Philippe de Chérisey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Chérisey.

Philippe de Cherisey (13 février 192317 juillet 1985) est un écrivain français et humoriste à la radio[1]. Il fut aussi acteur sous le nom de scène d'Amédée. Jeux interdits, en 1952, a été le film le plus notable dans lequel il a joué. Il s'est également illustré dans la création de faux documents, dans l'élaboration d'un canular concernant l'histoire des Templiers.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire d'une illustre et vieille famille de Lorraine, né à Paris le 13 février 1923, le marquis de Cherisey décida de devenir un comédien et contre la volonté de sa famille. Il intégra le cours Simon en 1946 où il débuta son métier d'acteur.

Il créa un faux parchemin pour son ami Pierre Plantard, le présentant comme descendant du roi Dagobert II. Philippe de Chérisey a aussi élaboré plusieurs « documents sur le Prieuré » qui ont été déposés à la Bibliothèque nationale à Paris durant les années 1960. Ces documents ont été utilisés comme principales sources par le Da Vinci Code. Il a été découvert récemment que le texte d'un des « parchemins » avait été copié du Codex Bezae, un texte en latin ancien et grec du Ve siècle contenu dans le livre de Fulcran Vigouroux, Dictionnaire de la Bible (Letouzey et Ané, Éditeurs, tome premier; 1895). P. de Chérisey décida de copier ce texte, car Vigouroux était un prêtre en rapport avec l'église Saint-Sulpice, un des endroits qui avait été définis comme faisant partie du mythe du Prieuré de Sion créé par Plantard et Cherisey.

Bien que polyglotte — parlant anglais, espagnol, latin et chinois —, il fit quelques erreurs dans la reprise du texte Codex Bezae pour ses parchemins.

Mais cette version est incompatible avec ses déclarations de 1979. À cette époque, P. de Cherisey affirmait : « Les parchemins ont été fabriqués par moi, dont j’ai pris le texte en onciale à la Bibliothèque nationale sur l’œuvre de dom Cabrol, L’Archéologie chrétienne[2] ». Or il n'y a aucun extrait du Codex Bezae dans le dictionnaire de dom Cabrol. Cela signifie que le farceur avait menti en divulguant sa source ou qu'il n'était pas l'auteur du parchemin car il en ignorait la source.

Au-delà de ça, Philippe de Cherisey était un blagueur. Le meilleur exemple se trouve dans une de ses nouvelles ésotériques, Circuit (1968), qui contient de nombreux sous-entendus et passages satiriques. Plantard prit tout cela très au sérieux ; mais un schisme se développa entre les deux hommes dans le milieu des années 1980.

Philippe de Cherisey était sur le point de terminer plusieurs travaux - L'Encyclopédie du tréma et une biographie de Balzac, ouvrages à ce jour non publiés - quand il décéda à Paris (20e), le 17 juillet 1985.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lire avec les oreilles - La Médiathèque
  2. Histoire du trésor de RLC, P. Jarnac, éd. Belisane, 1998, p. 268.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]