Hôpital Pierre Rouquès - Les Bluets

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hôpital Pierre Rouquès - Les Bluets
Présentation
Coordonnées 48° 50′ 35″ nord, 2° 24′ 23″ est
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Site web http://www.bluets.org/
Géolocalisation sur la carte : 12e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 12e arrondissement de Paris)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Paris/12e arrondissement de Paris
Point carte.svg

L'Hôpital Pierre Rouquès - Les bluets, aussi connu sous le nom de maternité des Bluets, se trouve au 4 rue Lasson dans le 12e arrondissement de Paris, à proximité de l'Hôpital Armand-Trousseau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Rue des Bluets[modifier | modifier le code]

À l'initiative de l’Union des syndicats CGT de la métallurgie de la région parisienne (USM-RP), un centre de santé est ouvert en 1937 au 9 rue des Bluets dans le 11e arrondissement de Paris, auquel s'ajoutent en 1947 une maternité et une annexe au 94 rue Jean-Pierre-Timbaud. Le film Les Métallos, commandé en 1938 par la fédération des travailleurs de la métallurgie, présente le fonctionnement de la polyclinique nouvellement ouverte, présentée comme un établissement à la pointe du progrès.

En 1951, la « polyclinique des Bluets » fut renommée centre de santé « Docteur Pierre Rouquès », en hommage au chirurgien et militant communiste qui avait contribué à sa création[1].

Dans les années 50, la maternité fut pionnière pour l'ensemble des techniques dites d'accouchement sans douleur. Les premiers cours donnés en France aux futures accouchées y furent dispensés par les équipes du docteur Fernand Lamaze[2].

Rue Lasson[modifier | modifier le code]

En 2007, le centre est rebaptisé « hôpital Pierre Rouquès – Les bluets » et est déplacé à son emplacement actuel, au 4 rue Lasson dans le 12e arrondissement de Paris.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rémi Skoutelsky, « Rouquès Pierre, Jean, Léon », sur Le Maitron.
  2. Christian Chevandier, L’hôpital dans la France du XXe siècle, Paris, Editions Perrin, collection « Pour l’histoire », 2009, p. 172-173 et 240-250.

Liens externes[modifier | modifier le code]