Fondation Agir contre l'exclusion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fondation Agir Contre l'Exclusion (FACE)

Cadre
Forme juridique Fondation Reconnue d'Utilité Publique (FRUP)
But Lutte contre l'exclusion et la pauvreté
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 1993
Identité
Siège Paris
Président Alain Roumilhac (Groupe Manpower France)
Vice-président François-Marie Geslin (AG2R La Mondiale)
Déléguée Générale Laurence Drake
Membre Plateforme RSE, CSR Europe, Cercle de Giverny...
Site web fondationface.org

La Fondation Agir Contre l'Exclusion (en abrégé, la FACE) est une fondation reconnue d'utilité publique qui vise à prévenir et lutter contre toutes les formes d’exclusion, de discrimination et de pauvreté : emploi, éducation, consommation, santé, logement, numérique, citoyenneté, etc.

Historique[modifier | modifier le code]

La Fondation Agir Contre l'Exclusion est créée en 1993 par treize grands groupes économiques français (Axa, Casino, Club Méd, Danone, Darty, Fimalac, Havas Worldwide, La Lyonnaise des Eaux, LCL, Pechiney, Ratp, Renault et Sodexo) réunis à l’initiative de Martine Aubry[1]. L’objectif est de mobiliser les entreprises afin de lutter contre l'exclusion, de favoriser l’innovation sociale et d’apporter un soutien actif à des initiatives locales de lutte contre toute forme d'exclusion.

Ses premières actions se portent sur le développement des emplois de service et des expérimentations sur les emplois de proximité dans 6 premières villes d'implantation : Amiens, Angoulême, Chambéry, Marseille, Vaulx-en-Velin et dans les Hauts-de-Seine[2].

Manpower rejoint la fondation en 2002 et AG2R La Mondiale en 2007, ce qui porte à quinze le nombre de sociétés fondatrices.

En 2013, la FACE devient membre de la Plateforme nationale d'action globale pour la Responsabilité Sociale d'Entreprise, dite Plateforme RSE.

En 2014, Gérard Mestrallet remet au Président de la République, François Hollande[3], son rapport "Mobiliser les acteurs économiques en faveur de l'emploi et de l'emploi des jeunes. 5 priorités. 150 propositions"[4]. Gérard Mestrallet y promeut largement l'apprentissage pour tous et à tout âge, une idée reprise par François Hollande pour lutter contre le chômage[5].

En avril 2015, la FACE lance le programme TEKNIK, le 1er programme éducatif d'envergure conçu pour changer le regard des jeunes (collège et lycée) sur les métiers industriels et techniques[6]. Des métiers qui recrutent et offrent des perspectives de carrière mais aussi des métiers que les 12-25 ans estiment, souvent à tort, pénibles (81%), non-mixtes (89%) et mal rémunérés (68%).

En octobre 2015, la FACE s'associe au ministère de la Justice pour créer la première fondation d'action culturelle en prison baptisée Culture et insertion, au-delà de la détention[7]. Par ailleurs, Alain Roumilhac, président de ManpowerGroup France, est nommé vice-président de la Fondation FACE par son Conseil d’administration chargé des questions d'Emploi. Parallèlement, Alain Roumilhac assure la présidence du Conseil d’orientation de « facealemploi », la première plateforme digitale nationale pour la diversité et l’égalité des chances, avec le CV vidéo[8]. En 2018, la Fondation Agir contre l'exclusion et la fondation Kering s'allient pour déployer un dispositif de sensibilisation aux violences conjugales au sein des entreprises[9]. En mai 2018, tandis qu'Emmanuel Macron prenait l'engagement de favoriser l'insertion des jeunes en favorisant l'accès des jeunes au stage de 3e avec 30 000 offres, la FACE lançait une plateforme visant à diffuser au moins 15 000 annonces de stages de 3e pour les jeunes issus de quartiers défavorisés[10].

En mai 2019, Laurence Drake devient la Déléguée Générale de la FACE. En novembre 2020, Gérard Mestrallet quitte ses fonctions de Président de la FACE assurées depuis 2007. Alain Roumilhac est élu Président en décembre 2020.

Description[modifier | modifier le code]

La Fondation FACE est une fondation reconnue d'utilité publique depuis le 18 février 1994. Elle est administrée par 15 membres, dont 5 membres de droit que sont les Ministres de l'Emploi et du Travail, de l'Intérieur, des Solidarités et de la Santé, de la Ville et du Logement (aujourd'hui Ministre de la Cohésion des Territoires). La fondation est ainsi l'un des partenaires de l'État dans l'élaboration et la conduite des politiques publiques menées contre l'exclusion. Le reste du Conseil d'administration est composé de 5 membres fondateurs, 3 personnalités qualifiées et 2 représentants du réseau de structures locales FACE[11].

La FACE est une tête de réseau. Son réseau national de structures locales est composé en particulier de clubs d’entreprises locaux mais également des structures de médiation et structures insérantes, qui participent aux politiques locales de prévention et de lutte contre les exclusions et les discriminations, en partenariat avec les collectivités territoriales (ville, agglomération, district…), les entreprises et les acteurs associatifs et institutionnels locaux. Plus de 9 000 entreprises s'engagent chaque année dans des actions de la fondation et/ou de l'une ou plusieurs de ses structures locales.

Ses actions nationales et locales bénéficient chaque année à plus de 357 000 personnes en situation d'exclusion dans l'accompagnement dans et vers l'emploi, en faveur de l'égalité des chances à l'école et dans l'orientation, pour l'inclusion des personnes précaires, sur les territoires et dans les entreprises. Ces actions sont menées par la fondation elle-même et/ou ses implantations locales (une cinquantaine partout en France).

Fondations abritées[modifier | modifier le code]

En 2013, le Conseil d’Etat octroie à la Fondation FACE le statut de fondation abritante, ce qui lui confère la possibilité d'abriter des fondations ayant des projets conformes à son propre objet social. Elle abrite aujourd'hui une quarantaine de fondations[12] :

Fondation Agir Pour Tous Les Enfants, Fondation ALYL, Fondation Autisme France pour l’Inclusion Sociale (AFRIS), Fondation Avignon le off, Fondation AZERTY, pour l'écriture et la révélation des talents, Fondation Cannes, Fondation du Capitalisme Responsable, Fondation Cuisine Mode d’Emploi(s), Fondation Culturespaces, Fondation Droit à la Ville et à la Dignité, Fondation du Dunkerquois Solidaire, Fondation Education Loisirs Inclusifs (FELI), Fondation Education aux Médias et à la Citoyenneté, Fondation ELYX, Fondation FIER, Fondation Flamenca, Fondation Frédéric Sausset, ma course à la vie, Fondation Hermione, Fondation Humaninnov, Fondation Innovations Pour les Apprentissages (FIPA), Fondation Institut National de la Relation Client (INRC), Fondation pour l’Institut de l’Engagement (FIDELE), Fondation de l’Usine Extraordinaire, Fondation Legrand, Fondation Laboratoire de la Mobilité Inclusive, Fondation Ma chance Moi Aussi, Fondation Mozaïk, Fondation Mutualia Grand Ouest. Agir pour l’avenir, Fondation du Nord, Fondation Orléans, Fondation Pass sport pour l’emploi, Fondation Simplon, Fondation SolidaRen, Fondation SYD, Fondation des Transitions, Fondation pour l'Innovation et la Transmission du Goût, Fondation Teknik, Fondation Territoires Solidaires, Fondation Time 2 start.

Gouvernance[modifier | modifier le code]

  • Président : Alain Roumilhac (Groupe Manpower France) depuis décembre 2020[13]
  • Déléguée Générale : Laurence Drake depuis mai 2019[14]

Avis de la Cour des comptes[modifier | modifier le code]

En 2019, la Cour des comptes émet un avis très critique et sévère envers la fondation. Le rapport fait état « d’une fuite en avant dangereuse[15] » en raison d’une multiplication non contrôlée des projets financés. Par ailleurs, la gestion financière est pointée du doigt alors que la dotation initiale a servi à financer la dégradation des résultats financiers remettant ainsi en cause la pérennité même de la fondation. La Cour, fait rarissime, questionne le caractère désintéressé de la fondation allant jusqu’à envisager « la procédure de retrait de la reconnaissance d’utilité publique et la dissolution de la Fondation[15]». Afin, de répondre à la Cour et de traiter les dysfonctionnements, une nouvelle déléguée générale a été nommée et une nouvelle organisation mise en place.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lhaik Corinne, « Martine Aubry côté Face », L'Express, (consulté le )
  2. « Martine Aubry s'engage dans la lutte contre l'exclusion sociale », sur Les Echos, (consulté le )
  3. « Gérard Mestrallet remet 150 propositions à François Hollande pour l’emploi des jeunes », sur Fondation Agir Contre l'Exclusion (consulté le )
  4. « Les 150 idées de Mestrallet pour créer de l'emploi », sur Challenges (consulté le )
  5. « Emploi : François Hollande annonce des nouvelles mesures pour réduire le chômage », sur ParisDepeches.fr (consulté le )
  6. « Le projet TEKNIK », sur Teknik - créateur de vocations (consulté le )
  7. « Insertion : création d’une fondation d’action culturelle en prison », sur Weka.fr,
  8. « Alain Roumilhac nommé vice-président de FACE et Président du Conseil d’orientation de Facealemploi », sur ManpowerGroup, (consulté le )
  9. « Kering et FACE mobilisent les entreprises contre les violences faites aux femmes | Carenews PRO », sur www.carenews.com (consulté le )
  10. « Macron promet 30.000 stages pour les 3e », sur Lefigaro.fr,
  11. « Conseil d'Administration », sur Fondation Agir Contre l'Exclusion (consulté le )
  12. « Annuaire », sur Fondation Agir Contre l'Exclusion (consulté le )
  13. https://www.fondationface.org/wp-content/uploads/2020/11/FACE_CP_evolution-gouvernance_d%C3%A9c.2020.pdf
  14. « [MERCATO] Laurence Drake est nommée déléguée générale de FACE | via @Carenews », sur www.carenews.com (consulté le )
  15. a et b Cours des comptes, « La Fondation Agir contre l'exclusion », (consulté le )

Lien externe[modifier | modifier le code]