Giorgino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Giorgino est un film français (1994) réalisé par Laurent Boutonnat. Celui-ci a écrit ce drame à partir des années 1970 et en a composé et produit l'ensemble des musiques. Cette œuvre permet à Mylène Farmer de faire ses débuts dans le cinéma dans le rôle de Catherine. Les conditions de tournage sont particulièrement difficiles en raison des conditions climatiques et du perfectionnisme du réalisateur Laurent Boutonnat. Le film fut tourné en langue anglaise. Jeff Dahlgren, l'acteur principal, était un guitariste américain, accompagnateur fréquent de Mylène Farmer.

Malgré un budget conséquent de 80 millions de francs et une forte campagne promotionnelle dans les médias (presse, télévision), Giorgino, sorti le 5 octobre 1994, n'est resté que quatre semaines à l'affiche et n'a pas totalisé plus de 60 000 entrées sur le territoire. Le grand public n'adhère pas au film en raison de sa longueur et de sa trop grande noirceur ; les fans de Mylène Farmer ont eux-mêmes un avis mitigé.

Cet échec retentissant affectera profondément Laurent Boutonnat, qui ne réalisera plus les clips de sa muse Mylène Farmer pendant près de dix ans. Il rachètera tous les droits de son film, qui ne sera diffusé que quatre fois sur Canal+ à la fin de l'année 1995. Un DVD a été publié le 5 décembre 2007.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Octobre 1918. Sitôt rendu à la vie civile, le jeune docteur Giorgio Volli (gazé dans les tranchées) retourne à l'orphelinat dont il s'occupait avant la guerre. Il apprend que les enfants ont été transférés afin d'échapper aux bombardements. Il se rend donc dans le second orphelinat, à Chanteloup. Mais à son arrivée, la bonne de la maison, Marie, lui demande de sauver Mme Degrâce, pendue. Il n'y parvient pas et Marie lui demande de ne dévoiler à personne la cause de sa mort. Il accepte et fait la rencontre de Catherine, la fille du docteur Degrâce, dont il tombe amoureux. Elle a perdu la raison depuis le décès des enfants. Giorgio constate ensuite que l'orphelinat est vide, et l'on apprend plus tard que les enfants ont sombré dans les glaces des marais non loin du lieu, puis furent dévorés par des loups. De multiples dessins de ces enfants attestent la présence de ces loups. Sébastien Degrâce, le docteur, à cause de sa « folie » est enfermé à Sainte Lucie, d'où Giorgio tente de le ramener. A l’hôpital, il apprendra que les patients sont mis en baignoires et qu'ils se débattent dans l'eau froide, ce qui leur fait une trace au niveau du cou et que c'est comme cela que l'on reconnait les malades à Sainte Lucie.

Mais il revient sans lui, ne l'ayant pas trouvé. Sur la route, il croise un homme qui s'avère être le Docteur. Giorgio le ramène au manoir des Degrâce, mais tombe dans la neige. Lorsqu'il se réveille, Marie, s'occupe de lui. Elle s'occupe aussi de Catherine comme si c'était sa propre fille, ainsi que de son père le Docteur Degrâce qu'elle cache à présent, car tout le village le sait fou. La veille de l'enterrement, Giorgio sort de sa chambre et va inspecter la maison. Il trouve le Docteur allongé dans un cercueil à côté de celui de sa femme, lui parlant. En refermant la porte, il entend Catherine pleurnicher un petit "maman". Quand il ouvre la porte, il trouve Catherine avachie sur Marie, qui lui donne le sein en lui caressant la cuisse. Elles se rendent compte de sa présence et il s'excuse d'être entré. Catherine lui dit de rester et l'informe qu'elle lui a volé deux sucres d'orge : "J'vous ais volé deux sucres d'orge, pas vrai Marie ?". Elle lui demande ce qu'il va faire des autres ce à quoi il lui répond qu'il lui donne si elle veut. Le regard de Catherine s'illumine, contrairement à celui de Marie qui s'éteint pendant recouvre sa poitrine, et elle demande si c'est vrai. Elle dit ensuite qu'il en feront des petits gâteaux de sucres, avec un sourire peu convaincu, suivi d'une mimique, comme si toute joie l'avait quittée d'un coup. Marie recouvre la cuisse nue de Catherine en dévisageant Giorgio. Catherine ajoute ensuite qu'elle ne pensait pas ce qu'elle a dit : Giorgio n'embrasse pas mal, c'était pour lui faire du mal et de la peine. Le lendemain, elle assiste à l'enterrement de sa mère. Les femmes du village, dont les maris sont partis au front, s'en prennent à Catherine et l'accuse d'avoir assassiné les enfants puis dénoncent au curé du village le fait que la femme du Docteur Degrâce s'est en fait pendue afin d'entraver son enterrement. Catherine réagit et gifle l'accusatrice avant de lui donner un coup.

Elle se réfugie alors dans l'église du village, y éteint tous les cierges en signe de vengeance, et par conséquent se fait battre par les femmes du village. Giorgio entre en enfonçant la porte et aide Catherine à aller retrouver Marie après l'avoir transporté dans l'allée de l'église.

Le curé annonce que tous les hommes du village sont vivants et une femme crie la fin de la guerre.Une soirée est annoncée et Marie, Catherine et Giorgio sont invités à l'auberge. Avant de partir, Marie dit que Catherine aimerait, pour l'armistice, qu'il l'embrasse. Il accepte et elle lui tend la bouche d'une façon enfantine. Le baiser est court car Catherine retire sa tète pour lui dire que si Marie osait lui demander de l'embrasser, elle lui avait promis qu'il en ferait autant pour elle. Il embrasse Marie, qui est plutôt contente du geste. C'est un personnage assez pervers dans sa folie. Le Dr.Degrâce les appelle et Catherine insiste pour que Giorgio l'embrasse. Il la demandera en mariage par la suite et Catherine demande si Marie viendra avec eux, en ajoutant "qu'elle sait faire des enfants, Marie". Marie, choquée, lui dit qu'on ne doit pas dire des choses comme cela et Catherine a un petit rire suivi d'une mimique, comme si elle essayait de ce convaincre qu'elle a dit une bêtise. Elle dit ensuite que son père pourrait venir aussi et qu'ils soignerait leurs enfants, que ces derniers ne mourront jamais. Le Dr.Degrâce réagit et répète "jamais !". Ils partent ensuite à l'auberge.

Ils chantent et dansent après qu'une des femmes leur ait fait des excuses (des choses qu'elle ne pense pas car elle est saoule), se soit agenouillée devant Catherine, qui ne sait comment réagir, pour s'excuser de l'avoir frappé et qu'ils aient fini leurs verres que cette dernière leur a servi. Giorgio se fait embarquer dans un jeu par les femmes qui veulent l'éloigner de Catherine afin que celle-ci fasse ses excuses à la femme qu'elle avait frappé précédemment. Elle refuse en riant, et, après qu'on lui a fait boire de force une, voir deux bouteille de vin, est abandonnée dans la fontaine près de l'auberge par la femme qui l'a saoulé.

Quant à Giorgio, assez saoul mais toujours lucide, il vient d'apprendre qu'un seul homme s'en est sorti et tente d'avertir Catherine, après s'être rendu compte de la supercherie des femmes, qui accuseront sans doute Catherine qui a soufflé les cierges et donc tué les hommes. Il la récupère dans la fontaine.

Pendant que Giorgio part en calèche avec Catherine, celle-ci le fouette, se jette de la calèche et part dans les marais. Une fois arrivé sur place, Giorgio la supplie de revenir et s'entête à démentir les calomnies de Catherine : elle l'accuse de vouloir l'emmener à l'asile, croyant qu'il la considère comme folle. Ce qui est faux. Elle court jusqu'au marais ou les enfants sont morts et essaie de briser la glace à coup de talons. Giorgio lui dit d’arrêter et elle répond que c'est les loups qui ont tué les enfants et qu'elle s'est enfuie dans la foret en les laissant là. Il lui dit qu'il la croit, parce qu'il veut qu'elle revienne sur la rive saine et sauve et qu'il la croit réellement. Elle avance vers lui mais à quelques pas de celui-ci, tombe un peu dans l'eau. Elle est mouillée jusqu'aux mollets. Après avoir été récupérée par Giorgio qui est venu la porter dans l'eau, elle lui dit qu'elle a froid et ils se laissent aller l'un contre l'autre dans la neige. S'ensuit une scène qui parait plaire, dans un premier temps, à Catherine, qui parait alors parfaitement lucide et consciente de ses faits et gestes, comme si elle n'était plus "à moitié autiste". Au bout d'un moment, elle ouvre de grands yeux, se relâche, écarte grands les bras et raidi ses mains. Elle prend peur à cause de la sensation(défloration), l'éjecte en un mouvement brusque et envoie Giorgio dans le marais d'eau glacée. Elle se relève et lui montre sa main sanglante, avec un air interrogatif mais surtout choqué, en tenant sa robe de l'autre, avant de s'enfuir dans les bois en laissant Giorgio dans l'eau dont il peinera à sortir.

Des enfants le retrouvent le matin, le croyant mort. Ils essaient, pour "voir ce que ça fait", de le mettre sur la route pour qu'une calèche le coupe en deux, de sorte à "voir ce qu'il y a dedans". Ils le trainent avec une corde (autours du cou) jusqu'au chemin et le recouvre de neige. Une calèche arrive et les femmes le voient et le ramène à l'auberge.

Ensuite,l'homme rescapé de la guerre arrive suivit des convoi remplis de cercueils.Les femmes traitent le curé de menteur et partent à l'orphelinat pour tuer Catherine.

Marie, pour la protéger de la violence des femmes du village et parce qu'elle ne croit pas à son histoire de loups, l'envoie à l'asile, où Giorgio se rend, l'enlève du service de psychiatrie où elle est maltraitée tout comme quelques autres femmes. En arrivant, il trouve Catherine dans une baignoire, seule avec un infirmier infirme, qui explique à Giorgio qu'elle est punie et doit faire plus de temps que les autres car elle a essayé de se pendre. Catherine est sur le point de s'évanouir dans l'eau glacée mais Giorgio fait arrêter les vannes et la sort de la baignoire. Un médecin arrive et remarque la trace qu'il a au cou. Un infirmier costaud reprend Catherine et la remet dans la baignoire avant que Giorgio ne sorte son arme. Il récupère Catherine et fait enfermer les deux infirmiers, l'infirmière et le médecin dans les baignoire après avoir tiré dans le genou de ce dernier. Il rouvre les vannes et les laisse se faire arroser par l'eau glacée.

Il la ramène au domicile familial, Marie leur avoue que le Docteur Degrâce est parti en forêt, et n'est pas revenu. La maison est complètement ravagée, le cheval tué.

Catherine, sous le choc, va se pendre. Giorgio tente de la sauver, implorant l'aide de Marie, qui court dans le jardin sous la pluie, et refuse de l'aider. Quand il arrive enfin à la dépendre, il l'allonge sur le lit et tente de la ranimer en lui faisant l'amour de façon assez violente, si on peut dire. Elle se réveille. Au petit matin, Giorgino et Catherine découvrent le Dr.Degrâce, décédé dans le froid, des sucres d'orge à la main. Il est à l'endroit ou les enfants sont morts et ou Catherine a perdu sa virginité, à moitié plongé dans l'eau.

Les femmes s'en vont travailler à la ville et le curé part avec Marie, peu après les femmes. Giorgio et Catherine décident d'enterrer Sébastien Degrâce dans le cimetière du village, seuls. Giorgo prend Catherine dans ses bras et lui dit qu'il va mourir. Elle lui dit de ne pas se retourner et de l'embrasser. Il meurt dans les bras de Catherine, qui reste de marbre, sans expression si ce n'est celle d'une personne en réflexion profonde, peut-être folle. Des centaines de loups arrivent de derrière le cimetière ou Catherine berce lentement et presque de façon inexistante, son amour mort dans ses bras. On ne saura jamais ce qu'il lui arrive à la fin du film. Le fait que les loups soient présents donne raison à Catherine sur un point : les enfants orphelins ont, en effet, été piégés par les loups, qui les empêchaient de sortir du marais dans lequel ils se sont noyés.

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

La critique des Cahiers du cinéma est assez dure[1] et va jusqu'à dire « il faut au spectateur un certain courage pour affronter les trois heures que dure le film et connaître le dénouement de cette histoire amphigourique. » Il y est déploré que le réalisateur ait besoin d'une séquence entière pour exprimer ce qu'un plan seul aurait pu dire, et que le « faux luxe » des images ne fait que rappeler la présence du décor.

Influences[modifier | modifier le code]

Laurent Boutonnat n'a jamais caché son admiration pour l'œuvre de David Lean. Giorgino semble avoir été influencé par Le Docteur Jivago mais surtout par La fille de Ryan (comme le note Bertrand Lepage, ancien manager de Mylène Farmer et ancien collaborateur de Laurent Boutonnat, lors d'une interview en 1995[2]). Le personnage de Giorgi Volli ressemble de manière troublante au major Randolph Doryan et on notera la présence dans les deux films d'un père très proche de sa fille et d'un homme d'église. De même, la scène où Catherine est battue par des femmes rappelle une scène similaire de La fille de Ryan où Rosy est lynchée par des villageoises.

Une autre influence est les Hauts de Hurlevent. L'héroïne a un prénom identique (Catherine) et toute l'action se déroule dans un endroit isolé.

Enfin, le film biélorusse La Chasse sauvage du Roi Stakh (1979) présente quelques similarités avec Giorgino [3].

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Les décors ont été construits du 15 septembre 1992 au 15 décembre 1992.
  • Le tournage a eu lieu de janvier 1993 à avril 1993 en ex-Tchécoslovaquie, à Prague, et dans les plaines de Slovaquie.

Box-office[modifier | modifier le code]

Nombre d’entrées

Pays Entrées Source
Drapeau de la France France 60 000 entrées lumiere

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]