GensDeConfiance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir GDC.

Gens De Confiance
logo de GensDeConfiance
Logo de gensdeconfiance.fr

Création 09-11-2015
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan « Promouvoir la confiance et la bienveillance dans les relations sociales, sur internet et dans la vraie vie ! »
Siège social Nantes
Drapeau de France France
Direction Nicolas Davoust (président)
DG : Ulric Le Grand et
Enguerrand Léger[1]
Activité Programmation informatique.
Produits Petites annonces gratuites
Effectif Estimé 23 (fin 2018)
SIREN 814577649
Site web gensdeconfiance.fr

Chiffre d'affaires Comptes déposés avec déclaration de confidentialité

Gens De Confiance est un site web de petites annonces sur lequel le dépôt et la lecture d’une annonce sont payantes ou gratuites selon la catégorie. Qualifié par Le Figaro, L'Obs ou France Inter de « version bcbg du Bon Coin », il se veut un « véritable réseau familial et sécurisé de petites annonces en toute confiance et savoir-vivre ». Son fonctionnement repose sur l'importance capitale de la confiance dans l'économie collaborative.

Historique[modifier | modifier le code]

Le site a été créé le [2] par trois jeunes Nantais Nicolas Davoust, Ulric Le Grand et Enguerrand Léger, qui à force d'entendre et de vivre des expériences désagréables sur Le Bon Coin (arnaques PayPal, faux rendez-vous, absence de réponses[3]) se sont lancés sur un créneau laissé vacant : la « confiance participative »[4]. Ils se sont alors associés pour proposer un site d'annonces entre particuliers « membres d'un réseau ciblé, une communauté de gens réputés fiables, bienveillants et courtois »[5].

« On a voulu créer sur le Net un système de valeurs entre gens qui accordent de l'importance à la confiance, à la politesse et à la bienveillance »[4]. « À l'heure du boom de l'économie collaborative, la notion de confiance est de plus en plus rare et précieuse. C'est ce qui fait notre force et notre différence » précise Nicolas Davoust[5]. Cette différence vis-à-vis notamment du site français Le Bon Coin le fait qualifier de « version bcbg du Bon Coin » par le quotidien Le Figaro, par le magazine L'Obs ou encore par l'humoriste Charline Vanhoenacker sur la chaîne de radio France Inter[6].

Le site est considéré en 2016 comme un « ovni qui déboule dans le panorama de l'économie collaborative »[7].

La société qui employait 10 salariés début 2017[8] en emploie 23 fin [9],[10]. En , elle envisage de déployer ses services dans les pays anglophones ainsi qu’en Afrique[11].

En , la société propose de supprimer le dépôt de garantie pour faciliter l'accès au logement ; elle promet aux propriétaires le versement du loyer tous les 10 de chaque mois[12]. Le modèle économique est le suivant : le propriétaire qui versait 300 euros de frais pour trouver un locataire, pourra le faire sans frais s'il renonce à percevoir une caution. De son côté, le locataire versera au site le loyer (que le site reversera au propriétaire) et un supplément de 6% de frais liés au service[13],[10]. Le quotidien Les Échos titre en que ce site « offre la possibilité de louer un bien immobilier sans dépôt de garantie, tout en assurant aux propriétaires la perception de leurs loyers »[14].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le fonctionnement du site repose sur l'importance capitale de la confiance dans l'économie collaborative, confiance notamment étudiée par la Stern School of Business de l'université de New York dans le fonctionnement du site BlaBlaCar[15]. Pour rejoindre cette communauté, il faut recueillir le parrainage de trois membres se portant garants de leur filleul : en cas de comportement inapproprié, parrains et filleul sont exclus[5]. Ce contrat moral repose sur le triptyque de solidarité, bienveillance et honnêteté : si le filleul enfreint le règlement ou nuit à un autre membre au cours d’une transaction, une procédure de médiation est lancée[16]. Celle-ci peut aboutir sur son renvoi ainsi que celui des membres l'ayant recommandé. En moyenne, le site annonce bannir ainsi une seule personne par mois ainsi que ses parrains[17], « ce qui est peu en regard des 15 000 annonces postées mensuellement »[4]. Il y a des règles très précises, à commencer par le fait de s’engager à répondre lorsqu’une transaction est ouverte[18].

Lors de la création du site, il suffisait de deux parrainages[2] et fin 2017, les responsables du site envisagent de demander quatre parrainages au titre que « la difficulté doit rester constante »[19].

Si le système de parrainage pour rentrer sur le site est une première garantie de fiabilité, les commentaires sur les annonces et les profils des membres sont un autre gage de fiabilité[20].

Outre l'aspect business, ce site permet aussi aux internautes de tisser des liens solidaires[21].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Un quart des annonces sont relatives à l'immobilier (locations immobilières, locations saisonnières et achats/ventes immobilières) et un autre quart aux services à la personne (gardes d'enfants, jeune fille au pair pour les vacances, sorties d'école, babysitting, présence auprès de personnes âgées…).

En , le magazine Le Figaro Magazine consacre un article à la comparaison de ce site avec le site Le Bon Coin : il indique une moyenne de 50 000 annonces en ligne, 15 000 nouvelles annonces par mois, un réseau de 165 000 membres cooptés avec un accroissement de 300 à 500 nouveaux inscrits par jour, 275 000 utilisateurs uniques par mois[5]. En , le nombre de 200 000 membres est atteint[19],puis 235 000 fin [22]. En , le nombre de membres dépasse 280 000 avec 300 à 500 nouveaux inscrits par jour, et environ 30 000 nouvelles annonces déposées chaque mois[23].

En , le nombre de membres atteint 370 000[24].

Financement[modifier | modifier le code]

Qualifié par le quotidien Les Échos de « modèle économique audacieux »[25], le site ne se finance pas par la publicité mais à 50 % via les dons de ses membres et à 50 % par les recettes procurées par les remontées d'annonces, remontées facultatives mais payantes, qui les rendent plus lisibles[17],[5],[26].

Au départ plus associatif que lucratif, le site a fait appel aux dons de ses membres et se rémunère aussi en facturant la remontée en haut de page des annonces. Une levée de fonds réussie en 2016 de 500 000 euros permet de s'étendre en Espagne, en Italie et en Angleterre[27]. C'est en effet grâce aux deux investisseurs Partech Ventures et Bpifrance qui ont apporté chacun la somme de 500 000 € fin 2016, que le site a désormais sa version espagnole (Redde-Confianza), anglaise (TrustedPeople)[4],[17]. Les dépenses de marketing sont réduites au minimum, le site ne cherchant à se faire connaître que par le bouche à oreille et la publicité qu'en font ses membres[28].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Fin 2017, la start-up est sélectionnée comme l'une des trois start-up les plus prometteuses de Nantes par Google et Maddyness au sein du projet Moonshot qui a pour objet de mettre en lumière les startups les plus prometteuses des villes de Nantes, Bordeaux, Lille, Lyon et Montpellier[29]. En , un jury la sélectionne comme la meilleure start-up de la ville de Nantes au sein de cette sélection[30].

En , la banque publique d'investissement Bpifrance annonce que la start-up est l'une des lauréates du « Pass French Tech » qui récompense les startups françaises en hyper croissance[31],[32].

Logotype[modifier | modifier le code]

Logotype du site gensdeconfiance.fr.

Le nom de l'entreprise a été déposé à l'Institut national de la propriété industrielle (INPI) le et publié au Bulletin officiel de la propriété industrielle (BOPI) le [33].

Le logotype a été déposé le et publié au BOPI le [34]. Il représente une petite tour violette qui symbolise la sécurité et le château des ducs de Bretagne[19].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres sites de petites annonces :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Extrait du Registre du commerce et des sociétés (RCS).
  2. a et b « Startup - GensDeConfiance », sur le site jaimelesstartups.fr, (consulté le 20 novembre 2018).
  3. « Nantes. Gens de confiance, un site de petites annonces gratuites par parrainage », sur le site du quotidien Presse-Océan, (consulté le 20 novembre 2018).
  4. a b c et d Marie Vaton, « Gens de confiance : à la découverte de la version BCBG du Bon Coin », sur le site du magazine L'Obs, (consulté le 20 novembre 2018).
  5. a b c d et e Ghislain de Montalemebert, Le Bon Coin v/s Gens De Confiance, Le Figaro Magazine daté des 24 et 25 février 2017, p. 28.
  6. Charline Vanhoenacker, « Le bon coin BCBG », sur le site de la chaîne de radio France Inter, (consulté le 20 novembre 2018).
  7. « Panorama du marché de l’économie collaborative », sur le site du magazine économique Entreprendre, (consulté le 22 avril 2019).
  8. Maxence Fabrion, « GensDeConfiance.fr, le site de petites annonces qui veut restaurer la confiance des internautes », sur le site frenchweb.fr, (consulté le 20 novembre 2018).
  9. « GensDeConfiance.fr - Numérique et informatique », sur le site de l'agence API (Atlantique presse information), (consulté le 20 novembre 2018).
  10. a et b Frédéric Thual, « La marketplace nantaise Gens de confiance lutte contre les mauvais plans du web », sur le site du quotidien La Tribune, (consulté le 20 novembre 2018) .
  11. Florence Pagneux, « Des échanges entre « gens de confiance » », sur le site du quotidien La Croix, (consulté le 20 novembre 2018).
  12. Marie Cœurderoy, « Location : Un site de petites annonces supprime le dépôt de garantie », sur le site de BFM TV, (consulté le 22 avril 2019).
  13. Jean-Bernard Litzler, « Et si la confiance entre locataire et propriétaire remplaçait la caution ? », sur le site du quotidien Le Figaro, (consulté le 20 novembre 2018).
  14. Emmanuel Guimard, « Gens de Confiance, le site qui affranchit les locataires de la caution », sur le site du quotidien Les Échos, (consulté le 22 avril 2019).
  15. (en) « Entering the trust age » [PDF], sur le site BlaBlaCar, (consulté le 20 novembre 2018).
  16. Marion Dubois, « Internet. Le site Nantais Gens de confiance dépasse les 200 000 membres », sur le site du quotidien Ouest-France, (consulté le 20 novembre 2018)
  17. a b et c Élisabeth Bureau, « Petites annonces . GensDeConfiance.fr lève un million d’euros à Nantes », sur le site du quotidien Ouest-France, (consulté le 20 novembre 2018).
  18. Laurence Faure, Sur le web, un réseau de Gens de confiance, in magazine Le Pèlerin, no 7007 du , [lire en ligne].
  19. a b et c Marie-Estelle Pech, « Gens de Confiance, la version BCBG du Bon Coin », sur le site du quotidien Le Figaro, (consulté le 20 novembre 2018).
  20. Camille Lecuit, « 7. Gens de confiance: un excellent rapport qualité prix », sur le site du quotidien Le Figaro, (consulté le 20 novembre 2018).
  21. Laurence Faure, « Sur le web, un réseau de Gens de confiance », sur le site du magazine Pèlerin, (consulté le 22 avril 2019).
  22. Emmanuel Guimard, « Gens de Confiance, la version BCBG du Bon Coin », sur le site du quotidien Les Échos, (consulté le 20 novembre 2018).
  23. Frédéric Brenon, « Gens de confiance, le site de petites annonces où il faut être recommandé, cartonne », sur le site du quotidien 20 minutes, (consulté le 20 novembre 2018).
  24. « Le site de petites annonces gensdeconfiance.fr rassemble 370 000 membres », sur le site du quotidien Presse-Océan, (consulté le 22 avril 2019).
  25. « Gens de confiance : un modèle économique audacieux », sur le site du quotidien Les Échos, (consulté le 20 novembre 2018).
  26. Farid Khedri, « #Nantes GensDeConfiance, Le Bon Coin des bonnes gens, développe son label de confiance », sur le site maddyness.com, (consulté le 20 novembre 2018).
  27. Farid Khedri, « Ils ont inventé le site de petites annonces qui inspire confiance », sur le site du magazine Capital, (consulté le 22 avril 2019).
  28. Vidéo sur YouTube.
  29. « #Moonshot Google et Maddyness vous présentent les 3 startups lauréates de la ville de Nantes », sur le site maddyness.com, (consulté le 20 novembre 2018).
  30. « Laquelle de ces 5 startups remportera la première édition du projet Moonshot ? », sur le site maddyness.com, (consulté le 20 novembre 2018).
  31. Trois nouveaux lauréats rejoignent la promotion 2018-2019 du #PassFrenchTech en @paysdelaloire.
  32. Pass French Tech.
  33. Extrait du BOPI du .
  34. Extrait du BOPI du .