Goulven Mazéas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Goulven Mazéas
Breiz Atao - 22 mars 1930 - Goulven Mazéas.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Enfant
Autres informations
Membre de
Parti autonomiste breton
Ligue fédéraliste de Bretagne
Mouvement fédéraliste de Bretagne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Goulven Mazéas ( à Lannilis, Finistère - mort en 1981) est un militant breton. Négociant de pommes de terre à semence, il devient, après la Première Guerre mondiale, un fédéraliste et un pacifiste.

Origine[modifier | modifier le code]

Mazéas est originaire de Lannilis dans le nord-Finistère. Il exerce comme négociant de pommes de terre à semence à Guingamp, et est le créateur d'une variété nommé « Keltia »[1].

Engagements politiques[modifier | modifier le code]

Il milite au sein du parti autonomiste breton, et porte les couleurs du parti lors d'une élections législative à Guingamp. C'est un échec électoral et financier pour le parti, ce qui précipite la scission du parti autonomiste breton entre nationalistes et fédéralistes. Il soutient cette dernière tendance, et intègre la ligue fédéraliste de Bretagne à sa création en 1931[1].

Il écrit en 1934 un fascicule pour fixer la doctrine de la ligue fédéraliste de Bretagne, et y affirme :

« À l'heure où les démocraties croulent, expiant ainsi la faute de n'avoir été démocraties que de nom, quand l'Occident, dans une marche rétrograde, s'engage yeux bandés dans la voie des nationaux-socialismes, ultimes remparts de l'internationale capitaliste, quand par le monde le summum de la civilisation se juge à l'appareil guerrier dont croit devoir se glorifier chaque pays, au raffinement et au grandiose apparat que revêtent les meurtres collectifs organisés et avant que les peuples ne soient enlisés dans la glu paralysante des fascismes, il convient aux éléments encore sains composant l'humanité simplement civilisée, c’est-à-dire dépouillée des bas instincts de l'homme animal, d'opposer aux nationaux-socialismes étroits, égoïstes et barbares, à leur autoritarisme absolu et outrancier, un programme de liberté, de justice et d'humanité, social et international. »

— in Social-Fédéralisme, 1934

[1]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, il est arrêté par les Allemands. Sa femme, (juive alsacienne, née Weill) ainsi que leurs deux enfants, Claudine et Daniel, sont arrêtés pour être conduits au Camp de Drancy. Il doit faire jouer ses relations au sein du mouvement breton pour éviter leurs déportations en Allemagne[1].

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Il est délégué de l'Union européenne des fédéralistes au congrès de l'Europe à La Haye en 1948 et président du syndicat des négociants de Bretagne.

Famille[modifier | modifier le code]

Sa fille Claudine Mazéas sera une grande collecteuse de chants traditionnels bretons dans les années 1950, 1960 et 1970.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Social-fédéralisme, Ed. de la Bretagne fédérale, Rennes, 1934
  • Petite histoire bretonne de la pomme de terre, Brest, 1940
  • Histoire et folklore Kosmonomotheos, 1946
  • La vie diabolique de Saint Kériolet (Pierre Le Gouvello de Keriolet), Le cercle du Livre, 1953

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Cadiou 2013, p. 284

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Documentaire[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]