Deshin Shekpa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Deshin Shekpa
Description de cette image, également commentée ci-après
Deshin Shekpa, le 5e karmapa, thangka du XVIIIe siècle, musée d'art du comté de Los Angeles
Naissance environ le
Kongpo (Drapeau du Tibet Tibet)
Décès environ le (à 31 ans)
Lhassa
Disciples Gö Lotsawa, Ming Yongle, Chokyi Gyaltsen (Taï Sitou Rinpoché), Ratnabhadra

Karmapa

Deshin Shekpa aussi appelé Deshin Shegpa (tibétain : དེ་བཞིན་གཤེགས་པ, Wylie : de bzhin gshegs pa, au Kongpo 1384-1415 à Lhassa), a été le 5e Karmapa.

Biographie[modifier | modifier le code]

Représentation de Deshin Shekpa et de Ming Yongle par Situ Panchen.

Deshin Shekpa est né le 18e jour du 6e mois de l'année du rat de bois mâle (1384) à Nyang Dam dans le sud du Tibet[1]. On dit qu'avant sa naissance on l’entendit réciter des mantras et l'alphabet sanskrit dans le ventre de sa mère. Ses parents étaient des yogis. Deshin Shekpa fut amené à Tsawa Phu et présenté au 2e Shamar Rinpoché Kachö Wangpo qui le reconnu comme la réincarnation du précédent karmapa. Il reçut les transmissions complètes de sa lignée et compléta bientôt sa formation traditionnelle. En 1405, il fut invité par l'empereur de la dynastie Ming Yongle (Yung Lo, Ch'eng-Tsu) à se rendre en Chine. Le voyage pris environ 3 ans et le 5e Karmapa fut chaleureusement accueilli au palais impérial par 10 000 moines, en avril 1407 à Nankin[2] (province du Jiangsu). Il est fait mention de nombreux miracles qui se serait produit que l'empereur fit noter pour la postérité, en peintures sur soie avec un commentaire en 5 langues. Photographié par Hugh Richardson en 1949 à Tsourphou, le rouleau a été transféré au Norbulingka, tandis que Tsourphou fut victime de la révolution culturelle, il fut publié dans le journal d'archéologie Wenwu en 1985 et envoyé au musée du Palais à Pékin pour une exposition d'art sino-tibétain en 1992[3]. Le 5e karmapa partit ensuite en pèlerinage sur les montagnes sacrées de Wutai Shan (province du Shanxi), comme les deux précédents Karmapas[4].

Le 5e karmapa aurait réussi à préserver le Tibet d'une guerre sanglante en dissuadant l'empereur de Chine d'y imposer un seul système religieux et en montrant l’importance de conserver le pluralisme religieux, adaptée aux différentes mentalités[5]. L'empereur Yongle eu la vision d'une coiffe noire céleste au-dessus de la tête du 5e karmapa. Il en fit faire une réplique physique, qu’il offrit au 5e karmapa afin qu’il la porte en des occasions spéciales. Depuis, les Karmapas l’utilisent lors des cérémonies dite de la Couronne Vajra[6].

Le 5e karmapa transmit les enseignements kagyupa à Ratnabhadra qui devint le détenteur suivant de la lignée du Rosaire d'Or.

Il est mort le 1er jour du 8e mois de l'année du mouton de bois femelle (1415) à 31 ans sur la colline rouge, Marpori en tibétain, à Lhassa[7] de la variole[8].

La prophétie du 5e Karmapa[modifier | modifier le code]

Le 5e Karmapa écrivit une prophétie décrivant les difficultés qui surviendront à l'époque des 16e et 17e Karmapas[9] :

« Dans la lignée des Karmapas, de la 16e à la 17e réincarnation,
L'enseignement bouddhiste en général et la lignée Karma Kamtsang en particulier,
hiberneront telles les abeilles.
La lignée de l'empereur de Chine verra venir sa fin
et son pays sera dominé par le plus fort.
Depuis le nord jusqu'à l'est, le Tibet sera envahi,
encerclé, tel le diamant serti...
Qu'importe l'erreur, celui auquel tu t'adresseras s'opposera à toi.
La bonne conduite dégénérera et la mauvaise fleurira...

A la fin de la période du seizième [10]
Du rosaire des Karmapas
Et au début de la période du dix-septième
L'incarnation d'un démon
Portant le nom de Na-tha
Apparaîtra dans ce lieu, Sacho.
Par la puissance de ses aspirations que nul ne peut comprendre,
Le dharma du Karmapa sera presque détruit.
Alors, celui dont les aspirations sont antérieures et positives,
Une émanation du cœur de Padmasambhava,
Viendra de l'Ouest.
Le cou ceint de grains de beauté et l'esprit rapide et furieux,
Avec courroux, il proclamera les paroles du dharma.
Celui-ci, au teint basané et aux yeux protubérants,
Vaincra l'incarnation du démon.
Il protégera le Tibet et le Kham pour un temps, et dès lors
Le bonheur régnera, comme un soleil qu'on voit se lever.
C'est ainsi que je vois l'avenir à l'intérieur de la communauté tibétaine.
Sans cela, malgré la présence d'êtres au karma vertueux,
Le dharma disparaîtra progressivement,
Fruit des aspirations négatives de ce démon.
Le bonheur aura du mal à naître... »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Nik Douglas, Meryl White, Karmapa: The Black Hat Lama of Tibet, 1976, p. 61 : « Debzhin Shegpa was born on the eighteenth day of the sixth month of the male wood rat year (1384), at sunrise, in the region of Nyang Dam in Southern Tibet. »
  2. Enthronement, par Koṅ-sprul Blo-gros-mthaʼ-yas, Jamgon Kongtrul Lodrö Tayé, Ngawang Zangpo Snow Lion Publications, 1997 (ISBN 978-1-55939-083-5 et 9781559390835)
  3. (en) Marsha Smith Weidner, Cultural Intersections in Later Chinese Buddhism, p. 145
  4. Michele Martin, Une Musique venue du ciel. Vie et œuvre du XVIIe Karmapa (2003), trad. Christiane Buchet et Cheuky Sèngué, Claire Lumière, série « Tsadra », 2005, 414 p., (ISBN 2-905998-73-3), p. 364-365
  5. (en) Elliot Sperling. "The 5th Karma-pa and some aspects of the relationship between Tibet and the early Ming." In: Tibetan Studies in Honour of Hugh Richardson. Edited by Michael Aris and Aung San Suu Kyi, p. 284. (1979). Vikas Publishing house, New Delhi.
  6. Mick Brown, 2004, The Dance of 17 Lives: The Incredible True Story of Tibet's 17th Karmapa, p. 34. Bloomsbury Publishing, New York and London. (ISBN 1-58234-177-X).
  7. Nik Douglas, Meryl White, op. cit., p. 65 : « On the first day of the eighth month of the female wood sheep year (1415), in the Potala palace, he passed away, at the age of thirty-two. »
  8. Lama Kunsang & Marie Aubèle, L'Odyssée des Karmapas, La grande histoire des lamas à la coiffe noire, Ed. Albin Michel (2011). (ISBN 978-2-226-22150-6)
  9. Francesca-Yvonne Caroutch, La fulgurante épopée des Karmapas : les enfants de l'éveil, Dervy, 2000, p. 217
  10. Lama Kunsang & Marie Aubèle, L'Odyssée des Karmapas, La grande histoire des lamas à la coiffe noire, Ed. Albin Michel (2011). (ISBN 978-2-226-22150-6), p. 131

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Prophéties, tirées de La biographie du 5° karmapa Dezhin Shegpa : The 5th Karmapa's Prophecies [1]. Sylvia Wong, Les prophéties de karmapa. De l'histoire à la réalité, Rabsel, 2011, 624 p.

Études[modifier | modifier le code]

  • Lama Kunsang & Marie Aubèle, L'Odyssée des Karmapas, La grande histoire des lamas à la coiffe noire, Ed. Albin Michel (2011). (ISBN 978-2-226-22150-6)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :