Emil du Bois-Reymond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dubois et Reymond.
Emil du Bois-Reymond
Emil du Bois-Reymond.jpg

Emil du Bois-Reymond (1818-1896)

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Liste détaillée
Ordre du mérite pour les sciences et arts (d)
Ordre Pour le Mérite
Ordre bavarois de Maximilien pour la science et l'art (en)
Médaille Helmholtz (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Emil du Bois-Reymond

Emil Heinrich du Bois-Reymond, né à Berlin le et mort dans la même ville le , est un physiologiste allemand, l'un des fondateurs de l'électrophysiologie.

Élève de Johannes Peter Müller, Emil du Bois-Reymond appartient à l'école allemande des physiologistes du XIXe siècle, antivitalistes et matérialistes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille huguenote de Berlin, son père, Henri Félix du Bois-Reymond (1782-1864), est né à Saint-Sulpice en territoire prussien. Il est chef de service au ministère des Affaires étrangères de Prusse ainsi qu'au Conseil d'administration, situés à Berlin, alors capitale du pays. Sa mère, Minette Henry, est issue de l'une des familles huguenotes les plus anciennes et les plus respectées de la capitale prussienne. Son grand-père, Daniel Chodowiecki, fut président de l’Académie des Arts de Berlin et son père, Jean Henry, directeur de longue date de la Kunstkammer et bibliothécaire de la famille royale de Prusse.

Emil du Bois-Reymond est enterré au cimetière français de Berlin. Son frère cadet est le mathématicien Paul du Bois-Reymond.

Parcours intellectuel[modifier | modifier le code]

Emil du Bois-Reymond fait ses études secondaires au lycée français, puis entreprend des études de philosophie. En 1837, il visite le collège de Mitscherlich et décide alors d'étudier les sciences naturelles. Il étudie ensuite les mathématiques à Bonn, où il devient l'assistant de Johannes Peter Müller, avec qui il travaille à répéter et améliorer les expériences de Carlo Matteucci sur les muscles de grenouille. Il se consacre dès lors à l'étude de l'électricité animale et soutient sa thèse en 1843 avec pour sujet les poissons électriques vus à travers les textes classiques grecs et latins. Pour ses besoins expérimentaux, il met au point un galvanomètre particulièrement sensible.

En 1848, il publie le premier volume des Études de l'électricité animale (Untersuchungen über tierische Elektrizität) suivi d'un second en 1860 et d'un troisième en 1884. Il soutient une thèse d'habilitation en 1846 sur la réaction acide de la substance musculaire post mortem. Nommé Privatdozent en physiologie à Berlin, il devient membre de l'Académie royale des sciences et des lettres de Berlin en 1851 et membre étranger de la Royal Society en 1877.

Ignorabimus[modifier | modifier le code]

Emil du Bois-Reymond s'est également fait connaître pour ses conceptions des limites du savoir scientifique. En effet, en 1880, lors d'un fameux discours à l'Académie royale des sciences de Prusse, il liste sept problèmes ou énigmes, auxquels la science n'a pas réellement de réponse et, selon lui, n'en aura jamais :

  1. la nature de la matière et de la force,
  2. l'origine du mouvement,
  3. l'origine de la vie,
  4. l'apparente téléologie de la nature,
  5. l'origine de simples sensations,
  6. l'origine de l'intelligence et du langage,
  7. le libre arbitre.

Ce pessimisme scientifique le conduit à formuler le célèbre ignoramus et ignorabimus : « nous ne savons pas et nous ne saurons pas. », auquel David Hilbert répondra dans un discours à la radio en 1930, affirmant que toute connaissance est accessible par la science avec sa formule non moins célèbre « Wir müssen wissen, wir werden wissen » (« Nous devons savoir, nous saurons »).

Œuvres, travaux et publications[modifier | modifier le code]

Instruments[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. F. Heymans, « Émile du Bois-Reymond », Revue néo-scolastique, 4e année, n° 13, 1897. p. 80–84. DOI : 10.3406/phlou.1897.1533, texte intégral. Consulté le 18 mai 2012.
  • Brossolet J., Du Bois-Reymond Emil (1818-1896), dans Encyclopædia universalis, texte intégral.
  • (en) Editorials: Emil Dubois-Reymond (1818-1896) Electrophysiologist. JAMA. 1966 ;198(1) : 78-79. DOI :10.1001/jama.1966.03110140128039, texte intégral disponible en téléchargement.
  • (en) Bence-Jonces H. et Cantar M., On animal electricity: an abstract of the discoveries of Emil Dubois-Reymond, Churchill, Londres, 1852, texte intégral.
  • (en) Pearce J.M.S., Historical note. Emil Heinrich Du Bois-Reymond (1818–96) dans J. Neurol Neurosurg Psychiatry , 2001 ;71 : 620. DOI : 10.1136/jnnp.71.5.620, texte intégral.
  • (en) Emil du Bois-Reymond dans The information philosopher.
  • Debru A. The power of torpedo fish as a pathological model to the understanding of nervous transmission in Antiquity C. R. Biologies, texte intégral.
  • (en) Hierholzer K., Carl Ludwig, Jacob Henle, Hermann Helmholtz, Emil DuBois-Reymond and the Scientific Development of Nephrology in Germany. Am J. Nephrol 1994 ; 14:344-354 (DOI : 10.1159/000168746 [2].
  • (en) Gabriel Finkelstein, Emil du Bois-Reymond: Neuroscience, Self, and Society in Nineteenth-Century Germany , MIT Press, 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :