Hani Ramadan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ramadan (homonymie).
Hani Ramadan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (58 ans)
GenèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
PrédicateurVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Fratrie
Autres informations
Religion

Hani Ramadan (en arabe هاني رمضان , en translittération DMG Hānī Ramaḍān), né le à Genève, est un intellectuel et prédicateur suisse de confession musulmane originaire d'Égypte.

Avec son frère Tariq Ramadan, il est l'un des fils de Saïd Ramadan et le petit-fils d'Hassan el-Banna, le fondateur en Égypte en 1928 des Frères musulmans.

Docteur ès lettres de l'université de Genève, il a enseigné de 1981 à 2003 avant d'être démis de ses fonctions suite à la publication d'un livre où il fait l'apologie de la lapidation et où il affirme que le sida est une punition divine.

Directeur du centre islamique de Genève, Hani Ramadan est l'auteur de plusieurs livres et articles de presse concernant l'islam et sa doctrine, dont certains ont déclenché d'importantes polémiques.

Il est interdit de séjour sur le territoire français depuis avril 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hani Ramadan est né le à Genève. Il a suivi toute sa scolarité dans les écoles du canton de Genève.

Entré à l'université de Genève, il obtient une licence en lettres en octobre 1981, une licence en philosophie en 1983 et une licence en arabe et islamologie en 1984. En 1990 il obtient un titre de docteur ès lettres auprès de cette même université[1].

En 1981, il enseigne le français au cycle d'orientation de La Golette, dans la région de Genève, à des élèves âgés de 12 à 15 ans.

En 1983, il obtient la nationalité suisse par naturalisation[1].

Depuis les années 1980, Hani Ramadan tient des conférences au sujet de l'islam. Il publie également des livres sur l'islam et sa doctrine, participe à des colloques, des forums et des rencontres interreligieuses[1].

En 1991, il publie le livre La femme en Islam où il décrit le rôle de la femme conformément à ses convictions religieuses. Les propos dans ce livre sont jugés « discriminatoires » par ses collègues du cycle d'orientation et génèrent des tensions[1].

En 1995, il reprend la place de son père décédé, en tant que directeur du centre islamique de Genève. Outre la gestion administrative de l'institution, Hani Ramadan exerce des activités d'imam, il y prononce des sermons, dirige des prières et célèbre des mariages religieux. Ses sermons sont publiés sur le site web de l'institution. Il exerce cette fonction de manière bénévole, quelques heures par semaine[1].

Début 2003, Hani Ramadan est licencié de son poste d'enseignant. Son employeur, le canton de Genève, estime que ses opinions affichées publiquement, ses écrits et son activité d'imam sont incompatibles avec les valeurs de laïcité ainsi que de neutralités politique et religieuse[1],[2]. Hani Ramadan fait recours contre cette décision et obtient gain de cause après une procédure qui de deux ans. Son employeur se voit dans l'obligation de le réintégrer au collège de La Golette et lui verser deux années d'arriérées de salaire, il n'occupera cependant plus une place d'enseignant.[réf. souhaitée]

En 2004, il est la cible d'une enquête par les services de renseignements suisses qui fera scandale mais dont il ressort sans être inquiété[3],[4].

En 2006, il est recruté par le centre de formation Shâtibî (librairie Tawhid) de Lyon, fondé en 1986 par l'Union des jeunes musulmans (UJM), comme responsable de travaux dirigés[réf. souhaitée].

Il est marié et père de 3 enfants[réf. souhaitée].

Licenciement de son poste d'enseignant[modifier | modifier le code]

Hani Ramadan a été enseignant de français entre 1981 et 2002 au Cycle d’orientation de la Golette, situé à Meyrin dans la banlieue genevoise. Son ouvrage La Femme en Islam, dans lequel il explique la différence de statut des hommes et des femmes dans cette religion, parait en 1991 ; le contenu en est jugé discriminatoire par des collègues, en particulier femmes. En 1998, à la suite d'une présentation du livre dans le journal l'Hebdo, un grand hebdomadaire suisse romand, une pétition mettant en question la compatibilité de ses déclarations avec le devoir de réserve des enseignants, signée par une cinquantaine de collègues, est soumise à la présidente de la direction des écoles. Hani Ramadan estime que ses propos ont été déformés. Par ailleurs, ses élèves organisent une pétition en sa faveur et aucune suite n’est donnée, à l’exception d’un rappel au devoir de réserve. En 2000, une nouvelle polémique démarre dans les media, à la suite d’un appel au djihad qu’il lance à l’occasion d'une manifestation qu’il codirige contre l’occupation israélienne. H Ramadan affirme que le djihad qu’il prône n’est en aucun cas violent, et que la presse a encore une fois trahi ses propos. Son employeur estime pour sa part qu’il a enfreint son devoir de réserve, mais ne juge pas nécessaire de donner suite[réf. souhaitée].

Le 10 septembre 2002, dans un article du journal le Monde intitulé « La Charia incomprise », Hani Ramadan explique la notion de droit islamique dont « la richesse est reconnue par les plus grands spécialistes du droit comparé ». Il fait référence à la lapidation en la présentant comme une mesure dissuasive pratiquement impossible à appliquer dans la réalité et facilement contournable mais légitime « parce qu'il s'agit d'une injonction divine, la rigueur de cette loi est éprouvante pour les musulmans eux-mêmes. Elle constitue une punition, mais aussi une forme de purification ». Il établit un parallèle avec le SIDA dont souffrent « ceux qui ont un comportement déviant », en particulier les homosexuels, les personnes pratiquant l'adultère ou consommant de la drogue : ce sont des punitions imposées par Dieu à une humanité pécheresse, qu'il convient d'accepter, mais en montrant de la compassion pour la victime[5].

Le Département de l'instruction publique (DIP) de Genève estime, sur avis du Conseil d’État, qu’il a enfreint l’obligation de réserve et de neutralité exigées des fonctionnaires et le démet de ses fonctions[6]. Néanmoins, l’enquête ayant relevé qu’il « s’abstient de faire état de ses convictions religieuses directement devant ses élèves », la Commission de recours de l’instruction publique (CRIP) considère qu'il a exercé sa liberté d’expression en toute légalité, puisque dans un cadre sans lien direct avec sa fonction. Elle annule la décision de licenciement lors de deux jugements consécutifs, en 2004 et en 2005[réf. souhaitée]. Le gouvernement du canton de Genève, qui a refusé de tenir compte de la décision du Tribunal administratif en 2004, se voit en 2005 dans l’obligation de le réintégrer et de lui verser son salaire, y compris les sommes dues durant sa période de licenciement. Néanmoins, il n'est pas réaffecté à un poste d’enseignant[7][réf. souhaitée].

Cible des services de renseignements suisses[modifier | modifier le code]

En 2004, la police genévoise enquête sur des liens éventuels entre le Centre islamique de Genève et l'islamisme radical[4]. À cette fin, les services secrets helvétiques parviennent à y infiltrer un agent[3].

En 2006, celui-ci se dénonce, dégouté après sa conversion à l'islam[3], et accuse le Département fédéral de justice et police d’avoir voulu compromettre illégalement Hani Ramadan, directeur du centre[4]. Il se réfugie au Caire d'où il accorde des entretiens à la presse et affirme avoir créé de « [v]rais-faux messages d'appels au jihad [et] manipul[é] de[s] fichiers informatiques du centre islamique... » « L'objectif était triple : prendre Hani Ramadan en flagrant délit, le discréditer auprès de sa communauté et localiser d'éventuels complices »[3].

Suite au scandale, la commission de gestion du parlement auditionne l'ex-espion à deux reprises[8] et après enquête réfute ses allégations[3],[4]. Toutefois, des « tuyaux » « semblent accréditer [d]es liens dans cette affaire entre les services suisses et leurs homologues israéliens et américains. » « Les renseignements obtenus (...) auraient ainsi amené la compagnie aérienne israélienne El Al à interrompre pendant une semaine en décembre sa desserte de Genève, en raison de menaces d'attaques par missile [et l'ex-espion] aurait aussi fourni des indications sur un réseau de jihadistes de la région lémanique, piloté par les services secrets syriens »[3]. Cet ex-indic n'apporte aucune preuve et il est qualifié de falsificateur de talent. Il se rapproche ensuite de Thierry Meyssan[9]

Hani Ramadan n'est en définitive pas inquiété dans l'affaire[3].

Thèses et polémiques[modifier | modifier le code]

Sur l'Islam[modifier | modifier le code]

En 2002, Hani Ramadan publie dans le quotidien français Le Monde un article intitulé « La charia incomprise »[10][réf. souhaitée]. Cet article provoque de très nombreuses et vives réactions dans la presse. Dans cet article il revient sur la récente condamnation à mort de Amina Lawal par lapidation au Nigeria, fustige la réaction de la presse face à cet événement, qu'il décrit comme étant la volonté de Dieu[réf. souhaitée]. Il parle également du SIDA, qu'il suggère être une punition divine à l'encontre de comportements « déviants »[1].

En juin 2016, il crée la polémique pour des propos qu'il aurait tenus dans une école suisse sur les femmes : « La femme sans voile est comme une pièce de 2 euros, elle passe d’une main à l’autre »[11]. Dans un droit de réponse, Hani Ramadan affirme que ses propos auraient cependant été déformés et explique qu'il utilise depuis longtemps cette « parabole », déjà publiée dans Le Temps en 2001 [12] :

« Des cultures orientales nous enseignent que lorsque l’on possède une perle précieuse, il faut la conserver avec attention. Une perle précieuse, cela s’enveloppe dans du velours. Et l’écrin où soigneusement et délicatement on la pose n’a pas pour fonction de la briser, mais bien d’en protéger l’éclat et la splendeur. Plus une perle a de la valeur, plus on la tient à l’abri des regards indiscrets. Elle n’a pas de prix; elle est inestimable. Et la maisonnée qui la possède voit en elle se refléter la jeunesse, la famille et l’avenir de la communauté. Elle ne se découvre que dans la stricte intimité du couple où elle brille et resplendit de mille feux. Ce qui n’est pas interdit. La pudeur favorise ainsi un réel épanouissement sur le plan sexuel, qui n’a rien à voir avec la morne lassitude de gens gavés par le grand déballage de l’érotisme contemporain... On exhibe au contraire une pièce de cent sous sans trop y songer. Elle passe de mains en mains et l’on finit par n’en ressentir aucune gêne. Ternie par ce commerce, elle perd hélas, de façon si précoce, la grâce de l’innocence. Evidemment, toute femme voilée n’est pas forcément un parangon de vertu. Pas plus qu’une femme plus ou moins habillée n’est nécessairement un démon. Il reste que la modernité ne protège plus le sentiment de la pudeur, valeur essentielle qui est aux origines de notre humanité. »

Sur l'actualité ou complotistes[modifier | modifier le code]

Dans un texte intitulé « Vol d'organes palestiniens ? » du 23 août 2009 [13], Hani Ramadan reprend un article du site internet d'Al-Manar, la chaîne de télévision du mouvement politique libanais Hezbollah, accusant l'État d'Israël de confisquer les cadavres des Palestiniens afin de faire commerce de leurs organes.

Hani Ramadan considère que la « logique sioniste est guerrière par essence », et « se traduit par le massacre des innocents »[14]. Il estime également que la politique israélienne vise à « affirmer dans les faits la suprématie du peuple élu »[15]. Enfin il pense que l'Europe est « infiltrée par Tsahal »[16].

Le site Conspiracy Watch rapporte que cinq jours après les attentats du 13 novembre 2015 en France il explique sur son blogue que « l'islam n'a rien à voir avec tout cela » et suggère de commencer par « surveiller le Mossad ». Le lendemain il passe au questionnement rhétorique et s'efforce de suggérer, selon le site, que toute l'affaire serait une manipulation[17].

En août 2015, il s'indigne dans la Tribune de Genève du fait que les trois Américains qui ont maitrisé le forcené dans la tentative d'attentat du Thalys, soient présentés comme des « héros » et qu'ils aient pu recevoir la Légion d'honneur[18], pendant que des gens subissent des drames quotidiens dans la guerre civile syrienne, et présente l'événement comme « une mise en scène aux proportions extraordinaires et planétaires » dont le but serait de « rehausser le prestige des militaires américains, passablement amoindri par les agissements d’une armée qui sème la mort à grande échelle depuis des décennies partout où elle se rend[19],[20] ». Son article initial ayant fait l'objet de critiques, Ramadan y répond par une tribune libre publiée dans Le Temps[21]. Il y expose sa conviction qu'il existe bien depuis plus de trente ans un complot sioniste mis en place par Organisation sioniste mondiale (OSM) qui aurait pour objectif de porter préjudice au peuple syrien[22].

Le Canard Enchaîné le qualifie de « grand complotiste » et relève ses propos du 20 août 2017 sur Twitter à la suite de l'attentat de Barcelone : « Après chaque attentat, je recommande à chacun de ne pas croire aveuglement à la version officielle que nous livrent les médias depuis le 11-septembre. Les sionistes tiennent la presse et les médias[23]. »

Accusations d'antisémitisme[modifier | modifier le code]

Michèle Tribalat dénonce des propos tenus par Hani Ramadan lors du 31e Congrès de l'UOIF. Selon elle, ce dernier y aurait fait plusieurs déclarations à caractère antisémite : qu'en France on a vu un ministre « qui clairement porte la kippa » s'en prendre aux femmes voilées pour condamner ensuite hypocritement des agressions de ces dernières ; que la situation en France et en Égypte, la guerre en Syrie, en Irak, au Rwanda ou en Centrafrique sont le résultat de la « barbarie sioniste » qui agirait dans « l'ombre » ; que « tout le malheur proviendrait des juifs qui n'ont qu'une idée en tête, concrétiser le rêve du grand Israël »... Hani Ramadan aurait également fait référence au danger des « lobbies financiers qui pratiquent l'usure » et qui ne compteraient « plus seulement des juifs, mais aussi les pétromonarchies arabes »[24].

Dans un droit de réponse publié sur son site, Hani Ramadan confirme avoir bien parlé de la « barbarie sioniste » mais nie avoir « incriminé les juifs »[25]. Il accuse « Michele Tribalat [d']opère[r] ici sciemment un glissement qui conduit à un amalgame intellectuellement inacceptable »[25] et dénonce « la doctrine propagandiste selon laquelle il suffit de répéter un mensonge pour qu'il devienne une vérité - domaine dans lequel les tsahaliens excellent »[25]. Il demande « aux responsables de la rédaction du Figaro de faire savoir clairement à leurs lecteurs qu'[il n'est pas] l’auteur des propos qui [lui] sont attribués »[25]. Et il conclut son droit de réponse en déclarant que le « chantage à l’antisémitisme ne fonctionne plus. Au nom des enfants de GAZA, nous ne nous tairons plus »[25].

Interdiction de conférences et de territoire[modifier | modifier le code]

À partir de 2016, plusieurs conférences en France d'Hani Ramadan sont annulées, notamment pour risque de « trouble à l'ordre public ». c'est le cas d'une conférence prévue à Nîmes le 17 septembre[26]. Puis de celle du Havre le [27]. En février 2017, celles de Roubaix [28] et Saint-Quentin[29] sont annulées.

Le , il fait l'objet en France d'une interdiction administrative du territoire pour menace de l'ordre public[30]. Il est reconduit sous escorte policière à la frontière suisse le 8 avril après avoir été interpellé à Colmar où il participait à une conférence[31],[32].

En réaction, son frère Tariq Ramadan a déclaré que deux semaines avant les élections, cette décision était électoraliste. Selon l'UOIF, la décison « soulève plus de questions qu’elle n’en résout » ; l'organisation « est attachée aux libertés et notamment à la liberté d’expression. Chacun est libre d’exprimer ses opinions dans le respect et hors de tout trouble à l’ordre public »[33]. Esther Benbassa approuve la mesure et déclare que « dans un contexte où les jeunes manquent de repères, ce qui engendre un retour vers le religieux, souvent calme et serein, on peut tout à fait imaginer que des personnalités de ce genre ne soient plus tolérées »[30].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Une critique de l'argument ontologique dans la tradition cartésienne, 1990.
  • La Femme en Islam, 1991, 2007.
  • La foi musulmane, 1991, 1996, 2004.
  • Les noms divins, 1994, 2006.
  • Le chemin de la foi, 1996.
  • Aspects du monothéisme musulman, 1998.
  • L'islam et la dérive de l'Occident, 2001.
  • Articles sur l'Islam et la barbarie, 2001.
  • Commentaire de la sourate al-Fâtiha : commentaires et explications de la première sourate du Coran, 2002.
  • La miséricorde en l'islam, 2003.
  • Quarante paroles du prophète Muhammad , 2004.
  • Pureté rituelle et ablutions, 2005. Recueil de hadiths du Shaykh 'Abd Al-Badi Saqr traduit par Hani Ramadan.
  • Nouveaux articles sur l'islam et la barbarie, 2005.
  • Foi, miracles et monde caché, 2005. Recueil de hadiths du Shaykh 'Abd Al-Badi Saqr traduit par Hani Ramadan.
  • La vie familiale, 2008. Recueil de hadiths du Shaykh 'Abd Al-Badi Saqr traduit par Hani Ramadan.
  • Le jeûne, 2008. Recueil de hadiths du Shaykh 'Abd Al-Badi Saqr traduit par Hani Ramadan.
  • La prière, 2008. Recueil de hadiths du Shaykh 'Abd Al-Badi Saqr traduit par Hani Ramadan.
  • À la lumière de l'islam ou L'islam en quelques mots, 2010.
  • La bienfaisance envers les père et mère ou Les règles de la piété filiale en islam, 2010.
  • Islam, source de liberté, 2011.
  • Règles morales et comportement du musulman, 2011. Recueil de hadiths du Shaykh 'Abd Al-Badi Saqr traduit par Hani Ramadan.
  • Le devoir de fraternité ou Comment rester unis, 2012.
  • A la lumière du Coran : Juz'u `amma, 2012.
  • L'éducation du cœur ou Le sens de la vie, 2015.
  • La famille en islam, structure et finalité ou Comprendre et protéger le foyer, 2015.
  • L'importance de la prière : et ses influences bénéfiques, 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Bernard Bendossa, « Enquête sur Hani Ramadan et son activité pour l'État de Genève »
  2. « Conseil d'État de Genève, point de presse du 5 février 2003 »
  3. a, b, c, d, e, f et g Luc Hilly, Suisse : les services secrets piégés par leur taupe, Libération, 3 juin 2006.
  4. a, b, c et d Affaire Claude Covassi: l’ex-informateur genevois est mort, Tribune de Genève, 10 février 2013.
  5. La Charia incomprise, Hani Ramadan
  6. Débat sur l'affaire, Tribune de Genève, 14.10.2002
  7. Le Monde, 23.12.03
  8. Valérie Duby, Les mémoires de «La taupe» bientôt publiées, 20minutes, 29 mars 2007.
  9. http://espions.tdg.ch/chapitre5.html La "taupe" du centre islamique, La Tribune de Genève
  10. « La charia incomprise »
  11. [1], marianne.net, 12 juin 2016
  12. Hani Ramadan, Ce qu’Hani Ramadan dit de la femme, Le Temps, 22 juin 2016.
  13. « Vol d'organes palestiniens? », sur haniramadan.blog.tdg.ch
  14. Bernard Kouchner et la logique sioniste, haniramadan.blog.tdg.ch
  15. Fait divers : trois Palestiniens tués à Gaza, trois autres grièvement blessés, haniramadan.blog.tdg.ch, 27 septembre 2009
  16. Visages de l’imposture : l’Europe infiltrée par Tsahal, haniramadan.blog.tdg.ch, 23 octobre 2009
  17. Hani Ramadan sur les attentats : "Commençons par surveiller le Mossad", Conspiracy Watch, 21 novembre 2015
  18. Ian Hamel, « Hani Ramadan s'en prend aux héros du Thalys », sur http://www.lepoint.fr/monde, (consulté le 30 août 2015)
  19. « Vrais-faux héros du Thalys: le frère de Tariq Ramadan dénonce une "mise en scène". », sur http://www.lalibre.be/actu/international, (consulté le 31 août 2015)
  20. Eugénie Bastié, « De qui se moque-t-on, le frère de Tariq Ramadan critique les héros du Thalys », sur http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015, (consulté le 1er septembre 2015)
  21. Vous avez dit «théorie du complot»?, Hani Ramadan, Le Temps, 2 septembre 2015
  22. Complotisme : Hani Ramadan persiste, signe… et s’enfonce, non signé, conspiracywatch.info, 2 septembre 2015
  23. Le Canard Enchaîné n°5052, mercredi 23 août 2017, « La noix d'honneur », page 1.
  24. Michèle Tribalat, Choses entendues lors du 31e congrès de l'UOIF, Le Figaro, 23 avril 2014.
  25. a, b, c, d et e Hani Ramadan, Quand le FIGARO suscite le délire de la presse sioniste, haniramadan.org, 29 avril 2014.
  26. « Le tribunal administratif de Nîmes valide l'interdiction d'une conférence d'Hani Ramadan - France 3 Occitanie »
  27. « Les défenseurs de la laïcité réclament l’interdiction de la conférence d’Hani Ramadan au Havre »
  28. magazine, « Roubaix : l'islamologue Hani Ramadan ne donnera finalement pas de conférence »,
  29. « Conférence annulée de l'islamologue Hani Ramadan : après Roubaix, Saint-Quentin - France 3 Hauts-de-France »
  30. a et b Hani Ramadan expulsé de France
  31. « L'islamologue suisse controversé Hani Ramadan expulsé de France », sur RTS (Radio Télévision Suisse), (consulté le 9 avril 2017)
  32. [2].
  33. [3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]