicat agricole de Civray et membre de la Société des agriculteurs de France.

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]