François Bazin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
François Bazin
Description de l'image François Bazin par Carjat BNF Gallica.png.
Nom de naissance François Emmanuel Joseph Bazin
Naissance
Marseille, Drapeau de la France France
Décès (à 61 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur, pédagogue
Récompenses Prix de Rome (1840)
Distinctions honorifiques Chevalier de la Légion d'honneur

François Emmanuel Joseph Bazin, né le à Marseille et mort le à Paris, est un compositeur et pédagogue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tombe ornée d'un buste en marbre signé en 1879 du sculpteur Amédée Doublemard.

Fils d'un fonctionnaire marseillais, il entre en 1836 au Conservatoire de Paris où il a comme professeurs Dourlen, Berton et Halévy. Il obtient le premier prix d'harmonie et accompagnement pratique cette même année dans la classe de Dourlen, un premier prix de contrepoint et fugue en 1837 et un premier prix d'orgue en 1839[1]. En 1840, il remporte le premier Grand Prix de Rome. De retour de son séjour d'Italie pendant lequel il s'est surtout intéressé à la musique religieuse, il entreprend d'écrire pour le théâtre lyrique, tout en remplissant la fonction de professeur adjoint de la classe d'harmonie et accompagnement pratique, ancêtre de la classe d'accompagnement au piano. En 1849, il est nommé professeur titulaire de la classe d'harmonie et accompagnement pratique au Conservatoire puis, en 1871, il est nommé professeur titulaire d'une classe de composition qu'il tiendra jusqu'à sa mort en 1878[2]. Son traité d'harmonie qu'il nous a laissé est un modèle de pédagogie.

Il a donné plusieurs opéras-comiques qui ont eu du succès dont ses deux chefs-d'œuvre : Maître Pathelin représenté le 12 décembre 1856 (avec la célèbre romance de Charlot à Angélique : Je pense à vous quand je m'éveille) et Le Voyage en Chine, représenté le 9 décembre 1865. On lui doit aussi divers morceaux de musique sacrée et profane.

Après 1860, il remplace Charles Gounod, démissionnaire, à la tête de l'Orphéon municipal de Paris.

En 1873, il devient membre de l'Institut de France et reçoit la distinction de chevalier de la Légion d'honneur.

À sa mort en 1878, Adolphe Danhauser lui succède à la tête de l'Orphéon municipal de Paris.

Il repose au cimetière du Père-Lachaise.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Parmi ses œuvres, on peut citer :

Opéra-comique[modifier | modifier le code]

  • Le Trompette de M. le Prince (Joubert et Melesville), 1846
  • Le Malheur d'être jolie (Desnoyers), 1847
  • La Nuit de la Saint-Sylvestre (Mélesville et M. Masson), 1849
  • Madelon (Sauvage), 1852
  • Maître Pathelin (de Leuven et Langlé), 1856
  • Les Désespérés (de Leuven et Langlé), 1858
  • Marianne (Challamel) (n.p. 1861-2)
  • Le Voyage en Chine (Labiche et Delacour), 1865
  • L'Ours et le Pacha (Scribe et Saintine, avec J.X. Boniface), 1871

Comédie musicale[modifier | modifier le code]

  • Maître Pathelin (Lemoine)
  • Le Voyage en Chine (Lemoine, Joubert)
  • Airs extraits (Lemoine, Joubert)

Ouverture[modifier | modifier le code]

  • L'Ours et le Pacha (Hamelle)
  • La Madelon (Hamelle)

Chœur[modifier | modifier le code]

  • Chant seul ou a cappella :
    • 3 voix : O douce paix (Joubert, Lemoine)
    • 4 voix : Symphonie vocale n° 2 (Joubert, Lemoine)
    • Chants pour les orphéons (12 des 25 œuvres des Soirées orphéoniques. Collections de chœurs approuvés par la Commission du chant de la ville de Paris pour les orphéons de France. Première collection. 1860, Lescudier, Paris)
  • Chant avec ou sans accompagnement d'orgue ou d'harmonium (piano) :
    • Divers chœurs (Joubert, Lemoine)

Sources partielles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre, Constant, 1855-1918., Le Conservatoire national de musique et de déclamation : documents historiques et administratifs recueillis ou rencontrés par l'auteur, Claude Tchou pour la Bibliothèque des introuvables, (ISBN 2-84575-098-6 et 978-2-84575-098-2, OCLC 70811455, lire en ligne), p. 694
  2. Pierre, Constant, 1855-1918., Le Conservatoire national de musique et de déclamation : documents historiques et administratifs recueillis ou rencontrés par l'auteur, Claude Tchou pour la Bibliothèque des introuvables, (ISBN 2-84575-098-6 et 978-2-84575-098-2, OCLC 70811455, lire en ligne), p. 438

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]