Grue de paradis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grus paradisea

image illustrant les oiseaux
Cet article est une ébauche concernant les oiseaux.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet correspondant.

La Grue de paradis (Grus paradisea, synonyme Anthropoides paradisea) est une espèce de grands échassiers de la famille des Gruidae. C'est l'oiseau national de l'Afrique du Sud, pays où il est quasi-endémique.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Elle est quasi-endémique d'Afrique du Sud. Quelques populations se reproduisent en Namibie. D'autres migrent au Botswana, au Lesotho, au Swaziland et au Zimbabwe, mais ne s'y reproduisent pas[1].

L'habitat de reproduction est constitué d'herbes et de laîches, préférentiellement les prairies de haute altitude où la végétation est dense et courte. En dehors de la saison de reproduction, cette espèce occupe des prairies de moins haute altitude[1].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Cette espèce se nourrit principalement de plantes notamment de graines de graminées, de racines, de tubercules et de petits bulbes. Il peut aussi manger des animaux comme les insectes, les sauterelles, les termites, les chenilles, les vers, les crabes, les poissons, les grenouilles et de petits mammifères[1].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Œufs de Grus paradisea Muséum de Toulouse

Ils se reproduisent entre août et avril, généralement à de hautes altitudes[1].

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Grus paradisea a été décrite par le zoologiste allemand Anton August Heinrich Lichtenstein en 1793, sous le nom initial d'Ardea paradisea.

Synonyme[modifier | modifier le code]

  • Ardea paradisea A.H.H. Lichtenstein, 1793 protonyme
  • Anthropoides paradisea

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Les travaux phylogéniques sur les grues, notamment ceux de Krajewski et al. (2010), montrent que toutes les grues forment un clade monophylétique. Au contraire, le genre Anthropoides dans lequel la Grue de paradis est parfois placée par certaines autorités taxinomiques (Howard & Moore, Clements, Handbook of the Birds of the World), n'est pas monophylétique, et est inclus dans le clade des Grus[2]. Dans sa classification 2.6 (2010), le Congrès ornithologique international replace donc cette espèce dans le genre Grus.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • C. Krajewski, J.T. Sipiorski, et F.E. Anderson (2010), «  Complete Mitochondrial Genome Sequences and the Phylogeny of Cranes (Gruiformes: Gruidae) » Auk, vol. 127, p. 440-452

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d UICN, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. « Gruiformes », Taxonomy in Flux, version 2.61, 18 juin 2013.