Liste des ennemis du Docteur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article présente les principaux adversaires du Docteur dans la série télévisée de science-fiction Doctor Who. Il s'agit d'une liste d'individus, à distinguer des espèces extra-terrestres répertoriées dans la liste des races non-humaines de la série Doctor Who.

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A[modifier | modifier le code]

Abzorbaloff[modifier | modifier le code]

Originaire de Clom, la planète jumelle de Raxacoricofalapatorius, ce personnage apparaît dans l'épisode « L.I.N.D.A ». Sa particularité est d'absorber des êtres vivants et de les intégrer à l'intérieur de son propre corps. Cette créature a été créée à la suite d'un concours de l'émission pour enfants Blue Peter à l'occasion duquel le dessin d'un enfant a été adopté pour un monstre de la série.

B[modifier | modifier le code]

La Bête[modifier | modifier le code]

La Bête est une gigantesque créature qui dit avoir été enfermée avant même la création du temps. Celle-ci serait, selon le Docteur, l'inspiratrice du concept de diable et à l'origine de la figure démoniaque de certains dieux extra-terrestres. Elle apparaît dans les épisodes La Planète du Diable, première partie et La Planète du Diable, deuxième partie.

La Bête est un ancien démon, qui avait été emprisonné pour l'éternité dans un puits au centre de la planète du nom de Krop Tor (la pilule amère), et qui se trouve en orbite autour du trou noir K37 Gem 5, comme désigné par les cartes humaines. Le centre de la planète, à 30 km sous la surface, est une puissante source d'énergie qui la maintient en équilibre gravitationnel constant avec l'attraction du trou noir, empêchant ainsi la planète de basculer dans le vide. Elle aurait été enfermée dans ce puits par une ancienne civilisation très avancée, les Disciples de la Lumière, avant même l'existence du temps. La Bête a été réveillée par une force expéditionnaire humaine qui a fait voler son vaisseau dans l'entonnoir créé par la force gravitationnelle de la planète, dans l'espoir de creuser et de revendiquer la source d'énergie du centre de la planète.

Sous sa forme originale, la Bête ressemble à une représentation traditionnelle du diable (cornes de bouc, flammes, langue fourchue, etc...) et d'une taille de plusieurs centaines de mètres de hauteur. Son esprit peut s'évader et prendre place dans un être humain (ou dans des êtres télépathes comme les Oods) dont elle peut couvrir le corps de signes cabalistiques, rendre les yeux rouges et faire cracher du feu. La Bête peut apparemment prendre le contrôle des appareils électriques et lire les peurs des gens.

La Bête déclare être à la base de la figure du diable dans toutes les religions et mythologies chez les Hommes mais aussi sur d'autres planètes. Cela semble se confirmer dans un épisode de la série Torchwood, La Fin des temps, dans lequel Jack Harkness affronte le démon Abaddon, dieu de la mort, qui ressemble énormément à la Bête. Le Docteur cite sa présence sur Draconia, Daemos (la planète du dieu cornu Azal) et sous la forme de Kaled, le dieu de la guerre chez les Daleks.

La créature est morte lorsque son hôte, Toby Zed, a été aspiré par un trou noir.

Borusa[modifier | modifier le code]

Borusa
Personnage de fiction apparaissant dans
Doctor Who.

Espèce Seigneur du Temps
Interprété par Angus MacKay, John Arnatt, Leonard Sachs, Philip Latham
Première apparition The Deadly Assassin
Saison(s) 14, 15 et 20

Borusa est un seigneur du Temps, ancien professeur d'université qui est apparu dans 4 épisodes de Doctor Who. Il a la particularité d'être joué à chacune de ses apparitions par un acteur différent, ce qui sous entend qu'il s'est régénéré entre chaque épisode.

Le personnage apparaît pour la première fois dans l'épisode de 1976 « The Deadly Assassin » et occupe le poste de Cardinal dans le Haut Conseil de Gallifrey. Il est décrit comme une personne assez prétentieuse. On le voit ainsi "ajuster la vérité" et prétendre au cours de l'histoire que le chancelier Goth fut un héros qui tenta de stopper le Maître alors que celui-ci était son allié. Après le départ du Docteur, il devient de manière plus ou moins légale, Chancelier.

Lors du retour du Docteur sur Gallifrey dans « The Invasion of Time » Borusa brigue le poste de Lord Président des Seigneurs du temps. C'est à la base une stratégie pour battre les ennemis, mais lorsque le Docteur part de Gallifrey, il est président du Haut Conseil des Seigneurs du Temps. Dans l'épisode « Arc of Infinity » Borusa est enfin Lord Président de Gallifrey. Il fera d'ailleurs condamner le Docteur à mort afin d'empêcher Omega de détruire l'univers. Suspecté d'être son complice, son innocence finit par être prouvée et Borusa va aider le Docteur à détruire Omega.

À la fin de « The Five Doctors » on apprend que Borusa a comploté afin d'enlever les cinq incarnations du Docteur et leurs compagnons et de les envoyer sur la Zone Interdite. Le but étant qu'ils se rendent à la Tour Noire et trouvent le secret de l'immortalité caché dans la tombe de Rassilon à sa place. Au final, Borusa arrive dans la tombe où l'immortalité lui est donnée par Rassilon lui-même. Toutefois, celle-ci le transforme en une statue de pierre figée pour l'éternité. Rassilon a créé de toute pièce ce piège afin d'écarter les maniaques fous de puissance de la présidence de Gallifrey[1].

Borusa réapparaît dans des romans dérivés de la série.

C[modifier | modifier le code]

Max Capricorn[modifier | modifier le code]

Max Capricorn, joué par George Costigan, apparaît dans Une Croisière autour de la Terre et est le dirigeant d'une entreprise de croisières spatiales. Pour se venger des administrateurs de sa compagnie, il saborde un de ses vaisseaux, mettant en danger la planète Terre. Il a été progressivement converti en cyborg pour augmenter sa longévité et il ne reste plus de lui que la tête.

Cassandra (la dernière humaine)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cassandra (Doctor Who).

Lady Cassandra O'Brien prétend être la dernière humaine mais c'est parce qu'elle refuse d'évoluer. Elle est la dernière humaine de pure souche (sans croisement avec d'autres extra-terrestres). Elle se présente sous la forme d'une peau tannée et étendue avec une bouche, un nez et des yeux.

Conscience Nestene[modifier | modifier le code]

Conscience extra-terrestre sans corps, elle possède une affinité avec le plastique et est capable d'animer et de manipuler des humanoïdes de plastiques connus sous le nom d'Autons.

Elle apparaît pour la première fois en 1970 dans l'épisode « Spearhead from Space » où elle a pris la tête d'une fabrique de jouets en plastiques à Epping et tente de remplacer les membres du gouvernement par des répliques Autons. Les humains à la direction de la fabrique ont été remplacés par leurs sosies Autons, à l'exception d'un employé, Ransome, qui enquêtant autour de l'usine, va se retrouver poursuivi par des Autons moins formés et semblables à des mannequins de plastiques. Ceux-ci tentent de trouver les polyèdres, source d'énergie, possédés par UNIT et par un paysan du coin.

D[modifier | modifier le code]

Davros[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Davros.

E[modifier | modifier le code]

F[modifier | modifier le code]

Famille de sang[modifier | modifier le code]

La Famille de sang est une famille d'extra-terrestres qui se nourrissaient de Seigneurs du Temps pour prolonger leurs durées de vie et augmenter leurs pouvoirs. Ils apparaissent dans les épisodes La Famille de sang et Smith, la Montre et le Docteur. Peu avant la Première Guerre mondiale, une famille d'entre eux vient à l'école où le Docteur et Martha se sont réfugiés ; ils ont alors pris possession de corps d'humains de la région afin d'obtenir le Docteur. Ils ont utilisé des épouvantails animés comme hommes de main. Quand ils trouvent le Docteur (qui s'était converti en humain), ils ont envoyé une armée d'épouvantails pour le chasser. Le Docteur a finalement repris sa forme de Seigneur du Temps et a emprisonné tous les membres de la famille.

M. Finch[modifier | modifier le code]

Lucas Finch
Personnage de fiction apparaissant dans
Doctor Who.

Espèce Krillitane
Interprété par Anthony Head
Première apparition L'École des retrouvailles
Saison(s) 2

Monsieur Finch est un Krillitane qui se fait passer pour un principal de collège. Carnivore, il aime dévorer un élève de temps en temps. Il apparaît dans l'épisode L'École des retrouvailles, où les Krillitanes tentent de hacker le « Skasis Paradigm », la théorie du tout en exploitant les élèves d'une école.

G[modifier | modifier le code]

Le Gardien Noir[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Gardien Noir.

Le Gardien Noir est une personnification anthropomorphique des forces de l'entropie et du chaos, la contre-partie du Gardien Blanc qui, lui, est la personnification de l'ordre. Les deux gardiens tentent d'équilibrer les forces de l'univers et même si le Gardien Noir semble décider que la balance soit en faveur du chaos et du mal, le Gardien Blanc préfère maintenir le status quo. Les deux gardiens apparaissent lors de la 16eme saison de la série, au cours de laquelle ils sont liés à la quête du Docteur pour obtenir la clé du temps, un immense artefact qui permet de donner à celui qui la possède le pouvoir sur tout ce qui existe.

On le retrouve aussi dans trois épisodes de la vingtième saison, en 1983, « Mawdryn Undead » « Terminus » et « Enlightenment. »

La Grande Intelligence[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La Grande Intelligence.

Apparue en 1967 dans l'épisode « The Abominable Snowmen », il s'agit d'une forme de conscience n'ayant aucun support physique et flottant dans l'espace. Elle cherche à tout prix à s'incarner sur Terre et utilise pour cela son pouvoir de contrôle sur les humains, ainsi que des robots-Yétis télécommandés ou des bonhommes de neiges dont les flocons sont soumis à sa volonté. Elle réapparaît dans l'épisode « The Web of Fear » où elle tente d'envahir Londres depuis son métro.

Sa première rencontre avec le Docteur (du point de vue de la Grande Intelligence) est racontée en 2012 dans « La Dame de glace ». La Grande Intelligence a sous sa coupe un être humain de l'époque victorienne, le Dr Siméon, qu'elle a capturé dès l'enfance. Elle est capable de prendre le contrôle des cristaux de neige. Une fois Siméon neutralisé et sa machine détruite par le 11e Docteur, la conscience de la Grande Intelligence demeure sous forme désincarnée.

On revoit la Grande Intelligence dans l'épisode suivant, « Enfermés dans la toile » puis dans l'épisode final de la saison 7 : « Le Nom du Docteur » où celle-ci tente de connaître le véritable nom du Docteur afin d'ouvrir son tombeau sur Trenzalore.

I[modifier | modifier le code]

L'Impératrice des Racnoss[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Impératrice des Racnoss.

Dernière survivante des Racnoss, une race d'araignées géantes carnivores, qui fut détruite autrefois par les Seigneurs du Temps.

J[modifier | modifier le code]

Jagrafess[modifier | modifier le code]

Le Jagrafess est un monstre ressemblant à une grosse limace qui ne peut survivre que dans un environnement assez froid. Il fait son apparition dans l'épisode Un jeu interminable, (saison 1, deuxième série) alors que le neuvième Docteur et Rose sont à bord du satellite 5 et enquêtent sur des disparitions se produisant à l'étage 500. Ils découvriront que ces disparitions ont un lieu avec le Jagrafess collé au plafond de la salle de contrôle et qui est maintenu en vie grâce à l'évacuation de la chaleur de la salle de contrôle vers les étages inférieurs.

K[modifier | modifier le code]

L[modifier | modifier le code]

John Lumic[modifier | modifier le code]

John Lumic
Personnage de fiction apparaissant dans
Doctor Who.

Origine Univers parallèle
Espèce Humain, puis Cybermen
Affiliation Cybermen, Cybus Industries
Interprété par Roger Lloyd Pack
Première apparition Le Règne des Cybermen, première partie
Dernière apparition Le Règne des Cybermen, deuxième partie
Saison(s) 2

John Lumic est un industriel de génie, créateur de Cybus Industries. Souffrant d'une maladie mortelle, il est prêt à tout pour éviter sa fin, ce qui le conduit à inventer les Cybermen.

M[modifier | modifier le code]

Le Maître[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Maître (Doctor Who).

Le Maître est un Seigneur du Temps, comme le Docteur, né sur Gallifrey. On apprend son existence durant la première série, en 1970, dans un épisode du 3e Docteur, « Terror of the Autons. » Il tente plusieurs fois de s'emparer de la Terre ou de devenir Maître de l'Univers.

Il est ressuscité pendant la Guerre du Temps par les autres Seigneurs du Temps dans le but de mener la guerre, mais terrifié, il s'enfuit, se transforme en humain et se cache à la fin de l'univers. C'est par accident que Martha Jones le pousse à se re-transformer en Seigneur du Temps. Il revient alors sur Terre et prend le nom d'Harold Saxon, avant d'accéder au poste de Premier Ministre. Sa dernière apparition sous cette forme est dans le double épisode : La Prophétie de Noël.

Le Maître est de retour en 2014 sous les traits d'une femme nommée Missy, tout au long de la saison 8. Dans les épisodes La Nécrosphère et Mort au paradis (2014), elle tente de conquérir la Terre avec une armée de Cybermen mais son plan est déjoué par le Docteur et son sort demeure inconnu à la fin de l'épisode.

N[modifier | modifier le code]

R[modifier | modifier le code]

Rani[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rani (Doctor Who).

La Rani (The Rani) est une scientifique sans scrupules, originaire de Gallifrey et appartenant à la race des Seigneurs du Temps comme le Docteur et le Maître. Elle apparaît dans deux feuilletons de la première série, The Mark of the Rani (1985) et Time and the Rani (1987). Lors de ces deux apparitions, elle est interprété par l'actrice Kate O'Mara. C'est elle qui provoque la mort de la sixième incarnation du Docteur (interprété par Colin Baker) et sa régénération comme septième incarnation (Sylvester McCoy). Elle réapparaît dans l'épisode caritatif « Dimensions in Time. »

Rassilon[modifier | modifier le code]

Appelé aussi "Le Président", Rassilon est d’après la légende le fondateur et le créateur de la civilisation des Seigneurs du Temps. Rassilon était peut-être l'unique grande figure dans l'histoire des Seigneurs du Temps. Certainement le personnage le plus important dans l'histoirede Gallifrey, il a été généralement considéré comme le Premier Seigneurs du Temps, bien que certains pensent que cette distinction revient à Omega. La plupart du temps la société des Seigneurs du Temps le salue en héros. Cependant certains soutiennent que Rassilon était en fait un mégalomane corrompu qui a tenté d'assassiner son ami Omega et a volé son invention pour créer la civilisation des Seigneurs du Temps. Dans ses rares apparitions dans la série il est dépeint comme un être impitoyable et intimidant, mais dans sa 1ère apparition il était indigné par la corruption et s’efforçait de la détecter, alors que dans sa seconde apparition il est coupable de ce vice.

Dans la première série, il est le seigneur président des Seigneurs du Temps jusqu’à ce que Borusa le détrône. Il a alors un rôle très mineur dans la série mais reste une figure très importante de l'histoire gallifreyienne. La légende raconte qu'il est âgé de plusieurs milliards d'années et est le plus ancien Seigneur du Temp de l'univers, il aurait découvert le secret de l'immortalité tout en contournant le cycle de 12 régénérations possibles pour les individus de son espèce.

Lors de la Guerre du Temps, Rassilon était de nouveau le Lord Président, après avoir remplacé le président Romana. Désormais impitoyable et brutal, bien décidé à éviter la mort, le dernier jour de la Grande Guerre du Temps, lui et le Haut Conseil de Gallifrey ont l'intention d'épargner les Seigneurs du Temps de la destruction par la "Sanction Suprême", en provoquant la destruction du Temps et de l'univers lui même, anéantissant toute la création mais permettant aux Seigneurs du Temps de survivre sous formes d’êtres de conscience pures, épargné du Temps, des causes et des effets. Son plan a été rejeté par le 8e Docteur (Le War Doctor joué par John Hurt) qui a scellé dans une dimension de poche Gallifrey en utilisant "le Moment" dans l’épisode Le jour du Docteur (2013) afin d’empêcher Rassilon d’exécuter un plan aussi horrible et égoïste. Cependant Rassilon a tenté de briser ce scellé en se servant du Maitre mais il est repoussé par le 10e Docteur et affaibli par l'attaque vengeresse du Maître a la fin de l'épisode La prophétie de Noel 2éme partie (2009). Rassilon et les autres Seigneurs du Temps ont tous été renvoyé dans leur bulle d'où ils essayent toujours de s'échapper, on ignore cependant si Rassilon a survécu.

S[modifier | modifier le code]

Slitheen[modifier | modifier le code]

Les Slitheen sont une famille de Raxacoricofallapatoriens, qui peuvent prendre la forme d'un humain en le vidant et en ne laissant que la peau. Ils se présentent comme une entreprise familiale dont le seul but est le profit et ont été condamnés à mort dans leur monde natal. Apparaissant dans les épisodes L'Humanité en péril et Troisième Guerre mondiale, ils mesurent plus de deux mètres et ont une couleur de peau entre le jaune et le vert. Leur tête ressemble vaguement à la tête d'un bébé humain, bien que beaucoup plus grosse et leurs yeux clignent de façon latérale. Leurs mains sont en fait de longues griffes. Étant plus grands et plus gros que les humains, ils utilisent un réducteur de taille. Ce réducteur a des effets limités, ce qui les oblige à ne rentrer que dans les corps d'êtres bedonnant, et à faire des bruits ressemblant à des pets. Dans l'épisode The Lost Boy de The Sarah Jane Adventures ils utilisent un modèle amélioré qui leur permet de rentrer sans bruits dans des corps plus minces. Les Slitheen ont une part importante de calcium dans leur organisme et sont donc très sensibles aux acides, dont le vinaigre. Il suffit donc de les asperger de vinaigre pour les tuer ; ce genre de scène se produit plusieurs fois dans Doctor Who et dans The Sarah Jane Adventures.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jim Leach, Doctor Who, Wayne State University Press,‎ , 62–64 p. (lire en ligne)