Endeavour (voilier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Endeavour.
HMS Endeavour
Image illustrative de l'article Endeavour (voilier)
Réplique de l’Endeavour à Cooktown

Autres noms Earl of Pembroke ;  "Lord Sandwich"
Fonction Transport de charbon puis exploration
Gréement 3 mâts carré
Histoire
Chantier naval Nord de l'Angleterre (original) Fremantle en Australie (réplique)
Quille posée 1988 (réplique)
Lancement Date de construction du navire original non spécifié. Le navire est acheté en 1768

Réplique lancé en 1993

Équipage
Équipage 16
Caractéristiques techniques
Longueur 43,7 m hors-tout (réplique)
Longueur flottaison 30,92 (réplique)
Maître-bau 8,9 m
Tirant d'eau 3,6 m
Déplacement 550 t
Caractéristiques militaires
Armement 10 canons de 4 livres (1768)
Carrière
Port d'attache Sydney Australie (réplique)
Localisation
Coordonnées 33° 52′ 06″ Sud 151° 11′ 58″ Est / -33.868319, 151.199563

Le HMS Endeavour ou HMB[1] Endeavour est un trois-mâts carré britannique.

Originellement conçu pour le transport de charbon, il est racheté et reconverti en 1768 par la Royal Navy afin d'explorer les mers du Sud et la mythique Terra Australis. Il fut utilisé par James Cook, lieutenant de la Royal Navy, lors de sa première expédition (1768-1771)[2].

De grands scientifiques de la Royal Society accompagnent Cook dans son périple : Joseph Banks, botaniste et naturaliste et l'astronome Charles Green. Ils sont accompagnés d'illustrateurs, tels Sydney Parkinson. Cette expédition aura des conséquences bénéfiques pour la science, l'astronomie, la botanique et la cartographie[2].

Après son périple, l’Endeavour sombre dans l'oubli. Le navire participe aux combats durant la Révolution américaine rebaptisé « Lord Sandwich ». C'est pendant celle-ci qu'il est sabordé en 1778 en baie de Narragansett. Son épave serait retrouvée en 2016 dans la baie de Newport[3].

Depuis 1994, une réplique du navire est conservée dans le port de Sydney (Australie), sur le quai du National Maritime Museum. Dans le parc Sea World, également en Australie, une autre réplique est présente depuis 1972[2].

Histoire du navire de 1768[2][modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

L'Endeavour
L’Endeavour naviguant le long de la côte de la Nouvelle-Hollande. Tableau de Samuel Atkins, vers 1794.

L’Endeavour est un bateau marchand lancé en juin 1764 dans le port charbonnier et baleinier de Whitby dans le North Yorkshire. Long de 106 pieds (32 m), jaugeant 368 tonneaux, il porte à l'origine le nom Earl of Pembroke et navigue essentiellement le long des côtes du Yorkshire où il transporte du charbon ("Collier" charbonnier du Nord-Est de l'Angleterre[4]).

Sa coque, comme bien d'autres navires de l'époque, est faite de chêne. Son faible tirant d'eau lui permet de naviguer dans les eaux peu profondes des estuaires tandis que la forme de sa carène permet les échouages à plat, facilitant l'embarquement et le débarquement des marchandises ainsi que les opérations de maintenance.

En 1768, James Cook, qui connait les qualités marines et la robustesse de ce type de navire pour avoir reçu sa formation de mousse sur des unités semblables, recommande son acquisition à l'amirauté pour l'expédition dont il vient de recevoir le commandement.

Rachat par l'Amirauté britannique[modifier | modifier le code]

En février 1768, la Royal Society reçoit le financement permettant de mener à bien l'expédition scientifique des mains du roi George III d'Angleterre. La présente expédition aura pour but d'observer le passage de Vénus et de découvrir la Terra Australis.

À l'origine, le commandement de l'expédition devrait revenir à Alexander Dalrymple, cartographe écossais. Edward Hawke, premier lord de l'Amirauté, refuse catégoriquement qu'un civil prenne le commandement d'un navire de "Sa Majesté". Le choix de l'Amirauté et de la Royal Society se portera sur James Cook, officier de la marine ayant de très bonnes bases en mathématiques et en cartographie. James Cook est promu lieutenant et reçoit le commandement de l'expédition.

L’Endeavour est racheté pour la somme de 2 840 £. Décemment aménagé pour accueillir les scientifiques et l'équipage afin de permettre de conduire le voyage dans les meilleures conditions, il est aussi armé de dix canons de quatre livres.

Expédition de Cook[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Premier voyage de Cook.

Le HMB Endeavour appareille de Plymouth en août 1768, formé d'un équipage de 94 marins dont 13 gens d'arme. Ses réserves sont prévues pour 18 mois, composées entre autres de volailles et d'une chèvre à traire. Le navire fait escale à Madère en septembre, à Rio de Janeiro, au Brésil en novembre. Le navire double, sans grandes difficultés, le cap Horn en janvier 1769.

Cook et son équipage débarquent à Tahiti le 10 avril. Ils y restent durant trois mois, le temps d'observer le passage de Vénus, qui a lieu le 3 juin. Le 13 juillet, l’Endeavour quitte Tahiti. L'expédition croise ensuite l'archipel de la Société.

En octobre 1769, l’Endeavour atteint la Nouvelle-Zélande, terre découverte en 1642 par le navigateur hollandais Abel Tasman. Cook resta plus de six mois en vue de la Nouvelle-Zélande dans le but de la cartographier. Il en conclut que cette terre n'est en réalité que deux îles et non la Terra Australis tant recherchée.

L’Endeavour continue son périple vers le sud-ouest pour atteindre Botany Bay (actuellement Sydney) le 28 avril. Le trois-mâts repart le 5 mai.

Durant environ 4 mois, Cook cartographie les côtes de la Nouvelle-Hollande (ainsi était autrefois nommé l'Australie). En juin 1770, le navire heurte un récif. Les dommages causés à la coque sont assez conséquent. L'expédition se voit suspendue. Les réparations seront effectuées au niveau de l'Endeavour River, sur la côte australienne.

Du 10 octobre au 26 décembre 1770, le navire fait escale à Batavia (Jakarta) pour réparations. C'est pendant cette escale qu'un grand nombre de marins décèdent de la malaria

L'expédition se clôture le 12 juillet 1771 avec le retour de Cook en Angleterre.

Le devenir de l’Endeavour[modifier | modifier le code]

Largement oublié après ce voyage épique, il passa les 4 années suivantes à transporter des marchandises de marine pour les Falklands. Renommé et revendu en 1775, il retourna brièvement au service naval comme transport de troupes durant la révolution américaine et fut délibérément sabordé pour le blocus de la baie de Narragansett à Rhode Island en 1778. Son épave n'a pas été précisément localisée mais des reliques du navire, dont six de ses canons et une ancre, sont exposés dans différents musées maritimes de par le monde.

La réplique de 1993[modifier | modifier le code]

L'Endeavour de James Cook

Une réplique de l’Endeavour fut construite dès 1988 en bordure du port de peche de Fremantle. Après des difficultés financières, le projet permet toutefois le lancement du navire en 1993[4]. Il est amarré à côté de Musée Maritime National Australien du port de Sydney en Australie ou il sert de musée à flot[4]. En dehors des installations modernes de sécurité, la réplique a été réalisée, fidèle à l'original, grâce aux plans du Musée Maritime de Greenwich (Londres), reproduisant même les hamacs utilisés par les marins pour dormir[4].

L'Endeavour de 1993

Galerie photo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. HMB pour His Majesty's Bark, le mot anglais "bark" ne fait pas référence à son gréement mais à la forme de sa coque
  2. a, b, c et d (en) Edward Duyker, Nature's Argonaut: Daniel Solander 1733—1782, Naturalist and Voyager with Cook and Banks,, Melbourne, Miegunyah/Melbourne University Press, 1998 et 1999, 380 p. (ISBN 0522847536)
  3. Le Point, magazine, « Etats-Unis: l'épave du navire de James Cook aurait été située en Nouvelle-Angleterre »,‎ (consulté le 25 juin 2016)
  4. a, b, c et d Gilles MILLOT, Gwendal Jaffry, Guides des grands voiliers, Le Chasse-Marrée, , 128 p. (ISBN 290370886X), page 118

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :