Fernand Lamaze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fernand Lamaze
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Domaine
Conflit

Fernand Lamaze, né le à Mirecourt[1] (Vosges) et mort le dans le 6e arrondissement de Paris[1],[2],[3], est un obstétricien et résistant[1] français, reconnu comme le développeur de la méthode d’accouchement sans douleur qui porte son nom[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fernand, François, Eugène Lamaze naît à Mirecourt. Fils d’instituteur lorrain, il se distingue en permettant l’accouchement sans difficulté d’une femme qui est atteinte d’une crise d’appendicite aiguë, alors qu’il n’est encore qu’étudiant[5]. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il rejoint le Comité national des médecins, organe de la Résistance intérieure française et se rapproche du PCF. Il dirige à partir de sa création en 1947 la maternité de la polyclinique des Bluets, financée par le syndicat CGT des métallurgistes de la région parisienne[5].

Après une visite en URSS en 1951, où il a étudié les techniques de psychoprophylaxie obstétrique à l’institut Ivan-Pavlov, Lamaze rentre en France et développe une nouvelle approche a l'obstétrique moderne, en insistant sur l'implication paternelle et le soutien à la mère, mais aussi sur des techniques de relaxation et de respiration.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Qu'est ce que l'accouchement sans douleur par la méthode psycho-prophylactique, coll. « Savoir et connaître », Éditions La Farandole, Paris, 1956

Critique[modifier | modifier le code]

Lamaze fut critiqué par Sheila Kitzinger, militante britannique en faveur de l'accouchement naturel, pour être excessivement disciplinaire et anti-féministe; "la nature disciplinaire de l'approche de l'accouchement par Lamaze est évidente dans la description par Sheila Kitzinger des méthodes qu'il employait dans une clinique parisienne dans les années 1950. Selon Sheila Kitzinger, Lamaze classait systématiquement la performance des parturientes 'd'excellente' à 'échec total' à raison de leurs 'agitation et cris'. Celles qui 'échouaient' étaient, croyait-il, 'elles-mêmes responsables car elles nourrissaient des doutes ou ne s'étaient pas suffisamment entraînées', et, comme on pouvait s'y attendre, les femmes 'intellectuelles' qui 'posaient trop de questions' étaient considérées par Lamaze comme les plus 'disposées à l'échec'"[6],[7].

Hommages[modifier | modifier le code]

L'avenue longeant le Centre hospitalier de Saint-Denis porte son nom, tout comme une voie du 19e arrondissement de Paris[8] ainsi qu'une rue à Nîmes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c notice BnF no FRBNF11535007
  2. Le Maitron
  3. Mattea Battaglia, « Tu enfanteras sans la douleur », Le Monde magazine, no 4, 10 octobre 2009, p. 52
  4. Marianne Caron-Leulliez, « L’Accouchement Sans Douleur. Un enjeu politique en France pendant la guerre froide » CBMH/BCHM 2006;23(1):69-88. [PDF]
  5. a et b Mattea Battaglia, « Tu enfanteras sans la douleur », Le Monde magazine, no 4, 10 octobre 2009, p. 50.
  6. (en) Jane Clare Jones, « Idealized and Industrialized Labor: Anatomy of a Feminist Controversy », Hypatia, vol. 27, no 1,‎ , p. 99–117 (ISSN 1527-2001, DOI 10.1111/j.1527-2001.2011.01217.x, lire en ligne, consulté le 12 février 2020)
  7. Amy Tuteur MD, « The philosophy of natural childbirth hurts women », sur The Skeptical OB, (consulté le 12 février 2020)
  8. Maxime Braquet, « Le docteur Lamaze Un grand homme méconnu », des-gens.net, (consulté le 21 avril 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]