Geneviève Rioux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rioux.
Geneviève Rioux
Naissance
Québec (Canada)
Nationalité Drapeau : Canada Canadienne Drapeau : Québec
Profession Actrice
Films notables Le Déclin de l'empire américain
Cruising Bar
Montréal vu par…
Séries notables Chartrand et Simonne
Toute la vérité

Geneviève Rioux, née le à Québec (Canada)[1], est une animatrice et actrice québécoise qui joue au théâtre, à la télévision et au cinéma.

Biographie[modifier | modifier le code]

Geneviève Rioux est diplômée du Conservatoire d'art dramatique de Montréal, promotion 1983[2].

Elle a suivi des stages de perfectionnement avec Eugene Lion (Montréal), Warren Robertson (Montréal), Dominic de Fazio, (Milan) et Carole Morley (New-York).

Geneviève Rioux est la soeur du musicien et artiste montréalais Maxime Rioux (en).

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Au théâtre, elle a interprété le répertoire classique et contemporain. Elle a joué dans plus de 30 pièces dont: Le prince des jouisseurs de Gabriel Sabourin, mise en scène de Normand Chouinard; Rouge gueule d’Étienne Lepage, mise en scène de Claude Poissant; Un certain Stanislavski de Marcel Sabourin et Gabriel Sabourin, mise en scène de Louis Choquette; Clash de Daniel Lemire, mise en scène de Pierre Lebeau; Under construction de Charles L. Mee, mise en scène de Luce Pelletier; Les grecques monté par Luce Pelletier; Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux, monté par Danielle Fichaud; Le portier de la gare Windsor écrit et monté par Julie Vincent, Le Misanthrope de Molière, monté par Olivier Reichenbach; Roméo et Juliette de Shakespeare, monté par Guillermo de Andrea[6],[7].

Scénarisation[modifier | modifier le code]

Geneviève Rioux a été l’initiatrice et co-scénariste du documentaire « Crée-moi, crée-moi pas », réalisé par Marie-Pascale Laurencelle, produit par Marie-France Bazzo et diffusé à Télé-Québec en janvier 2013[8],[9].

Le documentaire a été en compétition au Festival International du Film sur l’Art (FIFA)[10]. Il a remporté le « Prix du public » au Brooklyn Girl Film Festival 2013[11],[12]. La version anglaise du documentaire se nomme Impulses.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Gagnées
Nominations

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Page Geneviève Rioux sur le site Roy Dupuis-partners
  2. Guerin, « Geneviève Rioux », sur Thomas Graton (consulté le 28 octobre 2016)
  3. « Les bons sentiments », sur www.quebeccinema.ca (consulté le 28 octobre 2016)
  4. Hugo Pilon-Larose, « Le retour de Denise Filiatrault au grand écran », sur lapresse.ca (consulté le 28 octobre 2016)
  5. « L'art d'être parent », sur Telefiction (consulté le 28 octobre 2016)
  6. a, b et c Guerin, « Thomas Graton - », sur thomasgraton.com (consulté le 28 octobre 2016)
  7. « Rouge Gueule », sur Info-Culture.biz (consulté le 28 octobre 2016)
  8. Direction des médias numériques, « Crée-moi, crée-moi pas | Crée-moi, crée-moi pas | Zone Vidéo Télé-Québec », (consulté le 28 octobre 2016)
  9. « Les productions Bazzo Bazzo — CRÉE-MOI, CRÉE-MOI PAS », sur productionsbazzobazzo.tv (consulté le 28 octobre 2016)
  10. André Duchesne, « Crée-moi, crée-moi pas au FIFA » (consulté le 28 octobre 2016)
  11. (en) « 2013 Feature Films | Brooklyn Girl Film Festival », sur www.brooklyngirlfilmfest.com (consulté le 28 octobre 2016)
  12. André Duchesne, « Un prix pour Crée-moi, crée-moi pas », sur lapresse.ca (consulté le 28 octobre 2016)

Lien externe[modifier | modifier le code]

(en) Geneviève Rioux sur l’Internet Movie Database