Fontaine du square Lamartine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La fontaine du square Lamartine, puits artésien rénové en 1994.

La fontaine du square Lamartine est une fontaine située dans le square Lamartine, dans le 16e arrondissement de Paris et alimentée par l'un des quelques puits artésiens de Paris.

Ce fut le second puits artésien construit à cette époque après celui de Grenelle. Il puise son eau dans la nappe de l'Albien, nappe dont la profondeur maximale est de 900 m[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le square Lamartine est créé pendant le Second Empire et ouvert au public en 1862. Il doit son nom à la proximité du lieu d'habitation du poète et homme politique Alphonse de Lamartine (qui vivait aux nos 107-113 avenue Henri-Martin dans un chalet détruit depuis).

Eugène Belgrand, ingénieur général des Ponts et Chaussées, décide de créer deux réseaux distincts pour alimenter les égouts et l'eau potable. Il déclare également insalubre la Pompe à feu de Chaillot utilisée depuis le , sous l'Ancien Régime, pour alimenter le village de Chaillot, devenu un quartier de Paris, celle-ci récupérant alors l'eau en aval des manufactures de Paris et d'une sortie des égouts. Celles-ci seront arrêtées en 1900. Il prévoit la construction du puits artésien de Passy[2].

Le forage commencera le dans le cadre des rénovations du baron Haussmann, sous la direction de l'ingénieur saxon, Charles Gosshelf Kind[3], à l'initiative de l'ingénieur Jean-Charles Alphand[réf. nécessaire].

Un tubage d'1,10 m de diamètre est réalisé, en tôle de 5 mm d'épaisseur seulement. Tout alla bien jusqu'à la moitié du forage, puis les incidents se succédèrent : Le tube se déchira et l'on dut se résoudre à utiliser un tube plus étroit, de 70 cm de diamètre. La nappe aquifère de l'Albien fut en 1861 enfin atteinte à 586 m. Le débit se stabilisa à environ 5 000 m3 par jour, et l'eau servit essentiellement à alimenter les rivières et les lacs du bois de Boulogne nouvellement aménagés.

La construction se termine . Ce puits de 647 m de profondeur est encore utilisée aujourd'hui pour la fontaine du square Lamartine[3].

L'eau de cette fontaine est « non calcaire », « non chlorée » et porte des « vertus ferrugineuses ». La forme actuelle de la fontaine date de la fin des années 1950, sur les plans de l'architecte Dupuis. Le puits a été rénové en 1994.

Ce site est desservi par la station de métro Rue de la Pompe.

Architecture[modifier | modifier le code]

Édifiée à la fin des années 1950, la fontaine est constituée de deux murs en pierre parallélépipédique, équipés de trois gros boutons pressoirs en cuivre se déversant dans deux bassins rectangulaires tapissés chacun de trois étoiles du même métal doré.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les fontaines à l’Albien — Sous les pavés de l'eau », Eaux de Paris (consulté le 30 août 2014)
  2. « La distribution de l’eau et les pompes à feu à Paris », parisparis.in (consulté le 30 août 2014)
  3. a et b « Puits artésien de Passy – 1855-1861 », Histoire Auteuil-Passy.org

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Barozzi, Paris de fontaine en fontaine, Paris, Éditions Parigramme, Compagnie parisienne du livre, 2010, p. 112.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :