Rôles d'Oléron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rôles d'Oléron
Cleirac ordonnances et coutumes de la mer seconde partie.jpg
Manuscrit de l'ouvrage d'Etienne Cleirac (date : avant 1647)
Présentation
Type

Les Rôles d’Oléron, appelés aussi Jugements d'Oléron, sont un recueil de jugements compilés en un code à la fin du XIIe siècle qui ont été utilisés comme code maritime dans toute l’Europe. Ils sont à l’origine de la Loi de l'Amirauté britannique (Black Book of the Admiralty)

Historique[modifier | modifier le code]

(voir l'article Pierre Garcie-Ferrande#Rôles d'Oléron pour plus de détails)

L'attribution du recueil de coutumes ou usages maritimes connu sous le titre de Rooles ou Jugemens d'OIéron, quelquefois aussi de Lois de Leyron , suivant la prononciation des provinces méridionales de la France, ainsi que l'époque de sa rédaction sont discutées. Certains y voient la transposition du droit maritime de Wisby, datant du Moyen Age. D'autres croient y rerouver la transposition des Jugemens de Damme empruntés à la Flandre. D'autres, en particulier John Selden, les attribuent à l'Angleterre[1]. Leibniz y voit plutôt l'ouvrage d'Othon de Saxe par la cession que Richard Ier lui avait faite de la Guyenne et du Poitou en échange du comté d'York. Le jusrisconsulte bordelais Etienne Cleirac prétend dans son ouvrage Us et coustumes de la mer, qu'Eléonore de Guienne, duchesse d'Aquitaine fit rédiger ou revêtir du sceau de son autorité ces usages à son retour de la croisade où elle avait accompagné son mari Louis VII[2]. Vers 1160, Aliénor d’Aquitaine se serait rendue sur l’île d'Oléron à des fins de justice, les pilleurs d’épaves s’y multipliant. Elle y aurait promulgué un recueil de jurisprudence, codifié, afin de réglementer le commerce maritime. Ce premier code maritime connaît un grand succès. Il est progressivement enrichi : de 24 articles à la fin du XIIe siècle, il passe à 38 quelques décennies plus tard.

Pierre Garcie Ferrande publie, en 1502, dans son Routier de la mer, les 24 articles primitifs des Rôles d'Oléron. Le Grant Routtier du même auteur y ajoute, en 1520, les 21 articles suivants[3].

L'édition la plus connue et généralement citée, soit en France soit à l'étranger, est celle de Cleirac reproduite dans son ouvrage intitulé Us et Coutumes de la mer, imprimé pour la première fois en 1647 et reprise du Grand Routier de la mer (Grant Routtier) de Pierre Garcie dit Ferrande imprimé en 1502 avec les 24 premiers articles, puis en 1520 avec la totalité des 45 articles[4]. À la même époque, les constitutum usus sont publiés à Pise.

Le juriste Jean Marie Pardessus qui analyse longuement la question de l'origine des rôles d'Oleron[2], en conclut que si Aliénor n'en est sans doute pas l'auteur, ils sont cependant bien français d'origine, importés en Angleterre en français, alors langue de la cour et de la législation de ce pays. L'Espagne les a aussi adoptés et traduit en castillan. Ils apparaissent en Flandre sous le nom de Jugements de Damme, ou Lois de Westcapelle. Aux confins de la Baltique, ils finissent par être intégrés à la compilation qui porte le nom de Wisbi.

Selon Pardessus, « les Rôles n'appartiennent point à Oléron mais ils y étaient connus et suivis, comme dans tout le duché d'Aquitaine, dont cette île dépendait; comme dans la Bretagne, la Normandie, et le littoral occidental de la France, dont ils formaient le droit commun maritime ; comme en Angleterre, dont les rois, devenus ducs d'Aquitaine, finirent par adopter ces Rôles dans leur propre royaume ; comme en Espagne, où Alphonse X leur avait donné l'autorité de loi. »[2]

L'auteur D. d'Aussy considère que ces textes n'émanent pas d'une autorité souveraine, mais constituent un recueil de décisions judiciaires rendues sur des espèces particulières. Chaque article se termine par la formule « Et ce est le juggement en ce cas ». Ces jugements pourraient provenir de de la Cour du Maire d'Oléron, juridiction qui tranchait habituellement des décisions en matière maritime. Les rôles sont appelés « jugement de la mer », mais le manuscrit anglais du XVIe siècle conservé au British Museum est intitulé «  « Rooles d'Oleron et des jugements du Mair »[5].

Manuscrits[modifier | modifier le code]

Il existe au total 16 manuscrits connus des Rôles d'Oléron : 14 ont été recensés par J. M. Pardessus, qui en donne la liste [6] :

Le manuscrit des Us et Coutumes de la mer de Cleirac[7], est conservé à la bibliothèque de Bordeaux. Il reprend le Grand Routier de la mer de Garcie dit Ferrande[8], avec quelques changements dans les mots et dans l'ordre des articles : dans l'ouvrage de Garcie, les Rôles d'OIéron forment quarante-six articles. Dans Cleirac quarante-sept, parce qu'il a divisé en deux l'article 22 de l'édition de Garcie.

Les deux manuscrits anglais, le premier à bibliothèque Bodleienne d'Oxford[9], et le second à la bibliothèque Cotton Londres[10], ne contiennent que vingt-quatre articles, répondant aux vingt-deux premiers de Garcie et de Cleirac qui ont omis les articles 13 et 24. Un troisième manuscrit anglais, à la bibliothèque Bodleienne[11], recueil connu sous le nom de Black Book of the admiralty( Livre noir de l'Amirauté)[12] contient, avec intercalation de huit articles inédits, les vingt-quatre articles des précédents manuscrits, et deux articles répondant à l'article 23 de l'édition de Garcie et aux articles 23 et 24 de celle de Cleirac.

L'ancienne coutume de Bretagne de 1486, comme le Coutumier de Normandie de 1539, ou le manuscrit français inséré au tome 1 de l'Histoire de Bretagne[13] de Dom Morice, contiennent ces vingt-cinq ou vingt-six articles, outre deux articles qu'aucun des manuscrits d'Angleterre ne contient, portant les n° 24 et 25 dans l'édition de Garcie, et les n° 27 et 28 dans celle de Cleirac. Ce n'est que dans l'édition de Garcie (1541) et dans celle de Cleirac (1647), que les Rôles d'Oléron sont portés quarante-six ou quarante-sept articles.

Le texte hollandais des Jugemens de Damme, ou Lois de Westcapelle, contient seulement les vingt-quatre articles des manuscrits d'Oxford et de Londres, comme une traduction castillane, composée au plus tard en 1266.

Deux manuscrits ont été ultérieurement trouvés à Bayonne par François Saint-Maur [14].

Les dispositions pénales des Rôles d'Oléron (15 articles sur 56) trouvent leur source dans des coutumes bordelaises anciennes qui remontent au IXe siècle[15].

Contenu[modifier | modifier le code]

Les articles des rôles d'Oléron concernent les marins, les marchands, les capitaines, les affréteurs, les navires, la cargaison, les manœuvres. Il contiennent les premières mesures de protection sociale concernant les marins[16].

La première partie des Rôles d'Oléron est composée de vingt-cinq articles primitifs, dont les manuscrits d'Angleterre et les versions castillane et flamande attestent l'existence, mentionnés ici par leur sommaire [17] :

1 Défense au patron de vendre le navire et cas où il peut emprunter. 2 Défense au patron de mettre à la voile sans consulter l'équipage. 3 Du sauvetage d'un navire naufragé. 4 Du cas où le navire est innavigable. 5 Obligation des gens de l'équipage de ne pas quitter le navire. 6 De la police du navire et du matelot blessé pour le service. 7 Du matelot qui tombe malade dans le navire. 8 Du jet pour sauver le navire. 9 Du mât et des ancres sacrifiés pour le salut commun. 10 Obligation du patron et de l'équipage de bien décharger le navire. 11 Des pertes arrivées par le mauvais arrimage. 12 Des querelles des matelots entre eux et avec le patron. 13 Des frais de lamanage. 14 Du droit du patron de congédier un matelot. 15 Du dommage causé par un navire à celui qui est à l'ancre. 16 Du dommage causé par les ancres d'un navire à un autre. 7 Du louage des matelots à la portée ou au fret. 18 De la nourriture des matelots. 19 De l'obligation des matelots de continuer le voyage de retour. 20 Du droit des matelots en cas de prolongation ou de raccourcissement du voyage. 21 Quand les matelots peuvent aller à terre. 22 Des indemnités dues par le chargeur en retard. 23 Du capitaine qui a besoin d'argent en route. 24. Des obligations du locman qui conduit un navire au lieu de décharge. 25. De la punition du locman qui fait périr le navire.

La seconde partie est composée de deux articles relatifs au dommage arrivé à des marchandises lors du déchargement et à des sociétés de pèche. Ne figurant dans aucun des manuscrits d'Angleterre ni dans les versions castillan et flamande, ils sont moins anciens que les précédents.

La troisième partie est composée de huit articles ajoutés aux premiers dans le Black Book, mentionnés par leur sommaire : 1 Obligation imposée au patron qui a entrepris un transport de marchandises de les charger sans retard. 2 Prohibition au patron qui a loué son navire entier, d'y charger autre chose que des victuailles. 3 Quantité de chargement qu'a droit de faire celui qui a loué un navire entier. 4 Mode de paiement des matelots qui voyagent au fret, et le droit du patron d'exiger le fret des choses jetées. 5 Prohibition aux matelots de rien exiger des chargeurs. 6 Obligations du patron pour la nourriture des marchands et la surveillance des vins chargés. 7 Délai dans lequel les marchandises doivent être déchargées et droit du patron de les retenir pour sûreté de son fret. 8 Règles sur ce qui doit contribuer en cas de jet.

Ces articles, contenus dans un livre probablement composé au XIVe siècle précèdent ceux qu'on trouve uniquement dans les éditions de Garcie et de Cleirac, qui sont d'un style moins ancien.

La quatrième partie contient vingt articles qui traitent exclusivement des bris, naufrages et épaves maritimes.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J.-M. Pardessus, Collection de lois, maritimes antérieures au XVIIIe siècle. T. 1 / 6, chap VIII, 1828-1845 (lire en ligne), p. 283
  • Estienne Cleirac, Us et coustumes de la mer, Bordeaux, Guillaume Millanges, (lire en ligne). L'exemplaire de l'Université Bordeaux Montaigne conservé à la Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines (Rés. 4301) est aussi consultable en ligne, numérisé dans un format texte.
  • François-Saint-Maur, Les Rôles d'Oléron, publiés d'après deux manuscrits des archives municipales de Bayonne, Paris, E. Thorin, , 25 p. (lire en ligne)
  • Gérard Guyon (in Études à la mémoire de Christian Lapoyade-Deschamps), « Les coutumes pénales des Rôles d'Oléron : un droit pénal maritime original ? », Presses universitaires de Bordeaux,‎ , p. 327-343 (lire en ligne)
  • Michel Bochaca et Pierre Prétou (dans Solórzano Telechea, J. A., Arízaga Bolumburu, B. et Bochaca, M. (ed.), Las sociedades portuarias de la Europa atlántica en la Edad Media), Rôles d’Oléron et usages maritimes dans l’Europe atlantique à travers l’exemple de Bordeaux, Libourne et Bayonne aux XIVe et XVe siècles, Logroño, Instituto de Estudios riojanos, (lire en ligne), p. 25-46
  • (en) Timothy J. Runyan, « The Rolls of Oleron and the Admiralty Court in Fourteenth Century England », The American Journal of Legal History, vol. 19,‎ 1975 (avril), p. 95-111 (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) John Selden, Mare clausum seu de dominio maris t.2 chap XXIV, , 344 p. (lire en ligne), p. 252
  2. a b et c Jean-Marie Pardessus, Collection de lois, maritimes antérieures au XVIIIe siècle. T. 1 /, Paris, (lire en ligne), p. 283
  3. Bernard de Maisonneuve, Pierre Garcie Ferrande, Le routier de la mer, v 1490,1502,1520, CRHIP, , 467 p., p. 277
  4. Bernard de Maisonneuve, Le Routier de la Mer v. 1490, 1502, 1520 : Pierre Garcie dit Ferrande, CRHIP, , 468 p. (ISBN 978-2-7466-8417-1), p. 277-311
  5. D. d'Aussy, « De l'origine des rôles d'Oléron », Revue d'Aquitaine, scientifique et littéraire, vol. 2,‎ , p. 152
  6. Jean-Marie Pardessus, Collection de lois, maritimes antérieures au XVIIIe siècle, t. VI, Paris, 1828-1845 (lire en ligne), p. 485-486
  7. « Ordonnances et coustumes de la mer », sur bibliotheque.bordeaux.fr (consulté le 16 mars 2020)
  8. Pierre Garcie Ferrande, Grant Routtier et pilotage de la mer, avant 1483 (lire en ligne)
  9. n° 2254
  10. Nero, A, §6, n.° 30 (l)
  11. n° 3341
  12. British Museum, Manuscrit Hargrave n° 185 in « A catalogue of manuscripts: formerly in the possession of Francis Hargrave », p. 51
  13. Pierre-Hyacinthe Morice de Beaubois, Mémoires pour servir de preuves à l'histoire ecclésiastique et civile de Bretagne. Tome 1 / , tirés des archives de cette province, de celles de France et d'Angleterre, des recueils de plusieurs sçavans antiquaires, et mis en ordre par Dom Hyacinthe Morice,..., t. 1, 1742-1746 (lire en ligne), p. 786
  14. François-Saint-Maur, Les Rôles d'Oléron, publiés d'après deux manuscrits des archives municipales de Bayonne, par M. François-Saint-Maur,..., Paris, E. Thorin, (lire en ligne)
  15. Gérard Guyon (in Études à la mémoire de Christian Lapoyade-Deschamps), « Les coutumes pénales des Rôles d'Oléron : un droit pénal maritime original ? », Presses universitaires de Bordeaux,‎ , p. 330
  16. Jean-Pierre Rey, « Aliénor d'Aquitaine et l'origine de l'assurance maladie au XIIème siècle », Bulletin d'Histoire de la Sécurité Sociale n° 49,‎ , p. 48-56 (lire en ligne)
  17. François-Saint-Maur, Les Rôles d'Oléron, publiés d'après deux manuscrits des archives municipales de Bayonne, Paris, Ernest Thorin, , 25 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]