Fatima Daas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fatima Daas
Image dans Infobox.
Fatima Daas au festival Atlantide 2021 à Nantes.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Saint-Germain-en-Laye (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Fatima Daas, est le pseudonyme d'une romancière française née en à Saint-Germain-en-Laye, dans les Yvelines. Elle est révélée en 2020 avec son premier roman très remarqué, La Petite Dernière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en à Saint-Germain-en-Laye dans une famille d'origine algérienne, Fatima Daas est la dernière de sa fratrie. Elle grandit essentiellement à Clichy-sous-Bois. Adolescente, elle se découvre lesbienne. Elle assume cette identité, en la faisant cohabiter avec sa croyance en l'islam. Elle explore cette double identité dans son premier roman très remarqué par la critique à la rentrée littéraire 2020[1],[2].

Au lycée Alfred Nobel, des ateliers d'écriture animés par Tanguy Viel renforcent son goût pour la littérature. Elle obtient un master de création littéraire à l'université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis[3]. Elle y rencontre Virginie Despentes, ce qui constitue un nouveau déclencheur, notamment via son livre King Kong Théorie[4].

Elle explore dans son premier roman une forme de fragilité existentielle, vis-à-vis de ses différentes identités[5],[6] : « Parce que c'est difficile d'être toujours à côté, à côté des autres, jamais avec eux, à côté de sa vie, à côté de la plaque ». Pour autant, cette complexité renforce sa personnalité. Elle déclare ainsi : « J'ai décidé de ne renoncer à aucune de mes identités »[7].

Elle explique que « C’est par la honte que je suis entrée en écriture »[8].

Politique[modifier | modifier le code]

Dans une interview pour Le Monde, elle se définit comme étant « homophobe » et explique que pour elle, l’homoparentalité est « un double péché »[9]. Elle a également déclaré dans une interview pour France Inter que pour elle, « l'homosexualité est un péché »[10],[11].

Elle se définit comme féministe intersectionnelle[12],[13],[14],[15],.

Radio[modifier | modifier le code]

En juillet et août 2021, Fatima Daas anime l'émission radiophonique Ces paroles invisibles sur France Inter. Elle a participé en 2021 à des ateliers avec des jeunes de Seine Saint Denis, autour de leur parcours de vie. Ces ateliers ont donné naissance à des mise en écrit, puis des enregistrements[16].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fanny Leroy, « "La petite dernière" de Fatima Daas », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  2. « Fatima Daas nous parle de son roman “La Petite Dernière" », sur Brut. (consulté le )
  3. « Homosexualité, islam, rap et Duras : Fatima Daas, une autrice à suivre ! », sur Les Inrockuptibles, (consulté le )
  4. « Fatima Daas : Française et Algérienne, croyante et pécheresse - 28 Minutes - ARTE », sur Youtube, (consulté le )
  5. « À l'Affiche ! - Fatima Daas, en quête de nos multiples identités », sur France 24, (consulté le )
  6. « Lesbienne, musulmane et banlieusarde: Fatima Daas, l'auteure qui conjugue les identités au pluriel », sur ladepeche.fr (consulté le )
  7. « "J'ai décidé de ne renoncer à aucune de mes identités" : dans "La petite dernière", Fatima Daas, se revendique lesbienne, musulmane et banlieusarde », sur Franceinfo, (consulté le )
  8. Clara Guillard et Anastasia Vécrin, « Fatima Daas : «C’est par la honte que je suis entrée en écriture» », sur Libération (consulté le )
  9. « Fatima Daas : « La relation avec Dieu est beaucoup plus forte que celle que je peux avoir avec une fille » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « [Vidéo] Lesbienne et musulmane, la romancière Fatima Daas considère que l'homosexualité “est un péché” », sur Valeurs actuelles, (consulté le )
  11. Saïd Mahrane, « Le livre de Fatima Daas vaut mieux qu'une polémique », sur Le Point, (consulté le )
  12. « Fatima Daas : « La relation avec Dieu est beaucoup plus forte que celle que je peux avoir avec une fille » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « La révélation Fatima Daas », sur France Culture (consulté le )
  14. La rédaction de Mediapart, « Fatima Daas: «Je voulais raconter comment on se construit en se rejetant soi-même» », sur Mediapart (consulté le )
  15. « L’Irréconciliée : Fatima Daas, entre la loi du groupe et la tyrannie du désir », sur France Culture (consulté le )
  16. « Chroniques documentaires en Seine-Saint-Denis : un projet d’ateliers d’écriture entre artistes et personnes accueillies »
  17. « Fatima Daas – Le livre sur les quais », sur www.lelivresurlesquais.ch (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]