Flibansérine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Flibansérine
Image illustrative de l’article Flibansérine
Image illustrative de l’article Flibansérine
Identification
Nom UICPA 1-(2-{4-[3-(trifluorométhyl)phényl]pipérazin-1-yl}éthyl)-1,3-dihydro-2H-benzimidazol-2-one
Synonymes

BIMT-17

No CAS 167933-07-5
No ECHA 100.170.970
Code ATC N06AX03
PubChem 6918248
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C20H21F3N4O  [Isomères]
Masse molaire[1] 390,4021 ± 0,0186 g/mol
C 61,53 %, H 5,42 %, F 14,6 %, N 14,35 %, O 4,1 %,
Considérations thérapeutiques
Voie d’administration orale

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Flibansérine
Flibanserin
Image illustrative de l’article Flibansérine
Noms commerciaux Addyi
Laboratoire Boehringer-Ingelheim, puis Sprout Pharmaceuticals
Formule brute C20H21F3N4O
Classe ATC code N06AX03
Statut Seulement vendu aux États-Unis et sur ordonnance uniquement
Identification
No CAS 167933-07-5Voir et modifier les données sur Wikidata
No ECHA 100.170.970
Code ATC G02CX02
DrugBank 04908Voir et modifier les données sur Wikidata

La flibansérine (selon les nomenclatures DCI et USAN, flibanserin), vendue sous la marque commerciale Addyi[note 1], est un médicament approuvé aux États-Unis comme traitement du trouble du désir sexuel hypoactif (DSH) (hypoactive sexual desire disorder, HSDD) chez les femmes qui n'ont pas encore vécu la ménopause[2],[3]. Il est surnommé le « Viagra pour femmes »[4] ou « Viagra rose »[5].

La mise au point de la flibansérine commence chez Boehringer-Ingelheim mais est arrêtée en octobre 2010 à la suite d'une évaluation négative de la Food and Drug Administration (FDA)[6]. La société Sprout Pharmaceuticals acquiert ensuite les droits sur le produit et parviendra à obtenir l'approbation de la FDA en août 2015 après une « intense campagne de lobbying »[7]. Le produit ne peut être obtenu que sur ordonnance à cause d'« effets néfastes graves » s'il est, par exemple, absorbé en même temps que de l'alcool[4].

Le HSDD est reconnu comme un trouble sexuel distinct depuis les années 1980, mais a été retiré du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) en 2013 pour être remplacé par le diagnostic appelé « désordre de l'éveil sexuel féminin » (Female sexual arousal disorder, FSAD)[8],[9].

Mode d'action[modifier | modifier le code]

La flibansérine ne possède aucune similitude avec le sildénafil (Viagra) en termes de mode d'action[note 2].

La flibansérine est un psychotrope développé initialement comme antidépresseur[10]. Lors des essais cliniques de phase 2, l'effet antidépresseur s'est avéré très insuffisant mais à la question : « De quelle intensité est votre libido ?[trad 1] », la flibansérine s'est avérée plus efficace que le placebo[11]. Elle agit comme agoniste des récepteurs sérotoninergiques de sous-type 5-HT1A (Ki = 1 nM) et antagoniste ou agoniste partiel des récepteurs dopaminergiques de type D4 (Ki = 4–24 nM)[12],[13],[14]. Son mode d'action passe donc par l'augmentation des taux de dopamine et de noradrénaline et une diminution des taux de sérotonine dans le cerveau[10].

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

Au cours des études cliniques, les effets indésirables rapportés sont[15] :

  • Fréquents (> 10 %) : étourdissements, fatigue et nausées.
  • Peu fréquents (de 1 à 10 %) : insomnie, anxiété, sécheresse de la bouche, douleurs abdominales voire appendicite, constipation, mictions nocturnes, palpitations.

Le risque de syncope due à l'hypotension orthostatique peut être augmenté avec la flibansérine. De même, le risque d'accidents et de blessures peut être majoré en raison des effets sédatifs du produit.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Flibanserin » (voir la liste des auteurs).

Citations originales[modifier | modifier le code]

  1. (en) « How strong is your sex drive? »

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il a aussi été proposé sous les marques commerciales « Ectris » et « Girosa ». Pendant sa phase de développement, il portait le nom de code « BIMT-17 ».
  2. Le citrate de sildénafil provoque l'accumulation de GMP cyclique dans les cellules du muscle lisse, résultant en une relaxation de ce dernier et agit par vasodilatation.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) F. Borsini, K. Evans, K. Jason, F. Rohde, B. Alexander et S. Pollentier, « Pharmacology of flibanserin », CNS Drug Rev., vol. 8, no 2,‎ , p. 117–142 (PMID 12177684, DOI 10.1111/j.1527-3458.2002.tb00219.x)
  3. (en) E. Jolly, A. Clayton, J. Thorp, D. Lewis-D’Agostino, G. Wunderlich et L. Lesko, « Design of Phase III pivotal trials of flibanserin in female Hypoactive Sexual Desire Disorder (HSDD) », Sexologies, vol. 17, no Suppl 1,‎ , S133–134 (DOI 10.1016/S1158-1360(08)72886-X)
  4. a et b Le Monde et AFP, « Du « Viagra pour femmes » bientôt vendu sur ordonnance aux Etats-Unis », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2015)
  5. Corine Lesnes, Paul Benkimoun et Chloé Hecketsweiler, « Les dessous troublants du « Viagra rose » », sur https://www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 1er septembre 2015).
  6. (de) « Pharmakonzern stoppt Lustpille für die Frau », Spiegel online,‎ (lire en ligne)
  7. (en) Andrew Pollack, « ‘Viagra for Women’ Is Backed by an F.D.A. Panel », sur https://www.nytimes.com, The New York Times, (consulté le 24 août 2015).
  8. (en) American Psychiatric Association, « Sexual and gender identity disorders », dans American Psychiatric Association, Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Washington, DC, American Psychiatric Association, , 4e éd., p. 493–538
  9. (en) Emily Nagoski, « Nothing Is Wrong With Your Sex Drive », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2015)
  10. a et b (en) Roberto William Invernizzi, Giuseppina Sacchetti, Stefania Parini, Sabrina Acconcia et Rosario Samanin, « Flibanserin, a potential antidepressant drug, lowers 5-HT and raises dopamine and noradrenaline in the rat prefrontal cortex dialysate: role of 5-HT1Areceptors », British Journal of Pharmacology, vol. 139, no 7,‎ , p. 1281–1288 (ISSN 0007-1188, DOI 10.1038/sj.bjp.0705341)
  11. (en) Walid F. Gellad, Kathryn E. Flynn et G. Caleb Alexander, « Evaluation of Flibanserin. Science and Advocacy at the FDA », JAMA, série Viewpoint,‎ (lire en ligne, consulté le 24 août 2015).
  12. (en) F. Borsini, E. Giraldo, E. Monferini, G. Antonini, M. Parenti, G. Bietti, A. Donetti., « BIMT 17, a 5-HT2A receptor antagonist and 5-HT1A receptor full agonist in rat cerebral cortex », Naunyn-Schmiedeberg's archives of pharmacology, vol. 352, no 3,‎ , p. 276-282 (PMID 8584042, lire en ligne, consulté le 24 août 2015) modifier
  13. (en) Stephen M. Stahl, « Mechanism of action of flibanserin, a multifunctional serotonin agonist and antagonist (MSAA), in hypoactive sexual desire disorder », CNS spectrums, vol. 20, no 01,‎ , p. 1-6 (PMID 25659981, lire en ligne, consulté le 24 août 2015) modifier
  14. (en) Stephen M. Stahl, Bernd Sommer et Kelly A. Allers, « Multifunctional pharmacology of flibanserin: possible mechanism of therapeutic action in hypoactive sexual desire disorder », The journal of sexual medicine, vol. 8, no 1,‎ , p. 15-27 (PMID 20840530, lire en ligne, consulté le 24 août 2015) modifier
  15. (en) « Proposed Indication: Flibanserin is indicated for the treatment of hypoactive sexual desire disorder in premenopausal women » [PDF],

Articles connexes[modifier | modifier le code]