Ignorabimus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ignorabimus, est une abréviation du latin « Ignoramus et ignorabimus » qui signifie « Nous ne savons pas et ne saurons jamais », exprimant par là une forme de pessimisme à propos de la possibilité de connaître ou d'expliquer scientifiquement tous les aspects du monde.

Le physiologiste allemand Emil du Bois-Reymond l'a exprimé dans son ouvrage Über die Grenzen des Naturerkennens (« Les limites de la connaissance humaine ») de 1872. Dans cet ouvrage, Du Bois-Reymond, évoquant les « grandes énigmes de l'univers », assignait des limites infranchissables à la connaissance humaine des phénomènes naturels, et concluait par « Ignoramus, ignorabimus ». Ces limites intangibles nous rendent l'univers énigmatique à deux niveaux :

  1. au niveau du lien entre la matière et la force d'une part, et les phénomènes biologiques d'autre part ;
  2. au niveau de la relation entre les états matériels ou physiques d'un organisme d'une part, et sa conscience (pensées, sentiments, désirs) de l'autre.

Ces deux énigmes de l'univers ne constituent pas seulement des problèmes insolubles avec les connaissances et méthodes actuels de la science : elles constituent un véritable mystère que la science n'a pas le pouvoir d'expliquer.

Huit ans plus tard, en 1880, Du Bois-Reymond prononça un discours sur les sept « énigmes de l'univers » que Ernst Haeckel a nommé le « Discours de l'Ignorabimus ».

Le thème de l' ignorabimus a été repris dans différents débats sur les limites de la science. En 1930, notamment, David Hilbert a prononcé un discours à la radio où il exprimait sa confiance dans le fait que l'ignorabimus pourrait être éliminé des mathématiques.


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]