Eyak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Eyak
Extinction 21 janvier 2008
Pays États-Unis
Région Sud de l'Alaska
Typologie polysynthétique
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Drapeau de l'Alaska Alaska (États-Unis)
Codes de langue
ISO 639-3 eya
IETF eya
WALS eya
Glottolog eyak1241

L’eyak est une langue na-dené disparue au XXIe siècle. Elle était parlée au sud de l'Alaska, autour de la rivière Copper.

Cette langue a disparu le lorsque la dernière personne la parlant, Marie Smith Jones, une Eyak, est morte à 89 ans[1]. De par la disparition de ses locuteurs, l'eyak est devenu le symbole des langues en danger.

L'eyak forme une branche à lui tout seul de la famille na-dené. Les langues les plus proches de l'eyak sont donc les langues athapascanes et le tlingit, qui forment le reste de la famille na-dené.

L'expansion de l'anglais au détriment des langues indigènes n'est pas la seule raison du déclin de la langue eyak. La migration vers le nord du peuple Tlingit dans les environs de Yakutat avant l'arrivée des Européens encouragea l'usage du tlingit plutôt que celui de l'eyak le long d'une grande partie de la côte pacifique de l'Alaska. Les Eyaks étaient aussi sous la pression de leurs voisins de l'ouest, les Alutiit de la baie du Prince William, ainsi que de celle des populations de la vallée de la Copper River. Les cultures eyak et tlingit commencèrent à fusionner sur les côtes du golfe et nombre de groupes parlant l'eyak furent absorbés par des populations Tlingit de la région du golfe. Il en résulta un remplacement de l'eyak par le tlingit dans presque tous les groupes mixtes en quelques générations, comme reportée dans la tradition orale Tlingit de la région.

La langue eyak, objet principal de l'étude du linguiste américain Michael Krauss, anime depuis les années 1960 plusieurs de ses projets. Une bourse de la National Science Foundation visant à la documentation et la publication d'ouvrages académiques sur cette langue lui a été accordée début 2010. Parmi ces ouvrages sont présents le confidentiel et académique Eyak Dictionary ainsi qu'Eyak Texts, tous deux parus en 1970. La seule publication accessible aujourd'hui demeure In Honor of Eyak: The Art of Anna Nelson Harry, édité à trois reprises à cinq-cents exemplaires. L'intégralité de la documentation de cette langue a été numérisé et est disponible en consultation libre sur le site de l'Alaska Native Language Archive de l'université de l'Alaska de Fairbanks.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Marie Smith », sur economist.com, The Economist, (consulté le 21 août 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) « Eyak », Alaska Native Language Center (consulté le 21 août 2020).