Eduard Mörike

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant allemand
Cet article est une ébauche concernant un écrivain allemand.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Eduard Mörike
Description de cette image, également commentée ci-après

Eduard Mörike

Naissance
Ludwigsbourg
Décès (à 70 ans)
Stuttgart
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture allemand
Mouvement Romantisme
Genres

Œuvres principales

Eduard Mörike, né le à Ludwigsbourg et mort le à Stuttgart, est un écrivain romantique allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Karl Friedrich Mörike, est le conseiller médical du district, et sa mère s'appellait Charlotte Bayer. Mörike fréquente l'école latine de Ludwigsburg, et le séminaire à Bad Urach (1818). Il étudie ensuite la théologie au séminaire de Tübingen où il se lie d'amitié avec le théologien David Friedrich Strauss.

Il amorce une carrière ecclésiastique en devenant un pasteur luthérien. En 1834, il est nommé curé de Cleversulzbach, petit bourg près de Weinsberg, et en 1851, après sa retraite anticipée pour raisons de santé, il devient professeur de littérature allemande au Katharinenstift de Stuttgart. Il occupe ce poste jusqu'à sa retraite en 1866, puis continue de vivre à Stuttgart jusqu'à sa mort. En politique, il est monarchiste et conservateur.

Il est l'auteur de sonnets d'amour et des romans Le Peintre Nolten (1832) et Le Voyage de Mozart à Prague (1855-1856).

Dans son poème Septembermorgen, l'auteur tente, à travers la description d'un paysage matinal, de se poser en intermédiaire pour réconcilier les hommes et la nature. Mörike s'apparente au mouvement littéraire allemand du Biedermeier, un romantisme du quotidien, loin de toute préoccupation métaphysique.

En France, Histoire de Lau la Belle (Die schöne Lau, 1837) a été traduit par Armel Guerne, dans Les Romantiques allemands, Desclée de Brouwer, 1956 et 1963, rééd. Phébus, 2004. Est également paru Chant de Weyla et autres poèmes, un choix de ses poèmes, dans une traduction de Jean-Yves Masson, en septembre 2012, dans la collection de poésie de poche bilingue, « Orphée », que dirige Claude-Michel Cluny depuis 1989.

Liens externes[modifier | modifier le code]