Frères Muller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Frères Muller
Image dans Infobox.
Lustres gravés. Catalogue de la verrerie d'Art Muller Frères de Lunéville de l'année 1927.


Les frères Muller, fondateurs de la verrerie Muller Frères à Lunéville, sont des verriers d'art français de l'époque Art nouveau et de l'époque Art Déco. La famille comprend neuf frères et une sœur. Ils seront tous formés aux métiers du travail du verre. Les plus connus sont Eugène Muller (1883-1914), Désiré Muller (1877-1952) et Henri Muller (1868- ).

Biographie[modifier | modifier le code]

Vase Les Baies, Paris, Petit Palais.

Si plusieurs ouvrages avancent que les frères Muller, originaires de Kalhausen (Moselle), s'installent à Lunéville en 1870[1], les recherches récentes ont permis d'établir que les frères ainés de cette famille quittent la Moselle pour Nancy dans un but bien précis : ils sont recrutés en 1894 par Emile Gallé[2]. En effet, le maître verrier nancéien modifie sa stratégie de fabrication et rompt ses liens commerciaux avec la verrerie de Meisenthal en 1894. Cette même année, Emile Gallé fait construire ses propres fours verriers à Nancy et recrute des ouvriers : les frères ainés de la famille Muller, Emile, Henri et Désiré sont alors embauchés par Émile Gallé en tant que commis ou graveurs-décorateurs sur verre [3].

Les frères ainés de la famille Muller ont été formés au travail du verre à la cristallerie de Saint Louis et à la verrerie de Meisenthal au côté de Désiré Christian[2].

Mais, en 1897, Henri Muller quitte Émile Gallé, emportant peut-être avec lui des secrets de fabrication[3]. Il entreprend une association avec la verrerie de Croismare. Sa production est en concurrence directe avec celles d'Emile Gallé et de la manufacture Daum. Henri Hirsch, collectionneur et ami d'Émile Gallé, adresse en 1899 un courrier au maître verrier dans lequel il relate avoir confondu des verreries signés "Muller à Croismare" avec les siennes. Emile Gallé, qui garde vraisemblablement contre les Muller une rancune tenace, répond à Henri Hirsch que « Le misérable qui mène la bande a dû prendre dans mes livres une masse de notes et de même mes recettes, pourtant sous clef »[4].


Vase à décor de fuchsias, en verre multicouche gravé à l'acide. Vers 1900. Chrysler Museum de Norfolk, USA.

Mouvement Art Nouveau[modifier | modifier le code]

À l'époque, les verres sont soufflés à Croismare, dans la verrerie dite gobeleterie Hinzelin. Une deuxième verrerie est établie à Lunéville même en 1910. Les deux manufactures se spécialisent dans la verrerie d'art. De nombreuses pièces en sortent, de belle qualité technique et très proches de celles produites dans l'usine de Gallé à Nancy : vases, lampes et bibelots typiquement Art nouveau.

La production est le plus souvent en verre multicouche, taillée à la roue ou gravée à l'acide avec des représentations naturalistes. Les plus belles pièces sont terminées par polissage au feu afin de leur donner une belle brillance[5].

De 1905 à 1908, Désiré et Eugène Muller sont recrutés par Léon Ledru, directeur de l'atelier de décoration des cristalleries du Val-Saint-Lambert à Seraing en Belgique. Leur travail consiste à créer une série de verreries décoratives de style Art nouveau et Ecole de Nancy[2].


Mouvement Art Déco[modifier | modifier le code]

Vase à décor de fonds marins, en verre multicouche et inclusions métalliques, gravé à l'acide. Vers 1920. Signé Muller Frères Lunéville. Chrysler Museum de Norfolk, USA.

Après la guerre de 14-18, la société Muller devient prospère et l'usine emploie jusqu'à trois cents personnes. La production évolue par la suite vers le style Art déco, créant dans les années 1920 de nombreux plafonniers en verre marmoréen (verre de plusieurs couleurs, les pigments étant incorporés) ou des pièces en verre moulé, les montures étant en laiton, bronze ou fer forgé.

En parallèle de cette production industrielle, des verreries artistiques sont toujours réalisées[6].

À la suite de la grande crise, l'usine ferme en 1936[1].

Signatures[modifier | modifier le code]

Les pièces sont signées de plusieurs façons :

  • « Muller Croismare », pour les pièces produites dans la verrerie Hinzelin (avant 1914) ;
  • « Muller Frères Lunéville » (à partir de 1919) ;
  • « Muller Fres », « Muller Fres Lunéville » (des pièces authentiques portent bien cette signature, mais la raison de cette variante n'est pas connue).

Les lustres signés « GV de Croismare » (signifiant « grande verrerie de Croismare ») correspondent à des pièces également produites par les frères Muller, vraisemblablement dans les années 1910-1920.

Il convient d'être vigilant car depuis les années 1990, de nombreuses contrefaçons circulent sur le marché, reprenant plus ou moins les véritables signatures[7],[8].

Postérité[modifier | modifier le code]

Les verreries d'art des frères Muller demeurent rares dans les collections muséales.

  • Le Musée de l'Ecole de Nancy conserve une collection importante de verreries réalisées par les Frères Muller à l'époque de l'Art Nouveau. Ces verreries ont été réunies par Eugène Corbin. Celui-ci avait constitué dès les années 1900 une très importante collection d'œuvres réalisées par les artistes de la région de Nancy, et il a fait don de sa collection à la ville de Nancy afin que soit créé un musée de l'Ecole de Nancy.
  • Le Kunstmuseum de Düsseldorf en Allemagne conserve également des exemples de verreries art nouveau réalisées par les frères Muller, issues notamment de la collection du professeur Helmut Hentrich et de la collection Gerda Koepff.
  • Le musée du Petit Palais à Paris comprend dans ses collections des verreries d'art réalisées par les frères Muller, celles-ci proviennent de la collection de Louis Corbin.
  • Le Chrysler Museum of Art de Norfolk aux Etats-Unis rassemble des verreries des frères Muller d'époque art nouveau et art déco.
  • Le Musée des Beaux-Arts de Bruxelles en Belgique présente au public un ensemble de verreries réalisées par Désiré et Eugène Muller entre 1905 et 1908 à la cristallerie du Val-Saint-Lambert. Ces verreries faisaient partie de la collection du baron et de la baronne Gillon-Crowet.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Exposition de la cristallerie et de la verrerie, 1910, musée Galliera (Petit Palais).
  • Verrerie Art Nouveau L'exemple des Frères Muller, 2007, Musée de l'Ecole de Nancy, Nancy.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Larousse, dictionnaire des antiquités, Jean Bedel, 1999
  2. a b et c Thomas Valérie, Otter Blandine, Schmitt Eva, Pluymaekers Anne, Lemoine Thierry, VERRERIE ART NOUVEAU L'EXEMPLE DES FRERES MULLER, Paris, Somogy MUSEE DE L'ECOLE DE NANCY, (ISBN 978-2-7572-0114-5)
  3. a et b François Le Tacon, L'œuvre de verre d'Émile Gallé, Éditions Messene, Jean de Cousance éditeur, 1998.
  4. lettre d'Émile Gallé, 3 juillet 1899, citée par Françoise Charpentier en 1994 (source : page 233, renvoi 4 Un vulgarisateur de l'art du livre L’œuvre de verre d'Emile Gallé de François le Tacon, sorti en 1998).
  5. Judith Miller, L'art Nouveau, Gründ, 2005.
  6. Janine Bloch-Dermant, Le verre en France d'Emile Gallé à nos jours, les éditions de l'amateur, (ISBN 2-85917-029-4), p. 71-73
  7. « La triste saga des Muller », Aladin, Hors série, Le faux, mars 2007.
  8. Muller Frères - signatures.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Janine Bloch-Dermant, Le verre en France d'Emile Gallé à nos jours, les éditions de l'amateur, 1990.
  • Thomas Valérie, Otter Blandine, Schmitt Eva, Pluymaekers Anne, Lemoine Thierry, Verrerie Art Nouveau L'exemple des Frères Muller, éditions Somogy Paris, Catalogue de l'exposition du Musée de l'Ecole de Nancy, 2007
  • Victor Arwas, Paul Greenhalgh, Dominique Morel et Marc Restellini [archive], L'Art Nouveau, la Révolution décorative, Éd. Pinacothèque de Paris/Skira ; catalogue de l'exposition à la Pinacothèque de Paris, 2013.
  • Denise Bloch, Etienne Martin, Zoom sur l'Art nouveau , éditions Association d'idées, Nancy, 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]