Groupe scolaire Al Kindi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


Groupe scolaire Al Kindi
Généralités
Création 2007
Pays Drapeau de la France France
Académie Académie de Lyon
Coordonnées 45° 46′ 15″ nord, 4° 58′ 33″ est
Adresse 17, Rue Sully
69150 Décines, Métropole de Lyon
Site internet http://www.al-kindi.fr
Cadre éducatif
Type Lycée-collège-école privé musulman
Président Nazir Hakim
Directeur Abdelwahab Bakli
Matricule 0694086S
Population scolaire 510 en 2015
Langues étudiées Français, Arabe, Anglais, Espagnol.
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
(Voir situation sur carte : métropole de Lyon)
Point carte.svg

Al-Kindi est un établissement scolaire privé français, d'enseignement primaire et secondaire, situé à Décines dans la métropole de Lyon et ouvert en 2007. Il s'agit du plus grand établissement scolaire musulman de France[1].

Le nom fait référence à l'un des plus grands philosophes arabes et musulmans Al-Kindi (801-873), médecin, mathématicien, musicien, physicien et astronome.

Deux classes de l'école primaire sont actuellement sous contrat avec l'État[2]. Bien que le groupe Al-Kindi déclare vouloir accueillir des élèves de toutes confessions, il est régulièrement pointé du doigt pour ses liens avec les Frères musulmans et ses financements étrangers en provenance du Qatar[3],[4],[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le projet de création du Groupe Scolaire Al-Kindi est né en 2003. Néanmoins, le projet de l'école sera rejeté trois fois par le rectorat de l'académie de Lyon, qui invoque des normes sanitaires et de sécurité non conformes[6]. Les deux premiers refus seront validés par le Conseil supérieur de l'éducation[6]. S'ensuivra en 2006 une forte mobilisation organisée par le comité de soutien au projet, dirigé par Azzedine Gaci[7]. Le recteur d'académie Alain Morvan expliquera par la suite à la presse que ses réticences vis-à-vis de l'ouverture de l'établissement scolaire auraient été en partie nourries par le soutien de groupes "salafistes" dont le projet aurait bénéficié et les risques d'intégrisme religieux qu'il aurait vu dans ce projet[8],[9].

Le groupe scolaire Al Kindi ouvre ses portes en 2007 et devient un établissement sous contrat avec l'État en 2012. Il contient une école primaire, un collège et un lycée [10]. L’établissement est géré par une association dénommée «Association Al-Kindi» régie par la loi du et déclarée à la Préfecture du Rhône.

Effectifs[modifier | modifier le code]

Les inscriptions ont régulièrement augmenté depuis l'ouverture de l'établissement[1],[11].

Année scolaire 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015
Inscrits 200 243 343 450 390 430 480 510

Classement national[modifier | modifier le code]

D'après le classement du magazine L'Express 2016, le lycée Al Kindi est classé à la 677e place au niveau national, sur 2 270 lycées répertoriés[12].

Par contre, pour 2019, il s'est classé premier le département du Rhone [13] et 6ème dans la région Auvergne-Rhône-Alpes [14].

Direction[modifier | modifier le code]

Le groupe scolaire Al-Kindi a été fondé par Nazir Hakim, directeur d'une multinationale active dans le domaine de l'électronique et cadre au sein de l'UOIF[3], et Hakim Chergui, avocat à la cour de Paris[15] et membre de l'UOIF. Nazir Hakim est également actif en politique. Il est secrétaire général de la Coalition Nationale des Forces de l'Opposition et de la Révolution Syrienne[16]. Avant son exil en France, Nazir Hakim était membre du Mouvement politique islamique en Syrie[16]. D'après les médias suédois, il serait également le leader politique de la Commission for the Protection of Civilians, une milice combattant en Syrie aux côtés du Front al-Nosra, filiale d'Al-Qaïda[17].

Liens avec des groupes terroristes[modifier | modifier le code]

D'après le magazine Marianne et le media national suédois Sveriges Radio, le fondateur de l'établissement Al-Kindi, Nazir Hakim, est le leader politique de la Commission for the Protection of Civilians, également connue sous le nom de Civilian Protection Commission.[17] Cette organisation, réputée proche des Frères musulmans, a reconnu avoir combattue aux côtés d'Al-Qaïda en Syrie[4],[18]. Lors d'une interview accordée à la radio nationale suédoise Sveriges Radio, Nazir Hakim a précisé que la milice collaborait avec le Front al-Nosra et l'État Islamique d'Irak et de Syrie lors d'actions offensives et défensives contre le régime de Bashar Al Assad[17].

Nazir Hakim a également confirmé que l'imam suédois Haytham Rahmeh avait collecté des fonds au nom de la milice, qui auraient ensuite servi à l'achat et à la distribution d'armes à des groupes de rebelles syriens[18]. Selon plusieurs sources interrogées par la radio nationale suédoise, les armes en question auraient été transférées illégalement de la Libye, la Bosnie et la Roumanie à la Syrie à travers la Turquie[17].

D'après les médias suédois, la milice dirigée par Nazir Hakim aurait publié de nombreuses vidéos sur internet et sur Youtube[19], dans lesquelles ses combattants auraient été filmés en train de tirer sur des immeubles civils[17]. Selon Human Rights Watch sur des crimes de guerre, une des branches de la milice, appelée Sons of al-Qadisiyya, aurait bombardé plusieurs villages syriens en 2013, tels qu'Esterbeh et Aramo[20].

Selon Marianne, le groupe scolaire Al Kindi avait organisé en une collecte de fonds pour l'organisation CBSP, plus connue sous le nom de Comité de bienfaisance et de secours aux Palestiniens[4]. Depuis 2003, le Département du Trésor des États-Unis a listé le CBSP comme organisation terroriste[21].

Financements qataris[modifier | modifier le code]

D'après le livre de Christian Chesnot et Georges Malbrunot "Qatar Papers: comment l'émirat finance l'islam de France et d'Europe", l'établissement scolaire Al Kindi aurait reçu 133 000 euros en de l'Association Musulmane d'Alsace (AMAL)[4].

Cet argent, distribué par l'association alsacienne, aurait néanmoins été versé initialement à l'association musulmane par la Qatar Foundation, qui l'aurait ensuite reversé à l'établissement scolaire[4].

Conférences de Hani Ramadan au sein de l'établissement[modifier | modifier le code]

Hani Ramadan a été invité à deux reprises par l'Association des Anciens Elèves de Al Kindi à donner une conférence au sein de l'établissement scolaire. Hani Ramadan serait intervenu une première fois dans l'enceinte de l'établissement le à 16h afin d'y donner une conférence sur le thème "La confiance en Dieu" avant d'être invité une seconde fois en [22]. Cette seconde conférence sera finalement annulée par la direction de l'établissement quelques jours avant la date prévue, du fait des controverses suscitées par l'islamologue et de l'annulation de plusieurs de ses conférences sur l'ensemble du territoire français à la même période[23].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lyon Plus, 3 septembre 2009
  2. « École privée Al Kindi : la Ville ne mettra pas la main à la poche », sur www.leprogres.fr (consulté le )
  3. a et b « A Décines, des musulmans à bonne école », sur Libération.fr, (consulté le )
  4. a b c d et e Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :2
  5. « UOIF : « L'éducation, c'est notre sujet d'avenir » », sur FIGARO, (consulté le )
  6. a et b Institut d’Etudes de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM), « L’enseignement de l’Islam dans les écoles coraniques les institutions de formation islamique et les écoles privées. », IISMM,‎
  7. « Nouveau refus pour le collège Al-Kindi », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  8. « Alain Morvan : "Jean-Michel Blanquer, c’est l'anti-héraut de la laïcité !" », sur Marianne, (consulté le )
  9. « Une trop grande liberté de ton coûte son poste au recteur de l'académie de Lyon », sur lemonde.fr (consulté le )
  10. Presentation du groupe scolaire, al-kindi.fr
  11. HISTORIQUE DE L’ÉTABLISSEMENT, Groupe scolaire Al Kindi.
  12. « Classement 2016: 677 sur 2277 - Lycee Al Kindi », sur LExpress.fr (consulté le )
  13. « Classement 2019 de lycées - Lycee Al Kindi ».
  14. « Classement 2019: - Lycee Al Kindi ».
  15. « Hakim Chergui : « À Al Kindi, on est hostile au communautarisme » », sur www.leprogres.fr (consulté le )
  16. a et b « Mohamad Nazir Hakim », sur fr.etilaf.org (consulté le )
  17. a b c d et e (en) Sveriges Radio, « Swedish ex-imam formed militia group in Syria - Radio Sweden », sur sverigesradio.se (consulté le )
  18. a et b (en-GB) « Swedish imam smuggles weapons to Syria: report », sur www.thelocal.se, (consulté le )
  19. « هيئة حماية المدنيين », sur YouTube (consulté le )
  20. (en) Human Rights Watch | 350 Fifth Avenue et 34th Floor | New York, « “You Can Still See Their Blood” | Executions, Indiscriminate Shootings, and Hostage Taking by Opposition Forces in Latakia Countryside », sur Human Rights Watch, (consulté le )
  21. « U.S. Designates Five Charities Funding Hamas and Six Senior Hamas Leaders as Terrorist Entities », sur www.treasury.gov (consulté le )
  22. « L'islamologue controversé Hani Ramadan va s'opposer à son expulsion de la France », sur LExpress.fr, (consulté le )
  23. « Hani Ramadan, l’islamologue suisse controversé expulsé de France », sur ouest-france.fr (consulté le )