Grande ordonnance de la marine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la mer image illustrant le [[droit <adj>]] image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant la mer et le droit français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

La grande ordonnance de la marine d'août 1681, aussi appelée code de la marine ou simplement ordonnance royale de 1681, dite aussi Ordonnance de Colbert, est une grande ordonnance royale rédigée le sous le règne de Louis XIV, qui codifie de façon complète les usages en matière de transports maritimes (marine marchande).

Inspirée des coutumes et statuts des Provinces-Unies (Amsterdam et Anvers), elle a été établie sous la responsabilité de Colbert[1]. Le texte intégral de cette Ordonnance de 1681 est consultable sur Internet[2].

Application[modifier | modifier le code]

Organisation de l'ordonnance[modifier | modifier le code]

L'ordonnance est divisée en cinq livres[3], eux-mêmes subdivisés en plusieurs titres et chapitres :

  1. Des officiers de l'amirauté
  2. Des gens et des bâtiments de mer
  3. Des contrats maritimes, chartes-parties, engagements et loyers des matelots ; prêts à la grosse, assurances, prises
  4. De la police des ports, côtes, rades et rivages
  5. De la pêche en mer

L'ordonnance de la marine a été abrogée par l'article 7 de l'ordonnance no 2006-460 du relative à la partie législative du code général de la propriété des personnes publiques[4].

La définition du domaine public maritime[modifier | modifier le code]

L'ordonnance de 1681 dispose que « sera réputé bord et rivage de la mer tout ce qu’elle couvre et découvre pendant les nouvelles et pleines lunes, et jusqu’où le plus grand flot de mars se peut étendre sur les grèves »[5]. C'était la base même de la notion du domaine public maritime, jusqu'à ce qu'elle soit précisée par l'arrêt Kreitmann du 12 octobre 1973 qui fixe les limites du domaine maritime « au point jusqu'où les plus hautes mers peuvent s'étendre en l'absence de perturbations météorologiques exceptionnelles[6],[7] ».

Applications connexes[modifier | modifier le code]

L'Ordonnance de Colbert de 1681 ordonne la destruction des pêcheries, des pièges à poissons et des bassins piscicoles qui empiètent illégalement sur le domaine public maritime, ce qui favorisa l'ensablement des estuaires et des marais qui ne furent plus entretenus, l'homme aidant même à leur comblement par des travaux d'assèchement, d'endiguement et de comblement, créant des polders, afin de gagner des terres à l'agriculture[8].

L'ordonnance de 1681 prévoyait également la réalisation par les consuls français à l'étranger la légalisation des actes établis par les autorités étrangères.

Avant 2006, l'ordonnance de la marine posait :

« Tous actes expédiés dans les pays étrangers où il y aura des consuls ne feront aucune foi, s’ils ne sont pas par eux légalisés »

L'abrogation de l'ordonnance de la marine, incluant les dispositions relatives aux légalisations de documents aurait peut-être pu faire l'objet d'une erreur[9] qui serait partiellement réparée par les dispositions du décret no 2007-1205 du [10] qui fixe les attributions des ambassadeurs et chefs de poste consulaire en matière de légalisation d’actes.

Abrogation[modifier | modifier le code]

L'ordonnance de la marine d'août 1681 a été formellement abrogée par une ordonnance du 21 août 2006, qui en a toutefois transposé les dispositions relatives à la définition du domaine public maritime, selon l'interprétation faite par l'arrêt Kreitmann, dans l'article L. 2111-4 du code général de la propriété des personnes publiques[11].

Antériorité[modifier | modifier le code]

Avant l’ordonnance de 1681, les seuls documents législatifs qui régulait l'activité maritime étaient :

  • le capitulaire de Charlemagne, de littorum custodiâ, en 780,
  • les jugements d'Oleron, donnés par la reine Éléonore en 1152,
  • le consulat de la mer, approuvé en 1250 par Louis IX,
  • les ordonnances relatives à l'amirauté, faites à l'occasion des droits des amiraux,
  • une ordonnance de 1629.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Le juriste René-Josué Valin (1695-1765) a publié en 1760, en collaboration avec Balthasar Marie Emerigon, des commentaires sur l'ordonnance de 1681, qui ont fait autorité jusqu'au XIXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Diderot et Jean le Rond d'Alembert, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1751—1772, p. 580
  2. "Ordonnance de la marine, du mois d'aoust 1681", C. Osmond, Paris, 1714, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k95955s
  3. M. W. Duckett et al., Dictionnaire de la conversation et de la lecture : inventaire raisonné des notions générales les plus indispensables à tous, p. 38, consultable en ligne sur Google Books
  4. Ordonnance no 2006-460 du relative à la partie législative du code général de la propriété des personnes publiques
  5. Article 1er, titre VII, livre IV, Ordonnance de la marine, du mois d'aoust 1681, 1714, in Gallica, Ordonnance de la marine, du mois d'aoust 1681 (Reprod), [en ligne]. Disponible à l’URL <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k95955s/f430.image>, dernière consultation le samedi 7 mars 2015.
  6. Laurent Bordereaux, Bruno Jouffroy, L'héritage de l'ordonnance de 1681 sur la Marine en matière de domanialité publique maritime dans Philippe Sturmel (dir.) et al., Navires et gens de mer du Moyen Âge à nos jours, Éditions L'Harmattan, 2010, (ISBN 978-2-296-14007-3)
  7. Conseil d'État, Assemblée, du 12 octobre 1973, dit arrêt Kreitmann (Légifrance).
  8. Robert Gouzien, Le Pays Bigouden, un pays de cocagne ?, éditions Kendero, 2012, (ISBN 978-2-9541745-0-1)
  9. Voir le paragraphe « Sur l’abrogation “par mégarde” de l’ordonnance de marine » sur le site de la Cour de cassation
  10. Décret no 2007-1205 du relatif aux attributions du ministre des affaires étrangères, des ambassadeurs et des chefs de poste consulaire en matière de légalisation d'actes.
  11. Ordonnance no 2006-460 du 21 avril 2006 relative à la partie législative du code général de la propriété des personnes publiques et article L. 2111-4 du code général de la propriété des personnes publiques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]