Gaultheria fragrantissima

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gaulthérie odorante

La gaulthérie odorante (Gaultheria fragrantissima), est un arbuste de la famille des Ericaceae (qui regroupe myrtille, airelle, bruyère, arbousier...), originaire des forêts de l'Himalaya.

Elle est la source d'essence de Wintergreen, semblable à celle extraite de la Gaultheria procumbens canadienne. Sa très forte teneur en salicylate de méthyle explique ses propriétés anti-inflammatoires et analgésiques.

Étymologie et nomenclature[modifier | modifier le code]

La première description botanique a été faite par Nathaniel Wallich en 1820 dans Asiatic Researches[1]. Wallich était un botaniste danois installé en Inde qui herborisa au Népal, dans le Bengale et en Birmanie.

Le terme de latin botanique Gaultheria fragrantissima est composé d'un nom de genre Gaultheria, créé par Carl Linné en 1753. Il dédia ce taxon à Jean François Gaulthier, botaniste et médecin à Québec qui lui avait fait parvenir un petit arbuste rampant (Gaultheria procumbens) du Canada[2]. En 1753, cette espèce canadienne était la seule du genre Gaultheria, décrite par Linné.

L'épithète spécifique fragrantissima est emprunté au latin fragans « odorant, parfumé»[3], sous la forme superlative.

Description[modifier | modifier le code]

Racème de fleurs de G. fragrantissima
Grappes de fruits de G. fragrantissima,
de couleur magenta

Gaultheria fragrantissima est un arbuste de 1 à 3 m de haut, rarement un petit arbre (jusqu'à 4 m), à feuilles persistantes[4].

Les feuilles alternes, comportent un pétiole de 3−5 mm, un limbe de forme diverse, elliptique, oblongue-elliptique, ovale, obovale, ou étroitement obovale-lancéolée, de 5−17 cm de long sur 2−6,5 cm de large, coriace, à base cunéiforme, parfois obtus-arrondi, au bord serrulé, à apex aigu[4]. Elles sont vert foncé sur la face supérieure et vert-blanchâtre, ponctuées, sur la face inférieure.

L'inflorescence est un racème de 3−9 cm, portant de nombreuses fleurs. Le calice glabre possède 5 lobes triangulaires de 2 mm. La corolle blanche tubulaire-urcéolée, de 4−5 mm, est bordée de lobes très courts.

Le fruit est une capsule globuleuse de 4−6 mm de diamètre, pubescente. Lors de la fructification le calice devient bleu-pourpre, magenta[n 1] et charnu.

La floraison a lieu de janvier à mai, la fructification de juin à août.

Distribution[modifier | modifier le code]

La gaulthérie odorante est une plante des montagnes de l'Himalaya, croissant au Bhoutan, en Inde, Sri Lanka, Malaisie, Myanmar, Népal, Vietnam du Nord et Chine (Tibet, Yunnan)[4].

Elle croît dans les forêts sempervirentes, dans les fourrés sur pentes sèches, entre 1000 et 3 200 m d'altitude. Des chercheurs indiens la signalent dans le nord-est de l'Inde, le Népal et Bhoutan, entre 1800 et 2 500 m ainsi que dans les Palani Hills au Kerala, au-dessus de 1 500 m[5].

C'est un arbuste des sous-bois aux sols acides et bien drainés[6].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Le fruit, de couleur magenta pourpre, est comestible. Il fournit une bonne source de micronutriments, d'anthocyanes, de flavonoïdes et composés phénoliques. Il a une forte activité antioxydante[7].

Huile essentielle[modifier | modifier le code]

L'huile essentielle obtenue par hydrodistillation de feuilles fraîches de gaulthérie est appelée communément essence de Wintergreen (Bruneton[8], 2009). Qu'elles proviennent de la gaulthérie couchée (G. procumbens) d'Amérique du Nord, de la gaulthérie odorante himalayenne ou de l'écorce de bouleau flexible (Betula lenta), toutes ces essences sont composées essentiellement du salicylate de méthyle.

L'huile essentielle extraite est légèrement jaunâtre, avec un puissant arôme camphré et un gout doux-amer qui pourrait être dû à la présence d'un grand nombre de composants volatils oxygénés dans les feuilles (d'après l'étude de Bantawa et al[5] (2011) des gaulthéries odorantes prélevées dans la région de Darjeeling - Kalimpong, de la partie de l'Inde entre le Népal et le Bhoutan). Le rendement moyen d'huile essentielle est de 1,22 à 1,79 % (v/v). Soit d'après Bantawa et al., un taux très supérieur à ceux obtenu à partir de G. procumbens durant l'été ou du Betula lenta.

La mesure par chromatographie en phase gazeuse donne 98 % du salicylate de méthyle.

L'étude de Kumar et al[9] confirme ces résultats.

Salicylate de méthyle
Composition de l'huile essentielle de
Gaultheria fragrantissima (Kumar et al[9]
)
Composé %
Salicylate de méthyle 98,035
Salicylate d'éthyle 0,069

L'essence de Wintergreen extraite de gaulthérie odorante prélevée dans la forêt de Godawari à 1 900 m d'altitude, au Népal[10], a une composition légèrement différente : le constituant majoritaire est toujours le salicylate de méthyle (94,16 %) mais le 4-hydroxy-4-methyl-2-pentanone (diacétone alcool, à odeur agréable) est très présent (5,84 %).

Le salicylate de méthyle est un dérivé de l'acide salicylique qui peut être considéré comme une forme d'aspirine naturelle. C'est un antiagrégant plaquettaire qui évite la formation de caillot en empêchant les plaquettes de s'agglutiner. Il a aussi une action analgésique, anti-inflammatoire, spasmolytique, insecticide et rubéfiante. Le salicylate de méthyle n'existe pas sous forme libre dans les Gaultheria mais comme glycoside, appelé la gaulthérine. Ce glycosiide est un conjugué de salicylate de méthyle avec un disaccharide de glucose et de xylose.

De nombreux composés phénoliques ont aussi été trouvés dans les feuilles de gaulthérie odorante[11],[12]: acide férulique, acide p-coumarique, acide caféique, acide ursolique, acide 4-hydroxybenzoïque, acide protocatéchique, acide o-pyrocatéchique, acide salicylique, acide vanillique, acide gentisique, ainsi que (+)-Lyoniresinol-2α-O-β-d-glucopyranoside, un lignane.

L'odeur caractéristique de l'essence de Wintergreen est liée à quelques composés aromatiques : le benzoate de benzyle (odeur balsamique douce, rappelant l'ylang-ylang), acétate de menthyle (monoterpène, odeur de menthe poivrée), bêta-asarone, hexanal (odeur fruité), α-pinène (lavande), myrcène etc[10].

Emplois médicinaux[modifier | modifier le code]

L'essence de Wintergreen est utilisée en Amérique du Nord dans la formulation de produits d'hygiène buccale, de produits cosmétiques, de préparations médicamenteuses pour l'usage externe ainsi que pour l'aromatisation de produits alimentaires[8]. Mais l'essence de Wintergreen est souvent remplacée par le salicylate de méthyle synthétique.

En Inde et en Chine, la gaulthérie odorante est récoltée dans la nature pour être utilisée en médecine populaire[11] et pour son fruit comestible[7].

Des travaux de pharmacologie ont montré que l'huile essentielle des feuilles avait des propriétés[13],[9],[6]:

  • anti-inflammatoires,
  • analgésiques, antalgiques
  • anti-oxydantes,
  • antibactériennes, antifongiques.

L'essence de Wintergreen est utilisée en massage pour les douleurs rhumatismales, les tendinites, les contractures musculaires, les crampes, les rhumatismes. Elle s'emploie diluée dans l'huile : 2 gouttes d'essence de Wintergreen pour 10 ml d'huile végétale.

Précautions d'emploi: pour Jean Bruneton « ce produit est régulièrement à l'origine d'intoxications dont la symptomatologie est celle de l'intoxication salicylée »[8]. L'huile essentielle de gaulthérie odorante sera écartée de toutes voies d'administration pour toute personne allergique aux salicylés et interdite par voie orale pendant la grossesse, la petite enfance et auprès de tout patient sous traitement anticoagulant[6]. Cette essence est à déconseillée avec la prise d'anticoagulants qui fluidifient le sang, car le salicylate de méthyle est un antiagrégant.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. contrairement aux illustrations couramment trouvées sur internet

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gaultheria fragrantissima Wall., « Asiatic researches, or, Transactions of the Society instituted in Bengal for inquiring into the history and antiquities, the arts, sciences and literature of Asia » (consulté le 29 décembre 2019)
  2. Carl von linné, Laurentii Salvii, 1753, « Species plantarum :exhibentes plantas rite cognitas ... » (consulté le 29 décembre 2019)
  3. Dictionnaire Gaffiot, « fragans » (consulté le 29 décembre 2019)
  4. a b et c Flora of China, Vol. 14, « 20. Gaultheria fragrantissima Wallich, Asiat. Res. 13: 397. 1820. » (consulté le 29 décembre 2019)
  5. a et b P. Bantawa, J.A.T. da Silva, S.K. Ghosh, T.K. Mondal, « Determination of essential oil contents and micropropagation of Gaultheria fragrantissima, an endangered woody aromatic plant of India », Journal of Horticultural Science & Biotechnology, vol. 86, no 5,‎ , p. 479-485
  6. a b et c Dominique Baudoux, Aromathérapie, Dunod, , 320 p.
  7. a et b S. Karuppusamy, G. Muthuraja, K.M. Rajasekaran, « Antioxidant activity of selected lesser known edible fruits from western ghats of India », Indian Journal of Natural Products and Resources, vol. 2, no 2,‎ , p. 174-178 (lire en ligne)
  8. a b et c Bruneton, J., Pharmacognosie - Phytochimie, plantes médicinales, 4e éd., revue et augmentée, Paris, Tec & Doc - Éditions médicales internationales, , 1288 p. (ISBN 978-2-7430-1188-8)
  9. a b et c M. Kumar,..., N. K. Dubey, « Assessment of chemically characterised Gaultheria fragrantissima Wall. essential oil and its major component as safe plant based preservative for millets against fungal, aflatoxin contamination and lipid peroxidation during storage », J Food Sci Technol, vol. 55, no 1,‎ , p. 111-119 (lire en ligne)
  10. a et b S. Joshi (Mulmi) and P. C. Subedi, « Phytochemical and Biological Studies on Essential Oil and Leaf Extracts of Gaultheria fragrantissima Wall », Nepal Journal of Science and Technology, vol. 14, no 2,‎ , p. 59-64
  11. a et b Wei-Rui Liu, ..., Gai-Mei She, « Gaultheria: Phytochemical and Pharmacological Characteristics », Molecules, vol. 18, no 10,‎ (lire en ligne)
  12. G.H.N.Towers, AidaTse, W.S.G.Maass, « Phenolic acids and phenolic glycosides of Gaultheria species », Phytochemistry, vol. 5, no 4,‎
  13. Dan Zhang,..., Guan-Hua Du, « Anti-Inflammatory Activity of Methyl Salicylate Glycosides Isolated from Gaultheria yunnanensis (Franch.) Rehde », Molecules, vol. 16, no 5,‎ , p. 3875-3884