Famille Koch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La famille Koch est une famille industrielle et philanthropique américaine, connu pour ses activités politiques et le contrôle de Koch Industries, la deuxième plus grande entreprise privée des États-Unis (115 milliards de dollars de recettes en 2013)[1]. La fortune familiale s'est construite à partir de Fred C. Koch, qui a développé une nouvelle méthode de craquage pour le raffinage du pétrole brut en essence[2],[3]. Les quatre frères se sont poursuivis en justice dans une lutte du pouvoir[4].

Charles G. Koch et David H. Koch, aujourd'hui connus comme les frères Koch, sont associés aux fondations de la famille Koch[5]. Ils ont aussi fondé et financé plusieurs organisations politiques conservatrices et libertariennes.

Membres de la famille[modifier | modifier le code]

  • Fred C. Koch (23 septembre 1900 – 17 novembre 1967), ingénieur chimique et entrepreneur américain, fondateur d'une entreprise de raffinerie de pétrole, nommé par la suite Koch Industries et l'un des membres fondateurs de la John Birch Society[6],[7],[8],[9], épouse Mary Robinson (17 octobre 1907 – 21 décembre 1990), d'où :

Organisations[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fondations de la famille Koch.

Activités politiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Forbes America's Largest Private Companies », Forbes.com (consulté le 23 mai 2014)
  2. (en) Charles C. Koch, The Science of Success: How Market-Based Management Built the World's Largest Private Company, John Wiley & Sons, Inc., (ISBN 978-0-470-13988-2), p. 6
  3. (en) « Koch Industries, Inc. », Company Profile Report, Hoover's, Inc., (consulté le 10 mai 2010) : « [W]hen he tried to market his invention, the major oil companies sued him for patent infringement. Koch eventually won the lawsuits (after 15 years in court), but the controversy made it tough [?!] to attract many US customers. »
  4. (en) « Epic struggle among Koch brothers ends », Houston Chronicle,‎ , p. 2
  5. (en) Daniel Schulman, « Koch vs. Koch: The Brutal Battle That Tore Apart America's Most Powerful Family », Mother Jones,‎ (lire en ligne)
  6. (en) Jonathan T. Davis, Forbes Richest People: The Forbes Annual Profile of the World's Wealthiest Men and Women, Wiley, (ISBN 978-0-471-17751-7), p. 138 :

    « Founding member (1958) John Birch Society — reportedly after seeing Russian friends liquidated »

  7. (en) Hoover's 500: Profiles of America's Largest Business Enterprises, Hoover's Business Press, (ISBN 978-1-57311-009-9), p. 286 :

    « In 1929 Koch took his process to the Soviet Union, but he grew disenchanted with Stalinism and returned home to become a founding member of the anticommunist John Birch Society. »

  8. Leslie Wayne, « Brothers at Odds. », The New York Times, NY,‎ , Sec. 6; Part 2, p 100 col. 1. (ISSN 0362-4331) :

    « He returned a fervent anti-Communist who would later become a founding member of the John Birch Society. »

  9. Sara Diamond, Roads to Dominion: Right-Wing Movements and Political Power in the United States, NY, Guilford Press, (ISBN 0-89862-862-8), p. 324 n. 86.