Eugène Bourgouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eugène Bourgouin
Auguste Coutin, Eugène Bourgoin, Fivet et le Père Doucet.jpg
Auguste Coutin, Eugène Bourgoin, Fivet et le Père Doucet, .
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 44 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation

Marie Joseph Eugène Bourgouin[1] né à Reims le [2] et mort à Paris le est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eugène Bourgouin participe au chantier de restauration de la cathédrale de Reims. En 1898, il est présenté à l'atelier de Louis-Ernest Barrias où il rencontre de grands maître de la peinture et de l'architecture. Il entre à l’École nationale des arts décoratifs à Paris en 1901, puis à l’École des beaux-arts.

Sociétaire de la Société nationale des beaux-arts, il est l’auteur de projets pour travaux d’orfèvrerie, dont la couronne du Sacré-Cœur de Montmartre. Il réalise des statues, des bustes, des objets religieux, des médailles, des objets pour le musée du Luxembourg, de Sèvres ou le palais Galliera.

Il s'occupe de monuments décoratifs comme les monuments aux morts, celui du collège Stanislas de Paris, de la ville de Salins, de Cocumont, de Warmeriville, de Lamarque, à Reims au cimetière du Sud, celui de la Martinique.

Il épouse à Clessy (Saône-et-Loire), en 1923, Françoise de Ponnat, fille du baron Henri de Ponnat et de la baronne, née de Boutechoux de Chavanes Le Roy de Buxières.

Il est membre de la Société rémoise des arts décoratifs.

Il est inhumé à Reims au cimetière du Nord auprès de son grand-père Jacques Bourgouin, bonnetier rémois.

Hommages[modifier | modifier le code]

Une rue porte son nom à Reims.

Un timbre personnalisé à son effigie réalisé par Roland Irolla est émis le (premier jour)[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Louis Émile Dérodé, Reims, cimetière du Nord.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son nom est fréquemment écorché sous la forme Bourgoin, le u disparaissant, comme sur la plaque de la rue Bourgouin à Reims ou sur la base Réunion des musées nationaux et du Grand Palais des Champs-Élysées.
  2. Archives de la Marne, commune de Reims, acte de naissance no 372, année 1880 (consulté le 17 octobre 2014).
  3. Reims : un événement philatélique en mémoire du sculpteur Eugène Bourgoin.
  4. Désespérance, Acquisition en 1907. Attribution au Musée National d'Art Moderne, 1916.
  5. Tête de fillette aux macarons (Ondine)
  6. « Monument aux morts de la guerre 1914-1918 à Warmeriville », notice no IA51000501, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 18 mars 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

icône image Image externe
Médaille par Eugène Bourgouin Collection BIU Santé - Licence ouverte