Grue à cou noir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grus nigricollis

Grus nigricollis
Description de cette image, également commentée ci-après

Grue à cou noir

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Gruiformes
Famille Gruidae
Genre Grus

Nom binominal

Grus nigricollis
Przhevalsky, 1876

Statut de conservation UICN

( VU )
VU C2a(ii) : Vulnérable

Statut CITES

Sur l'annexe  I  de la CITES Annexe I , Rév. du 01/07/1975

La Grue à cou noir ou grue à col noir (Grus nigricollis) est une espèce de grues. Avec une population en déclin estimée à 900 individus essentiellement au Tibet[1], l'espèce menacée représente la moins bien connue et la cinquième la plus rare des grues.

Son plumage est blanc-grisâtre à l'exception de la tête, du cou et des grandes plumes des ailes qui sont noires, d'où l'épithète « à cou noir » (nigricollis). Elle atteint de 115 à 120 cm. L'arrière de l'œil porte une marque blanche. Sur le dessus de la tête, la peau est nue, de couleur rouge vermillon. La queue est gris foncé, les pattes noires. Le bec est brun corne avec une pointe jaune.

Grâce à son sternum en boîte creuse, elle fait résonner son chant haut perché, même en vol.

Grue à cou noir dans le Parc national du Pota tso au Yunnan

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Elle est la seule grue au monde à habiter en altitude, jusqu'à 5 000 mètres. On la trouve sur le plateau tibétain ainsi que dans le Ladakh avoisinant. En période de reproduction, elles se concentrent dans les marais ou en bordure des lacs d'altitude. Dans leur nid en plate-forme, mâle et femelle se relaient pendant le premier mois sur leurs deux œufs. Elle est officiellement protégée en Chine, en Inde et au Bhoutan. Elle a disparu du Vietnam[2].

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

Elle se nourrit de petits poissons, de grenouilles, d'insectes, de vers d'eau, mais aussi de graines, de pousses et de plantes aquatiques.

Dans le bouddhisme tibétain[modifier | modifier le code]

La grue à col noir est considérée comme un « oiseau spirituel » dans le bouddhisme tibétain[3].

La grue blanche aurait inspiré au 6e dalaï-lama[4] un message poétique annonçant son retour : « Oiseau blanc (grue blanche) prête-moi tes ailes, Je n'irai pas loin. Ayant fait le tour de Litang Je reviendrai bientôt »[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chine 2015/2016 Petit Futé
  2. (en) Tibetan crane's winter habitat under threat from Indian hydroelectric project 27 août 2015
  3. Vishal Gulati, Mining in Tibet poses threat to black-necked cranes, 1er août 2017
  4. (en) Robert Dompnier, Bhutan: Kingdom of the Dragon, Local Colour Limited, 2000, p. 15 : "Ornithologists can observe species such as the famous black-necked cranes that inspired the 6th Dalai Lama, Tshanyang Gyatso, in the 17th century. Leaving Tibet for the winter, these majestic birds take refuge in the Bumdeling and Phobjika valleys."
  5. Alexandra David-Néel, Textes tibétains inédits, Éditions Pygmalion, 1977, p. 96, (poésie attribuée à Tsangyang Gyatso).

Références externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :