Gestus brechtien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le gestus brechtien est une théorie de Bertolt Brecht[1] qui s'applique à la mise en scène théâtrale, et est complémentaire de la distanciation propre à Brecht.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le gestus brechtien est au départ le rapport social que l'acteur établit entre son personnage et les autres, au travers de ses attitudes, de son regard, de l'ensemble du langage corporel dont il dispose, mais aussi des intonations de sa voix[2]. Pour rendre l'ensemble des aspects de ce rapport social, l'auteur s'appuie sur la distance mise entre l'acteur et les mots qu'il prononce[2].

Cette distance entre l'acteur et ce qu'il énonce, cette attitude politique, morale et critique, censée témoigner de sa maturité politique, doit pouvoir se transmettre au spectateur ; c'est là qu'intervient le gestus brechtien, destiné à achever de détacher l'acteur de son texte pour mieux exprimer la vision critique de l'auteur, voire du spectateur, sur l'acteur lui-même[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patrice Pavis 2007, p. 63 et suivantes
  2. a et b Patrice Pavis 2007, p. 64
  3. Patrice Pavis 2007, p. 65

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrice Pavis, Vers une théorie de la pratique théâtrale: voix et images de la scène, Villeneuve-d'Ascq, Presses Univ. Septentrion, , 4e éd. (ISBN 978-2-7574-0009-8, LCCN 2007459721, lire en ligne), « Le gestus brechtien et ses avatars dans la mise en scène contemporaine »

Articles connexes[modifier | modifier le code]