François Benoist

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Benoist.

François Benoist, né à Nantes le et mort à Paris le [1], est un organiste et compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Benoist naquit au sein d'une vieille famille de notables nantais établie depuis fort longtemps dans la cité ducale. Son père, François-René Benoist, ancien négociant ruiné avant la Révolution, était un représentant typique de cette bourgeoisie éclairée favorable aux idées révolutionnaires[réf. souhaitée]. Sa mère , Marie-Pélagie-Victoire Finetty, appartenait, elle, à une famille de musiciens et enseignait le piano à son domicile.

Dans sa jeunesse, à Nantes, il étudie avec Georges Scheyermann[2]. Il est considéré comme un enfant prodige. Alors qu'il n'a pas encore 12 ans, il joue lors d'un concert en 1806, une sonate composé par son maître.

Il étudie au Conservatoire de Paris avec Adolphe Adam et Charles-Simon Catel et est le lauréat de nombreux prix. Dès 1811, il remporte le premier prix d'harmonie; en 1813, le second prix de piano; en 1814, le premier prix de piano et enfin en 1815 le Prix de Rome pour sa cantate Œnone.

En 1819, Il remporte à vingt-cinq ans le concours pour les orgues de la Chapelle royale et devient organiste du roi à la Chapelle des Tuileries, successivement sous Louis XVIII, Charles X puis Napoléon III.

A partir de cette même année 1819, il fut le premier grand professeur d’orgue au Conservatoire de Paris. Il compta parmi ses élèves César Franck qui lui succédera en 1871, Charles-Alexis Chauvet, Théodore Salomé, Camille Saint-Saëns, Charles Lecocq, Louis James Alfred Lefébure-Wély, Paul Wachs, Émile Paladilhe, Renaud de Vilbac et Adolphe Adam entre autres. Henri Maréchal souligne que le maître nantais jouissait dans l'établissement, après quarante-sept ans de bons et loyaux services, d'une "sorte de vénération que lui méritaient son talent comme aussi la pléiade de brillants élèves qu'il avait formés".

En 1860, lors du Congrès pour la restauration du plain-chant et de la musique de l'Église, celui-ci fut l'un des trois vice-présidents du congrès, en qualité de professeur du Conservatoire de Paris ainsi qu'organiste de la chapelle impériale[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il a écrit deux opéras, quatre ballets, une messe de requiem, et de nombreuses pièces pour orgue.

  • Léonore et Félix, opéra-comique, 1821
  • Chœur d'adieu, 1836
  • La Gipsy, ballet, 1839
  • Le Diable amoureux, ballet, 1840
  • Messe de Requiem pour trois voix d'homme et une d'enfant, avec accompagnement d'orgue ad libitum, 1842.
  • Othello, opéra, 1844
  • L'Apparition, opéra, 1848
  • Nisida ou les Amazones des Açores, ballet (livret d'Eugène Deligny), 1848
  • Pâquerette, ballet (avec Arthur Saint-Léon), 1851
  • Messe à 4 voix, orgue et orchestre, 1861
  • Ave Maria pour mezzo-soprano
  • Kyrie à 4 voix
  • O Salutaris à une voix,
  • Cantique à la Sainte Vierge

Pièces pour orgue[modifier | modifier le code]

  • Bibliothèque de l’organiste, série de Suites en 12 cahiers, publiés entre 1841 et 1861 à Paris, Veuve Canaux.
  • Recueil de quatre morceaux pour orgue : Andante, Fugue sur le Pange lingua, Marche religieuse, Communion, Paris, Graff, 1861.
  • Deux Préludes, Paris, Au Ménestrel, Heugel et Cie, collections de La Maîtrise, publiées sous la direction et avec notes de L. Niedermeyer et J. D’Ortigue (La Grande Maîtrise), vers 1860.

Rééditions[modifier | modifier le code]

Une partie de l’œuvre pour orgue de François Benoist a été rééditée par les Éditions Musicales Chanvrelin, Paris, 1997 : Offertoire n° 5 (mi b), Élévation n° 1, Offertoire n° 6 (fa), Élévation n° 3 (si b), Pièce n° 3 (sol), Pièce n° 12 (Flûtes), Offertoire n° 4 (ut), Pièce n° 4 (sol), Grand Chœur n° 1 (mi mineur), Élévation n° 4 (sol), Pièce n° 1 (ut), Offertoire n° 7 (ut), Ave Maris Stella, Kyrie des semi-doubles.

Les Éditions Publimuses (Boulogne-Billancourt) ont publié une intégrale des pièces d’orgue, éditée par François Sabatier et Nanon Bertrand (épuisée) : vol. I, 1996, 230 p., vol. II, 1999, 220 p. Une nouvelle intégrale en 4 vol. est désormais disponible. Vol. I (2009) : Bibliothèque de l'Organiste (Suites no 1 à 4) : Offertoires 1-7, Grands Chœurs 1-2, Élévations 1-4. Vol. II (2010) : Bibliothèque de L'Organiste (Suites n° 5 à 8) : Pièces 1 à 12, 4 Elévations, Introduction n° 11, Grand Choeur, Rentrée de procession, Sortie. Vol. III (2013) : Bibliothèque de l'Organiste (Suites 9 à 12, 41 pièces) : Rentrées de procession, Solo de hautbois, Communions, Versets, Préludes, Communions, Prières, etc. Vol. IV (2015) : Pièces diverses issues de La Maîtrise, L'Athénée musical, Répertoire de musique religieuse (Marches religieuses, Prière, Préludes, Offertoire), Recueil de 4 Morceaux pour orgue (Andante, Fugue sur le Pange lingua, Marche religieuse, Communion), Antiennes sur le Kyrie Orbis factor et Ave maris stella.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hugh Macdonald, « Benoist, François (1794 - 1878), organist, teacher, composer », sur oxfordindex.oup.com (consulté le 23 juillet 2015).
  2. Guy Bourligueux, François Benoist : un maître nantais oublié (version, abrégée, revue et corrigée, de l'étude Autour de Franck, Benoist et Scheyermann (notes historiques), parue dans la Revue Belge de Musicologie, vol. XLVII, 1993, pp. 213-228) [1]
  3. http://books.google.fr/books?id=j6ZBAAAAcAAJ&pg=PA150 p. 150 et 155

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]