Gallifrey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gallifrey
Univers de fiction
Présent dans lʼœuvre
Première apparition
Autre apparition
Personnages
Caractéristiques
Type
Localisation
Constellation de Kasterborous, à environ à 29 000 années-lumière de la Terre
Apparence
jaune orangé, possède deux soleils

Gallifrey est une planète fictive de la série télévisée de science-fiction britannique Doctor Who. Elle constitue le monde d'origine du Docteur ainsi que des autres Seigneurs du Temps.

Apparitions dans la série[modifier | modifier le code]

Au cours des premières saisons de la série originale, la planète mère du Docteur n'est pas identifiée par son nom. Elle est montrée pour la première fois dans The War Games (1969), et nommée pour la première fois dans The Time Warrior (1973), soit respectivement 6 ans et 10 ans après le début de la série.

On peut également voir la planète dans l'épisode La Prophétie de Noël (2009), ainsi que dans l'épisode Le Jour du Docteur (2013) et dans Montée en enfer (2015).

Histoire[modifier | modifier le code]

Gallifrey est la planète d'origine des Seigneurs du Temps. Elle a connu de nombreuses transformations au cours de son histoire géologique et semble abriter des formes de vies communes à la Terre.

Lors de la Guerre du Temps (opposant les Seigneurs du Temps et les Daleks), Gallifrey fut isolée temporellement par le Docteur, qui n'avait d'autre choix pour stopper cette guerre. Les Daleks et les Seigneurs du Temps ont normalement tous disparu à ce moment-là. Néanmoins, par différents moyens, certains Daleks et le Maître ont échappé à cette disparition et apparaissent au cours des diverses saisons de la série moderne.

Habitants[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Seigneur du Temps.

Les habitants de Gallifrey sont les Seigneurs du Temps. D'apparence humaine, l'une des seules différences biologiques avec les humains est d'avoir deux cœurs et de pouvoir vivre des centaines, voir des milliers d'années. Il est possible de voir dans certains épisodes de la série classique des seigneurs du temps à l'état préhistorique.

Les Seigneurs du Temps sont « presque » immortels (ils peuvent en fait se régénérer jusqu'à douze fois s'ils viennent à être tués) ; on ne dispose pas d'informations précises sur le nombre d'habitants de la planète (dans Le Jour Du Docteur il est dit qu'il y avait 2 milliards 470 millions d'enfants sur Gallifrey durant la Guerre du Temps, donc par déduction environ 7 milliards d'âmes). On peut apercevoir de nombreux Seigneurs du Temps dans les épisodes hors-saisons La Prophétie de Noël I & II (2009) qui constituent probablement la chambre du Panopticon.

Une possible race de rongeurs appelée tafelshrews est citée dans un spin-off. Il est également possible que des animaux tel que des chats existent sur la planète.

Localisation[modifier | modifier le code]

Elle est censée être située dans la constellation de Kasterborous, à « coordonnées galactiques zéro à dix-onze zéro-zéro-zéro par deux du centre galactique zéro (10-011-00-02) »[1], à 29 000 années lumières de la Terre[2].

Selon le 8e Docteur, Gallifrey se trouve à 250 000 années-lumière de la Terre; toutefois on peut douter de ses affirmations car elle place Gallifrey hors de la Voie lactée; de plus, le Docteur ment tout le temps. Gallifrey se trouve dans un Système binaire car elle possède deux soleils (dont un qui se lève au sud) et deux lunes. Le 4e docteur dit à Sarah Jane Smith que Gallifrey se trouve à environ 1 milliard de km de Karn dans The Brain of Morbius.

Géologie[modifier | modifier le code]

Dans tous les épisodes où on peut voir Gallifrey, on constate un climat très chaud et une topographie spécialement montagneuse. Le Capitole se trouve vraisemblablement dans un désert, près des "pays secs" comme le dit Rassilon dans Montée en enfer.

On ne distingue pas d'eau liquide, mais on peut voir des neiges éternelles sur les hauts sommets de la région et des nuages, ce qui implique un cycle de l'eau. On peut imaginer une atmosphère différente de la Terre mais vivable quand même, à cause de la couleur du ciel (jaune-orange brûlé). Quant à la taille de la planète, elle semble avoir un diamètre 2 à 3 fois plus grand que celui de la Terre (La Prophétie de Noël).

Description[modifier | modifier le code]

La toute première description de Gallifrey dans la série est faite par Susan Foreman, la petite-fille du Docteur, dans la sixième partie de The Sensorites, septième épisode de la série originelle.

« It's quite like Earth, but at night the sky is a burnt orange; and the leaves on the trees are bright silver...

(C'est assez semblable à la Terre, mais la nuit, le ciel est orange brûlé ; et les feuilles des arbres sont d'un argent brillant...) »

— Susan Foreman, The Sensorites

L'épisode L'Embouteillage sans fin se termine par une description de Gallifrey du dixième Docteur à Martha Jones :

« Juste un peu, je pouvais imaginer qu'ils [les Seigneurs du Temps] étaient encore en vie, sous un ciel orange brulé. [...] Oh, tu aurais dû voir ça, cette bonne vieille planète. Le second soleil se levait au Sud et les montagnes brillaient. Les feuilles des arbres étaient argentées, et quand elles rencontraient la lumière chaque matin, on aurait dit une forêt en feu. Quand l'automne arrivait, la brise soufflait dans les branches comme une chanson »

Dans l'épisode Que tapent les tambours, le Docteur en fait une description devant Jack Harkness et Martha Jones :

« C'était magnifique, d'ailleurs certains l'appelaient « le monde de lumière aux sept systèmes et au continent de la tentation sauvage » !

Dans les montagnes de soulagement et de solitude se dressait la citadelle des Seigneurs du Temps. La race la plus ancienne et la plus puissante de l'Univers, surplombait la galaxie, sans jamais s'ingérer. Elle n'était qu'observatrice.

Les enfants de Gallifrey étaient séparés des familles à l'âge de huit ans pour entrer à l'Académie…

Lors de l'initiation, on était confrontés à un schisme métamorphique modérateur, c'est une faille dans la réalité des choses par laquelle on peut accéder au Vortex…

Face à la réalité du temps et de l'espace en étant si jeune ! Cela en inspirait certains… d'autres fuyaient… d'autres encore devenaient fous. »

— le Docteur, Que tapent les tambours

Dans d'autres épisodes le Docteur dit aussi que les plaines de Gallifrey sont recouvertes d'herbe rouge, elle-même recouverte de neige[réf. souhaitée]. On remarque d'ailleurs une similitude entre les descriptions de Susan et du Docteur, qui reprend presque mot à mot les principaux éléments de la phrase de sa petite-fille.

Verrouillage temporel de Gallifrey[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2013).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le verrouillage temporel de Gallifrey (ou Timelock) fait que la planète reste dans une boucle temporelle, isolée du reste de l'univers dans un combat perpétuel entre les Seigneurs du Temps et les Daleks. Les seuls Seigneurs du Temps ayant échappé au Verrou temporel sont le Docteur et Le Maître, ayant fui au cours de la Guerre du Temps.

Le verrou temporel a été mis en place pour empêcher les Seigneurs du Temps d'appliquer l'Ultime Sanction (qui avait pour but de détruire le Vortex du temps et permettre aux Seigneurs du Temps de s'affranchir de leur enveloppe physique). Les Seigneurs du Temps ont essayé de faire revenir Gallifrey dans l'univers à l'aide du Maître et d'une étoile à pointe blanche pour établir un lien entre l'univers et Gallifrey dans l'épisode « La Prophétie de Noël ». Mais au dernier moment le Maître s'y oppose et Gallifrey retourne dans le verrou temporel.

Dans L'Heure du Docteur il est expliqué que les Seigneurs du Temps sont également à l'origine de la faille qui constituait le fil rouge de la saison 5, faille par laquelle ils émettent un signal à travers l'espace et le temps, qui une fois traduit devient "Doctor Who" ( "Docteur Qui ?", en français ), la réponse du Docteur devait permettre le retour de Gallifrey.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pyramids of Mars, 1975.
  2. Le Seigneur du Temps, 1996.