Arc of Infinity

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ark of Infinity
Épisode de Doctor Who
Titre original Ark of Infinity
Numéro d'épisode Saison 20 (1re série)
Épisode 1 (ou 123)
Code de production 6E
Réalisation Ron Jones
Scénario Johnny Byrne
Production John Nathan-Turner
Durée 4 x 25 minutes
Diffusion au sur BBC One
Personnages Docteur :
5e
Compagnons :
Nyssa
Tegan
Chronologie
Liste des épisodes

Ark of Infinity (L'arche de l'infini) est le cent-vingt-troisième épisode de la première série de la série télévisée britannique de science-fiction Doctor Who. Cet épisode fut originellement diffusé sur la BBC en quatre parties du 3 au .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Après avoir subi une attaque par un être appelé le Renégat, le Docteur revient sur Gallifrey. Mais le Haut Conseil des Seigneurs du Temps, estime que son métabolisme est corrompu et que la créature qui l'a attaqué peut se servir de lui pour détruire l'univers. Ils décident donc de le condamner à mort.

Distribution[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

L'épisode s'ouvre sur Gallifrey où un seigneur du temps s'enfuit de la planète après avoir volé le code biologique d'un autre seigneur du temps avant de le revendre à une créature faite d'anti-matière et nommée le Renégat. Il s'avère qu'il s'agit du code biologique du Docteur et le Renégat s'en sert pour envahir le TARDIS puis le métabolisme du Docteur. Alors que Nyssa aide le Docteur à récupérer, le Renégat semble être bloqué par un bouclier empêchant l'anti-matière de pénétrer l'univers et nommé "L'arc de l'infini". Conscient que cette attaque risque de détruire l'univers, le Docteur décide de revenir sur Gallifrey afin de découvrir d'où vient la fuite. À son arrivée, il est assommé par le Commandant Maxil, envoyé par le Haut Conseil des seigneurs du temps pour ramener le Docteur.

Le nouveau président du conseil des seigneurs du temps, Borusa, et deux conseillers, semblent hostiles envers le Docteur. Seul le conseiller Hedin semble agir en sa faveur. Le Renégat est un danger et il est possible qu'il se serve du Docteur comme d'une porte permettant d'envahir l'univers. Pour plus de sûreté, ils décident de condamner le Docteur à mort, tandis que le Docteur tente de les prévenir que si ses données biologiques ont été volées, c'est qu'il est possible qu'un traître soit parmi eux. Malgré les tentatives de Nyssa et d'un vieil ami du Docteur, Damon, de le sauver, le Docteur est exécuté.

Pendant ce temps là, sur Terre, à Amsterdam, Tegan Jovanka apprend que son cousin, Colin, a disparu alors qu'il tentait de passer une nuit dans une crypte avec son ami, Robin. Tegan suit Robin jusqu'à la crypte où ils découvrent Colin, hypnotisé et travaillant pour une créature étrange en forme d'oiseau. Ils sont alors assommés par l'être, qui travaille en réalité pour le Renégat, dont le TARDIS se trouve dans la crypte. Il découvre que Tegan est lié au Docteur et décide de la prendre comme otage.

Entre-temps, on apprend que le corps du Docteur est téléporté ailleurs tandis que son esprit se retrouve dans la matrice, la bibliothèque des seigneurs du temps, où le Renégat peut le contacter. Celui-ci se sert de Tegan pour le forcer à coopérer et le ramène dans son corps d'origine. Alors que le Haut Conseil se met à soupçonner le président Borusa d'être le traître, le Docteur ne tarde pas à découvrir qu'il s'agit en réalité du Conseiller Hedin. Celui-ci tente de ramener le Renégat sur Gallifrey car il se révèle être Omega, figure héroïque de l'histoire des Seigneurs du Temps. Le Docteur tente de le prévenir qu'Omega est devenu fou, mais dans la confusion liée à l'arrivée des autres membres du Haut Conseil, Hedin se fait tuer par un tir perdu. Omega réussit au même moment à utiliser l'arc de l'infini pour prendre le contrôle de la matrice et, par conséquent, de l'ensemble de l'organisation des seigneurs du temps.

Avec l'aide du haut conseil, le Docteur et Nyssa parviennent à repartir dans le TARDIS et réussissent à contacter Tegan à travers la matrice afin qu'elle indique à quel endroit se trouve le TARDIS d'Omega. Il découvre son antre et neutralise la créature-oiseau, et récupère une arme anti-matière. Face à la destruction de son vaisseau, Omega se retrouve obligé de se transférer sur Terre sous une forme de clone du Docteur. Tentant de s'échapper à l'intérieur d'Amsterdam, Omega ne réussit pas à survivre longtemps, sa forme devenant de plus en plus instable. Le Docteur utilise l'arme anti-matière afin de renvoyer Oméga dans son univers. Après s'être informé de la bonne santé de son cousin, Tegan décide de rejoindre de nouveau le Docteur et Nyssa dans leurs voyages.

Continuité[modifier | modifier le code]

  • Nyssa fait la remarque que pour passer dans notre univers, Omega doit renverser la polarité, une phrase récurrente du 3e Docteur. Elle fait aussi mention de certaines parties du TARDIS qui auraient été endommagées par les Cybermen en référence à l'épisode « Earthshock. »
  • Le Docteur explique au Haut Conseil qu'il n'a pu réussir à ramener Romana, celle-ci étant bloquée dans la dimension de l'E-space depuis la fin de « Warriors' Gate ». On revoit le personnage de Borusa dans sa troisième régénération connue et devenu Lord Président ( « The Deadly Assassin » et « The Invasion of Time » ). On revoit aussi la matrice introduite dans « The Deadly Assassin. »
  • Le Docteur fait mention de Leela, son ancienne assistante, qui a épousé un natif de Gallifrey à la fin de « The Invasion of Time ». Il dit regretter de ne pas être allé à son mariage.
  • On peut entendre un son proche de la "cloche du cloître" du TARDIS (« Logopolis ») au moment de la tentative d'exécution du Docteur.
  • Cet épisode marque le retour d'Omega, l'ennemi qu'affrontaient les Docteurs dans « The Three Doctors » en 1973.
  • On apprend que Tegan a perdu son travail d'hôtesse de l'air.
  • On peut voir la robe portée par Nyssa dans « Black Orchid » en arrière-plan.
  • Le Docteur est le deuxième seigneur du temps à avoir été condamné à mort depuis Morbius (« The Brain of Morbius », 1976)
  • Un plan de cet épisode fut réutilisé pour l'épisode de 2013 « Le Nom du Docteur » lorsque l'une des Clara Oswald part à la recherche du Docteur.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

Vers la fin du mois de , il fut proposé à Johnny Byrne d'écrire le premier épisode de la saison car son précédent, « The Keeper of Traken » avait été grandement apprécié par le script-editor (responsable des scénarios) Eric Saward. Après le succès de l'utilisation de Paris dans « City of Death » en 1979, Saward proposa que le premier épisode de la nouvelle saison se situe à Amsterdam, ville déjà utilisée par le soap de la BBC "Triangle", ce qui permettait à la BBC d'utiliser les contacts noués sur place. De plus, l'épisode devait ramener Tegan dans l'équipe après son abandon sur Terre à la fin de l'épisode précédent. Afin de garder un peu de suspense, il fut décidé de ne la faire apparaître qu'au cours de la seconde partie.

Le , Byrne propose une histoire intitulée « The Time of Neman » et dans laquelle on retrouve une entité alien, nommée l'Avatar, tentant de créer un pont entre les dimensions. Le Docteur devait souffrir de cauchemars liés à sa régénération annonçant l'arrivée de l'Avatar, une entité ayant pris la forme du Docteur. Atterrissant avec Nyssa dans un Amsterdam du futur gouverné par l'Avatar et rempli de gardes robots nommés les Sweepers. Afin de prévenir ce futur, le Docteur décide de revenir à Amsterdam et réussit à détruire l'Avatar en utilisant le pouvoir de sa régénération.

Toutefois, Eric Saward et le producteur John Nathan-Turner estiment que l'utilisation d'Amsterdam est trop peu justifiée et que l'idée des rêves est trop proche du scénario de l'épisode suivant. De plus, Nathan-Turner souhaitait qu'un ancien ennemi du Docteur revienne pour le début de saison et remplace l'Avatar. C'est Ian Levine, qui occupait une place de conseiller non officiel sur la série qui proposa le personnage d'Omega, apparu uniquement dans « The Three Doctors. » Bien que Byrne ne soit pas à l'aise avec cette décision, il fut poussé par Saward qui souhaitait une histoire impliquant Gallifrey.

L'épisode fut commissionné le sous le titre de “The Time Of Omega” ("L'Heure d'Omega"). Lors de l'écriture, il fut décidé que Sarah Sutton quitterait la série au cours de cette saison et il fut demandé d'écrire le personnage de Nyssa de façon un peu plus mature. Le scénario devait aussi faire réapparaître Borusa, devenu dorénavant Président. Afin de garder le retour d'Omega, une surprise pour les fans, le titre de l'épisode devint "Arc of Infinity." Quelques changements furent effectués afin que la ville d'Amsterdam s'intègre un peu plus dans l'histoire.

Pré-production[modifier | modifier le code]

Nathan-Turner demandera au créateur des costumes, Dee Robson, de faire un costume pour Omega qui soit différent de celui porté dans "The Three Doctors" afin de garder la surprise auprès des fans. Le costume d'Ergon avait quant à lui été prévu pour ressembler à la créature du film Alien, mais le résultat fut en dessous de toutes les espérances.

Casting[modifier | modifier le code]

  • Le nom de Colin Baker fut suggéré pour le Commandant Maxil par Lynn Richards, un assistant de plateau qui l'avait vu jouer un rôle similaire dans un épisode de Blake's 7.Celui-ci sera amené à remplacer Peter Davison et à devenir le 6e Docteur. À noter qu'à l'époque du tournage, John Nathan-Turner lui demanda de jouer les offensés ou de regarder ses ongles lorsque le Docteur joue, arguant que la série s'intitule "Doctor Who" et non "Commander Maxil." Baker lui répondra que, dans la vraie vie, personne ne pense être un personnage secondaire et qu'il joue Maxil comme s'il se pensait être le héros de l'épisode[1]. C'est la première fois qu'une personne ayant joué un rôle secondaire dans la série sera amené à jouer le rôle du Docteur, avant Peter Capaldi en 2014.
  • Afin de préserver le secret de son identité, l'acteur Ian Collier fut crédité sous le nom du Renégat lors de la diffusion des deux premières partie et celui d'Omega à partir de la troisième. Celui-ci avait déjà joué le rôle de Stuart Hyde dans l'épisode de 1972 « The Time Monster ».
  • Michael Gough, qui joue le rôle du conseiller Hedin avait joué le rôle du créateur de jouet dans l'épisode de 1966 « The Celestial Toymaker ».
  • Leonard Sachs avait joué le rôle de l'Amiral de Coligny dans l'épisode de 1966 « The Massacre of St Bartholomew's Eve ».

Tournage[modifier | modifier le code]

Le réalisateur engagé pour cet épisode fut Ron Jones, qui avait tourné l'épisode « Time-Flight » à la fin de la saison précédente. Afin de profiter du temps du mois de mai, le tournage de cet épisode fut repoussé après celui de « Snakedance ».

Le tournage dans les rues d'Amsterdam se déroula entre le 3 et le . De nombreuses scènes de courses poursuites furent tournées afin d'utiliser au mieux les différentes rues. Gérer les passants ne fut pas facile et les Hollandais reconnaissaient Peter Davison dans la rue pour son rôle de Tristan Farnon dans la série "All Creatures Great and Small". On peut voir des passants s'arrêtant en arrière plan pour regarder le tournage dans la scène où le Docteur et Nyssa utilisent une cabine téléphonique. En tentant d'arrêter les passants pour qu'ils ne passent pas dans le champ, Nathan-Turner fut même attaqué par une vieille dame qui pensait qu'il était un voleur. Celui-ci apparaît aussi dans un plan. La nuit du 6, l'équipe de tournage se perdit dans les rues d'Amsterdam et s'étant retrouvée dans le quartier rouge, Janet Fielding fut prise pour une prostituée[2].

La première session de tournage en studio se déroula les 17 et au studio 1 du centre télévisuel de la BBC et concernait les scènes dans l'auberge de jeunesse, le café, les scènes dans le TARDIS, dans la crypte d'Amsterdam et ses à côtés. Colin Baker découvrit que son casque (qu'il surnomma "Esmeralda") était trop grand pour passer les portes, ce qui l'obligea à jouer la plupart des scènes nu-tête. La seconde session de tournage eut lieu du au et se situait principalement sur Gallifrey, ainsi que dans la Matrice, dans le TARDIS d'Omega et le TARDIS du Docteur.

Diffusion et Réception[modifier | modifier le code]

Épisode Date de diffusion Durée Téléspectateurs
en millions
Archives
Épisode 1 24:37 7,2 Bandes couleurs PAL
Épisode 2 24:42 7,3 Bandes couleurs PAL
Épisode 3 24:37 6,9 Bandes couleurs PAL
Épisode 4 24:28 7,2 Bandes couleurs PAL
Diffusé en quatre parties du 3 au , l'épisode fit un score d'audience moyen[3].

Si lors de cette saison la série changea de case et fut diffusée les mardi et mercredi soirs, le premier épisode fut toutefois diffusé un lundi.

En , dans le Doctor Who Magazine, Peter Davison dira avoir trouvé l'épisode un peu ennuyeux et bien trop complexe[4]. En 2011, dans le même magazine, le scénariste Gareth Roberts présentera cet épisode comme celui qu'il aime le moins et le plus symptomatique des erreurs de l'ère "Nathan-Turner" de la série. Il estime toutefois qu'avec une bonne réécriture, l'épisode aurait pu être correct[1].

Critiques[modifier | modifier le code]

En 1995 dans le livre « Doctor Who : The Discontinuity Guide », Paul Cornell, Martin Day, et Keith Topping trouvent l'épisode long à finir, même s'ils aiment l'ambiance d'Amsterdam, le jeu de Peter Davison en Omega et le fait que Nyssa tire sur pas mal de monde. Ils reprochent à Gallifrey d'être devenu un lieu terne, spartiate et entièrement dédié aux seigneurs du temps"[5]. Les auteurs de « Doctor Who : The Television Companion » (1998) estiment que la richesse de la production masque mal le manque d'intérêt de l'épisode. Ils trouvent que l'utilisation d'Amsterdam est injustifiée, le retour de Tegan digne d'une coïncidence de soap opera, l'inintérêt du retour d'Omega pour les spectateurs occasionnels, le costume de l'Ergon. Néanmoins ils aiment le traitement plus adulte de Nyssa, le jeu de Peter Davison en Omega et le jeu des acteurs secondaires dont Michael Gough[6].

En 2012, Patrick Mulkern de Radio Times estime que cet épisode est mauvais. Il critique les erreurs du scénario, la mauvaise réalisation de Ron Jones (dont il estime honteux qu'il puisse avoir été réembauché après « Time-Flight »), le manque de tension, le costume de l'Ergon (selon lui, un des monstres les plus absurdes que la série ait connus) et auquel seuls certains acteurs secondaires réussissent à insuffler un peu de vie. Il critique aussi la façon dont des personnages secondaires très présents, comme le commandant Maxil ou les deux adolescents, disparaissent à la fin du scénario[4].

Novélisation[modifier | modifier le code]

L'épisode fut romancé par Terrance Dicks et publié en [7]. Le roman porte le numéro 80 de la collection Doctor Who des éditions Target Books. Ce roman n'a jamais connu de traduction à ce jour.

Éditions commerciales[modifier | modifier le code]

L'épisode n'a jamais été édité en français, mais a connu plusieurs éditions au Royaume-Uni et dans les pays anglophones.

  • L'épisode est sorti en VHS en .
  • L'épisode fut édité en DVD dans un coffret avec « Time-Flight » le . L'édition contient les commentaires audios de Peter Davison, Sarah Sutton, Janet Fielding et du script-éditor Eric Saward, un documentaire sur la création de l'épisode, un sur l'évolution d'Omega, des scènes coupées et d'autres bonus. L'épisode fut réédité de façon solitaire dans le cadre des Doctor Who DVD Files, le .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Arc of Infinity » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b (en) « Recap Doctor Who S20 E1 Arc Of Infinity », TV Tropes (consulté le 8 décembre 2014)
  2. (en) « Arc of Infinity - Story Locations », Doctor Who The Location Guide (consulté le 8 décembre 2014)
  3. « Arc of Infinity »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Doctor Who Reference Guide (consulté le 30 août 2008)
  4. a et b (en) Patrick Mulkern, « Doctor Who: Arc of Infinity », Radio Times, (consulté le 8 décembre 2014)
  5. (en) Paul Cornell, Martin Day et Keith Topping, The Discontinuity Guide, Londres, Virgin Books, , 357 p. (ISBN 978-0-426-20442-8), « Arc of Infinity »
  6. (en) Howe, David J & Walker, Stephen James, Doctor Who: The Television Companion, London, BBC Books, (ISBN 978-0-563-40588-7, lire en ligne)
  7. (en) « Arc Of Infinity », On Target (consulté le 15 janvier 2015)