Georges Heuillard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Georges Heuillard
Illustration.
Fonctions
Député
Conseiller général du canton de Gournay-en-Bray
Maire de Neuf-Marché
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Magny-en-Vexin
Date de décès (à 53 ans)
Lieu de décès Neuf-Marché
Sépulture Neuf-Marché
Nationalité Française
Enfants Charles, Jacques, Claude
Profession Directeur de coopérative agricole

Georges Heuillard ( à Magny-en-Vexin - à Neuf-Marché) est un homme politique français, qui fut maire de Neuf-Marché (Seine-Inférieure) à partir de 1934 et député à partir de 1951. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il participa à des parachutages d’armes dans le réseau Prosper-PHYSICIAN et fut arrêté et déporté.

Biographie[modifier | modifier le code]

Georges Albert Heuillard naît le au domicile de ses parents (10, rue de Rouen, Magny-en-Vexin, alors en Seine-et-Oise, aujourd’hui Val-d'Oise)[1]. Son père, Alexandre Albert Heuillard, est géomètre. Sa mère, Marie Clémentine Bonal est sans profession.

Il se marie le à Marie Aline Georgette Chéreau. Entre 1924 et 1927, sa famille s'agrandit : Charles (né le ), Jacques (né le ), Claude (né le ). À l'époque, il est directeur de coopérative agricole[1]. En 1934, il devient maire de Neuf-Marché. En 1936, il devient conseiller général du canton de Gournay-en-Bray.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Dès 1940, il s’engage activement dans la Résistance. Le , il divorce de sa femme. En , il est recruté par Georges Darling dans le réseau Prosper-PHYSICIAN. Il participe alors à des parachutages d’armes, durant le premier semestre. Au début de l’été, pour échapper au démantèlement du réseau par les Allemands, il se cache dans la région parisienne. Le , des Feldgendarmes encerclent sa maison à Neuf-Marché et arrêtent sa femme et ses fils Jacques (dix-huit ans) et Claude (seize ans). Lui-même est arrêté le à Paris (café des PTT, rue Étienne-Marcel). Il est interné à Fresnes du au , puis transféré au camp de Royallieu (Compiègne, Stalag 122) le .

Le , il est déporté en train au camp de Buchenwald (matricule 39863), puis à celui de Flossenbürg (6421), puis à Hradischko (Tchécoslovaquie).

Libération et après-guerre[modifier | modifier le code]

Il est libéré le par l’armée soviétique. Alors qu’il pesait 117 kg en 1943, il n'en fait alors plus que 47. Il est soigné à Kaplitz, avant d’être rapatrié le (PilsenLe Bourget). Il est nommé à l’Assemblée consultative provisoire à Paris où sa désignation est validée le . Au sein de cette assemblée, il est nommé membre de la Commission des finances et de la Commission de l’Alsace et de la Lorraine[1]. Il se présente sans succès aux élections à l’Assemblée nationale constituante du .

Il est candidat aux élections législatives du 17 juin 1951 dans la première circonscription de la Seine-inférieure (actuelle Seine-Maritime), et il est élu. Il est nommé membre de la Commission de la marine marchande et des pêches et de la Commission de la reconstruction et des dommages de guerre.

Le , il vote l’investiture d’Edgar Faure.

Il décède le , à Neuf-Marché dans le cimetière de laquelle il est inhumé[2]

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Monument[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Georges Heuillard », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale (consulté le 9 août 2017)
  2. « Des célébrités enterrées dans le pays de Bray », Paris Normandie,‎ (ISSN 0999-2154, lire en ligne)