L'Anarchie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Anarchie
Image illustrative de l'article L'Anarchie

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Hebdomadaire
Genre Presse écrite
Presse anarchiste
Presse politique
Prix au numéro 10 centimes
Diffusion 7000 ex. (1905-1914)
Date de fondation 13 avril 1905
Date du dernier numéro 16 juillet 1914
Ville d’édition Paris
Le Plessis-Robinson
Paris

l'anarchie est un journal individualiste anarchiste fondé le 13 avril 1905 par Albert Libertad et Anna Mahé[1],[2].

Au siège du journal, à Romainville, les compagnons groupés autour de Libertad (André Lorulot qui reprend le journal en 1908, Henriette Maîtrejean en 1911, Émilie Lamotte, Mauricius...) combattaient « les vices, habitudes et préjugés », le tabac et l'alcool, le « culte de la charogne » et le conformisme résigné de celui qui vote, se rend à la caserne, se marie et travaille[3].

On trouve parmi les rédacteurs de L'Anarchie, Raymond Callemin (dit Raymond la Science, membre de la bande à Bonnot) et Viktor Lvovitch Kibaltchich sous la signature Le Rétif (le futur Victor Serge). Prônant d'abord l’illégalisme, Henriette (dite Rirette) Maîtrejean et Victor Kibaltchich changent cette politique éditoriale en 1911 lorsque l’ancienne équipe disparaît à la suite d’un cambriolage[4].

484 numéros paraîtront entre le 13 avril 1905 et le 16 juillet 1914[5].

Périodiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

L'Anarchie, 3 janvier 1907

Audiovisuel[modifier | modifier le code]

  • Anne Steiner, Les anarchistes, corpus individualistes, Dictionnaire biographique Maitron, Centre d'Histoire Sociale, 15 avril 2014, voir en ligne.

Notices[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean Maitron, Un « anar », qu'est-ce que c'est ?, Le Mouvement social : bulletin trimestriel de l'Institut français d'histoire sociale, Éditions ouvrières, 1973-04, lire en ligne.
  2. Anne Steiner, Les en-dehors : anarchistes individualistes et illégalistes à la Belle époque, L'Échappée, 2008, lire en ligne.
  3. Jean Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, Gallimard, coll. « Tel », 1992.
  4. Pierre-Robert Leclercq, Bonnot et la fin d'une époque, Les Belles Lettres,‎ 2012, 268 p. (ISBN 2251444416)
  5. Jean Grave, Quarante ans de propagande anarchiste, Flammarion, 1973, page 389.