Ferdinand Guillemardet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferdinand-Pierre-Marie-Dorothée Guillemardet
Guillemardet, ambassadeur de France en Espagne, par Goya (1798).
Guillemardet, ambassadeur de France en Espagne, par Goya (1798).
Fonctions
Député de Saône-et-Loire

(3 ans 1 mois et 20 jours)
Gouvernement Convention nationale
Député au Conseil des Cinq-Cents

(2 ans 6 mois et 15 jours)
Maire d'Autun
Ambassadeur en Espagne
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Couches (Saône-et-Loire)
Date de décès (à 44 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Montagne
Gauche
Profession Médecin
Préfet
Distinctions Chevalier de l'Empire
Chevalier de la Légion d'honneur
députés de Saône-et-Loire

Ferdinand-Pierre-Marie-Dorothée Guillemardet est un homme politique français né le à Couches[1],[2] et mort le à Paris (12e arr.)[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Médecin de formation, il exerce à Autun en 1787. Il est élu maire de la ville du au , puis député de la Convention nationale. Il vote à ce titre la mort de Louis XVI le 17 janvier 1793. À la tête d'un groupe anti-jacobins, il fait à Auxerre un discours très anticlérical. En 1795, il devient membre du Conseil des Cinq-Cents puis est désigné ambassadeur en Espagne en 1798. Charles IV d'Espagne a contre lui de nombreux griefs et Talleyrand le rappelle pour incompétence.

En 1800, il est nommé préfet de la Charente-Inférieure (aujourd'hui Charente-Maritime) ; c'est lui qui prend l'arrêté préfectoral du qui défigurera la basilique Saint-Eutrope de Saintes. Il est également membre de l'Académie des belles-lettres, sciences et arts de La Rochelle. Du au , il est préfet de l'Allier. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur le 14 juin 1804, et créé chevalier de l'Empire le 5 octobre 1808. Sa santé mentale se dégrade, il meurt interné en 1809 à Paris.

Goya a fait un portrait de lui en 1798, visible au musée du Louvre[4].

Ferdinand Guillemardet est un des témoins lors de la déclaration de naissance d'Eugène Delacroix le 26 avril 1798[5].

Iconographie[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Musée Rolin à Autun, De Goya à Delacroix, les relations artistiques de la famille Guillemardet du 21 juin au 21 septembre 2014. Un catalogue collectif de 184 p. est édité par la ville et porte le même titre que celui de l'exposition. (ISBN 978-2-912950-09-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Registre des baptêmes et mariages de Couches, 1761-1768 (vue 103) sur le site des Archives départementales de Saône-et-Loire.
  2. a et b Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, op. cit., p.281.
  3. Fiche de l'état civil reconstitué sur le site des Archives numérisées de Paris
  4. Ferdinand Guillemardet (1765-1809) sur le site du Louvre.
  5. « Saint-Maurice », État des communes à la fin du XIXe siècle, Montévrain, 1903, p. 16.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]