Henri Maréchal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henri Maréchal
Description de cette image, également commentée ci-après
Henri Maréchal vers 1890
Nom de naissance Charles-Henri Maréchal
Naissance
Paris, Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès (à 82 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur
Activités annexes Inspecteur de l'enseignement musical
Maîtres Victor Massé, François Benoist
Distinctions honorifiques Chevalier de la Légion d'honneur
Prix Sobrier-Arnould (1905)

Charles-Henri Maréchal est un compositeur français, né le [1] à Paris et mort dans cette même ville le [2].

Biographie[modifier | modifier le code]

D'abord attiré par la poésie[3], Henri Maréchal s'oriente finalement vers la musique, qu'il étudie en suivant à Paris les cours de solfège d'Émile Chevé et d'orgue d'Édouard Batiste[4]. À partir de 1866, il poursuit ses classes au Conservatoire, où il est l'élève de François Benoist pour l'orgue et Victor Massé pour la composition[5].

En 1870, il remporte le Grand prix de Rome avec sa cantate Le Jugement de Dieu[6]. À son retour de la villa Médicis il fait représenter en 1875[7] et 1876[8] un poème sacré, La Nativité, sur des paroles d'Émile Cicile, et se consacre dès lors à la scène, écrivant plusieurs opéras-comiques, dont Les Amoureux de Catherine, son premier succès[9], donné plus de cent cinquante fois à la salle Favart[10].

Outre ses ouvrages pour le théâtre, on lui doit des pièces chorales, symphoniques, quelques mélodies et pièces pour piano, 2 morceaux de concours pour le Conservatoire, ainsi que 3 livres de souvenirs : Rome (publié en 1904), Paris (en 1907), et Lettres et souvenirs, 1870‑1874 (en 1920).

Officier d'académie dans l'ordre des Palmes académiques depuis 1886[11], il est nommé en 1898 chevalier de la Légion d'honneur[12]. Il est inspecteur de l'enseignement musical pour le ministère des Beaux-Arts et collabore au journal musical Le Ménestrel. A la fondation du Salon des musiciens français en 1911 (pour une première audition publique en 1912[13]), il en est le président[14].

Il est inhumé au Cimetière du Père-Lachaise, (1ère division, 1ère ligne).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Musique vocale[modifier | modifier le code]

  • Les Amoureux de Catherine, opéra-comique en 1 acte de Jules Barbier, d'après Émile Erckmann et Alexandre Chatrian, créé à l'Opéra-Comique le 08 mai 1876[15]
  • La Taverne des Trabans, opéra-comique en 3 actes, livret de J. Barbier, créé à l'Opéra-Comique le 31 décembre 1881[16]
  • L'Étoile, idylle antique avec choeurs, paroles de Paul Collin (1881)
  • Les Vivants et les Morts, strophes de Philipe Gille, pour quatre voix et orchestre (1886)[17]
  • Le Miracle de Naïm, drame sacré de Paul Collin (1887)
  • Deïdamie, opéra en 2 actes, livret d'Édouard Noël, créé à l'Opéra le 15 septembre 1893[18]
  • Calendal, opéra en 4 actes, livret de Paul Ferrier d'après Mistral, créé à Rouen au théâtre des Arts le 21 décembre 1894[19]
  • La Légende de Jumièges, poème de Noël, pour le concours musical de Rouen (26 juillet 1896)
  • Daphnis et Chloé, comédie lyrique en 3 actes (seconde version à 2 actes), livret de Jules et Pierre Barbier, créé au Théâtre lyrique de la Renaissance le 8 novembre 1899[20]
  • Ping-Sîn, poème lyrique en deux actes, livret de Louis Gallet, créé à l'Opéra Comique le 25 janvier 1918[21]
  • plusieurs motets parmi lesquels un Agnus Dei à 3 voix, un Kyrie à 3 voix, un Ave verum avec solo de baryton, un O Salutaris, un Ave Maria
  • nombreux chœurs pour voix d’homme
  • mélodies pour voix et piano

Musique de scène[modifier | modifier le code]

Musique instrumentale[modifier | modifier le code]

  • Esquisses vénitiennes, pour orchestre (1894)
  • Antar, poème symphonique en 5 parties (1897)
  • le Lac des aulnes, ballet (1907)[22]
  • des pièces pour piano
  • un recueil de pièces pour orgue (1912)[23]
  • Fantaisie pour cor avec accompagnement de piano (morceau de concours du Conservatoire de Paris en 1899)[24]
  • Rapsodie pour violon et piano
  • Elégie pour alto et piano
  • L'Orateur, fantaisie étude pour contrebasse et piano (morceau de concours du Conservatoire de Paris en 1917)[25]
  • Air du Guet, pour quintette à vent (1920)[26]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Rome, souvenirs d’un musicien, Paris, Librairie Hachette, 1904[27]
Prix Sobrier-Arnould de l’Académie française 1905
  • Paris, souvenirs d’un musicien, Paris, Librairie Hachette, 1907[28]
  • Monographie universelle de l'orphéon (avec Gabriel Parès), Paris, Librairie Delagrave, 1910[29]
  • Lettres et Souvenirs, 1871-1874, Paris, Librairie Hachette, 1920[30]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Archives reconstituées d'état civil numérisé de Paris, acte de naissance, vue 15/51 » (consulté le 10 avril 2020)
  2. « Archives numérisées d'état civil de Paris, 1924, 17e arr., acte de décès n° 1332, vue 12/21 » (consulté le 10 avril 2020)
  3. « Prix de Rome 1870-1879 », sur www.musimem.com (consulté le 10 avril 2020)
  4. « MARÉCHAL Henri / Personnes / Accueil - Bru Zane Media Base », sur www.bruzanemediabase.com (consulté le 10 avril 2020)
  5. François-Joseph Fétis, Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique. Supplément et complément. Sup. 2 publ. sous la dir. de M. Arthur Pougin, Paris, Firmin-Didot, 1878-1880 (lire en ligne), p. 166
  6. Revue et gazette musicale de Paris, Paris : Gazette musicale de Paris, (lire en ligne), p. 222
  7. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le 10 avril 2020)
  8. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le 10 avril 2020)
  9. Félix Clément et Pierre Larousse, Dictionnaire des opéras (dictionnaire lyrique) : contenant l'analyse et la nomenclature de tous les opéras et opéras-comiques représentés en France et à l'étranger, depuis l'origine de ce genre d'ouvrages jusqu'à nos jours, (lire en ligne)
  10. « Figaro : journal non politique », sur Gallica, (consulté le 10 avril 2020)
  11. Constant Pierre, Le Conservatoire national de musique et de déclamation : documents historiques et administratifs / recueillis ou reconstitués, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), p. 805
  12. « Cote LH/1734/47 », base Léonore, ministère français de la Culture
  13. « Figaro : journal non politique », sur Gallica, (consulté le 10 avril 2020)
  14. « Le Monde artiste : théâtre, musique, beaux-arts, littérature », sur Gallica, (consulté le 10 avril 2020)
  15. « Le Monde artiste : théâtre, musique, beaux-arts, littérature », sur Gallica, (consulté le 10 avril 2020)
  16. « La Nouvelle revue », sur Gallica, (consulté le 10 avril 2020)
  17. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le 10 avril 2020)
  18. « La Nouvelle revue », sur Gallica, (consulté le 10 avril 2020)
  19. « La Nouvelle revue », sur Gallica, (consulté le 10 avril 2020)
  20. « Le Monde artiste : théâtre, musique, beaux-arts, littérature », sur Gallica, (consulté le 10 avril 2020)
  21. « La Nouvelle revue », sur Gallica, (consulté le 10 avril 2020)
  22. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le 10 avril 2020)
  23. « 124 Pièces d’orgue (Maréchal, Henri) - IMSLP », sur imslp.org (consulté le 10 avril 2020)
  24. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le 10 avril 2020)
  25. « Figaro : journal non politique », sur Gallica, (consulté le 10 avril 2020)
  26. « Air du guet (Maréchal, Henri) - IMSLP », sur imslp.org (consulté le 10 avril 2020)
  27. Henri Maréchal, Rome, souvenirs d'un musicien / avec une préf. de Jules Claretie, Paris, Librairie Hachette, (lire en ligne)
  28. Henri Maréchal, Paris : souvenirs d'un musicien, 185. -1870, Hachette (Paris), (lire en ligne)
  29. Henri Maréchal et G. (Gabriel) Parès, Monographie universelle de l'Orphéon, sociétés chorales, harmonies, fanfares, avec documents inédits, recueillis par les représentants de la France a l'étranger [par] Henri Maréchal [et al.], Paris C. Delagrave, (lire en ligne)
  30. Henri Maréchal, Lettres et souvenirs (1871-1874), Paris, Librairie Hachette, (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]